>

Category Archives: Nouvelles

La Garde côtière fait don d’hélicoptères en surplus

Certains étudiants en aéronautique du Canada bénéficient des dons de la Garde côtière canadienne (GCC). Dans un récent communiqué de presse publié par Pêches et Océans Canada (MPO), l’agence a annoncé que des excédents d’hélicoptères étaient donnés à 10 établissements de formation approuvés par Transports Canada, de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve, qui offrent des programmes de techniciens d’entretien d’aéronefs.

Le Collège de l’Atlantique Nord (CNA) de Gander a hérité de l’un des Bo 105. Selon Bob Dwyer, directeur de l’aviation sur le campus : « Avoir accès à des avions comme l’Airbus Bo 105 aide les étudiants du CNA à acquérir une expérience pratique du travail sur des aéronefs du monde réel, leur permettant ainsi de se familiariser avec les normes de l’industrie ». Cliquez pour voir une entrevue avec Dwyer (en anglais).

L’école nationale d’aérotechnique de Saint-Hubert, au Québec, a également reçu l’un des 10 hélicoptères Messerschmitt-Bölkow-Blohm Bo105. Sylvain Lambert, directeur de l’ÉNA, a déclaré : « L’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) compte parmi les dix établissements d’enseignement au Canada ayant reçu un BO-105 en cadeau. En s’ajoutant aux 37 aéronefs de l’ÉNA, cela permet d’accroître la valeur pédagogique des laboratoires et des activités pratiques, dans les hangars, sur un nouveau type d’hélicoptère. Nous sommes très reconnaissants envers la Garde côtière canadienne pour ce don qui permet d’offrir à nos étudiants une formation encore plus collée aux besoins de l’industrie tout en renouvelant notre flotte d’appareils ».

Parmi les autres établissements de formation ayant reçu un Bo 105, citons le Nova Scotia Community College, dont le président, Don Bureaux, a déclaré : « L’hélicoptère sera utilisé rapidement pour enseigner et apprendre, dans le but d’en tirer le plus grand profit pour nos étudiants ».

Les autres établissements de formation ayant reçu des hélicoptères donnés sont :

  • Algonquin College, Ottawa, Ont.
  • Centennial College of Applied Arts and Technology, Scarborough, Ont.
  • Canadore College of Applied Arts and Technology, North Bay, Ont.
  • Red River College, Winnipeg, Man.
  • Southern Alberta Institute of Technology, Calgary, Alb.
  • British Columbia Institute of Technology, Richmond, C.-B.
  • Northern Lights College, Dawson Creek, C.-B.

L’hon. Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a ajouté : « Je suis fier que ces hélicoptères de la Garde côtière aideront les étudiants partout au pays à se perfectionner, en leur offrant la possibilité d’acquérir une expérience pratique. Ces actifs ont une longue histoire et font partie du patrimoine de la Garde côtière. Je suis heureux que les générations à venir pourront en profiter pour acquérir l’expertise nécessaire en entretien d’aéronefs de haut niveau ».

Certifiée initialement en Allemagne par Bölkow en 1970, la production a cessé en 2009; le dernier Bo 105, une version EMS (ambulance aérienne), a été livré à Dam Helicopters de Castlegar, en Colombie-Britannique. De nombreux Bo 105 ont été construits à l’usine du fabricant à Fort Erie, en Ontario.

Les 10 Bo 105 de transport léger ont été remplacés par 15 Bell Epi 429 dans le cadre du plan de renouvellement de la flotte de la Garde côtière.

Ces hélicoptères sont basés à Québec, Qc. (4), Victoria, C.-B. (3), St. John’s, N.-L. (2), Shearwater, N.-É (2), Stephenville, N.-L. (1), Parry Sound, Ont. (1), Charlottetown, Î.-P.-É. (1) et Saint John, N.-B. (1).

Aidez TCAC à améliorer la qualité de leurs services

Les appels téléphoniques et les courriels de membres de COPA désillusionnés relativement à Transports Canada – aviation civile (TCAC) font partie de la routine quotidienne à nos bureaux. Nous reconnaissons que de nombreux membres de COPA et même de l’aviation générale (AG) sont moins qu’impressionnés par la qualité du service qu’ils obtiennent de TCAC et COPA désire sérieusement contribuer à améliorer cette situation.

En toute honnêteté, un grand nombre d’employés de TCAC sont membres actifs en AG et comprennent très bien la situation. Ceux-ci, comme tant d’autres, sont dévoués à leur profession et déploient de grands efforts pour livrer le meilleur niveau de service qu’ils peuvent faire avec les ressources qu’ils ont à leur disposition. Et là réside l’élément critique : le meilleur niveau de service avec les ressources disponibles.

C’est dans cette optique que COPA lance une initiative visant à attirer l’attention sur la perception d’un faible niveau de service de la part de TCAC. Nous demandons donc à nos membres de nous informer des problèmes ou difficultés encourues récemment ou non, dans l’obtention de services de la part de TCAC. Le document intégré ci-dessous illustre les différents services offerts par TCAC et les coûts qui y sont associés ainsi que les délais anticipés dans la prestation de ces services. Notez qu’il s’agit là du plus récent document sur le sujet sur le site de TCAC et est sujet à des changements. Si vous avez reçu les services demandés dans la période prescrite dans ce document, TCAC a rencontré ses engagements et vous êtes satisfaits.

Partagez ceci avec vos collègues aviateurs à l’extérieur de COPA, ceci touche toute l’AG. Tout comme nous nous attendons à ce que les auditeurs de l’Agence du Revenu du Canada appliquent les mêmes standards de taxation à travers le pays, les aviateurs canadiens sont certainement en droit de s’attendre à la même chose de la part des inspecteurs et des employés de TCAC.

L’expérience nous montre que lorsque vous, nos membres, nous informez de vos problèmes, avec faits à l’appui, COPA peut travailler de concert avec TCAC et aider à apporter des solutions rapidement. Notons bien qu’un problème régional affectant un aviateur dans une région n’apparaîtra pas nécessairement sur l’écran radar d’Ottawa.

Nous nous devons d’être informés de ces problèmes et les amener à TCAC afin de leur aider à rencontrer les délais auxquels ils s’engagent publiquement, ce qui nous aidera tous grandement en retour. D’aucun ne peut changer ou améliorer les choses s’il n’est pas au courant du problème, que ce soit COPA, TCAC, ou quiconque. Aidez-vous à vous aider, faites-en part à COPA.

Veuillez nous envoyer tous vos exemples factuels avec données à l’appui, commentaires ou informations à operations@copanational.org.

Plus de détails sont disponibles dans le numéro de décembre du magazine COPA Flight.

tp14984f

Des débris de Banshee récemment récupérés deviendront une exposition de musée.

Le lieutenant William Thomas Barry Troy, qui participait à des exercices d’entraînement avec ses homologues américains le 25 février 1958, devait effectuer un simple petit court. Troy, 27 ans, pilotait un chasseur à réaction de la Marine royale canadienne (MRC) McDonnell Banshee depuis un Station aéronavale américaine près de Jacksonville, en Floride, à destination du NCSM Bonaventure, un porte-avions canadien situé à environ 35 milles marins de la côte de la Floride.

Troy, originaire de Cambellton, N.-B., est entré dans un banc de brouillard. Trois autres Banshees volant avec lui ont tourné à droite, loin du brouillard, et sont rentrés sains et saufs vers le rivage. Troy cependant, vira à gauche vers le Bonaventure. Volant au-dessus de l’eau, on n’a plus jamais entendu parler de lui. Une recherche a mis en évidence des débris d’avion, mais aucun corps.

Lieutenant William Thomas Barry Troy

Défilement rapide jusqu’au 10 septembre 2017. L’ouragan Irma a pris d’assaut la Floride ce jour-là, laissant dans son sillage beaucoup d’agitation et de destruction. Mais cela a également suffisamment perturbé le rivage pour découvrir des éléments qui ont finalement été liés à Troy; un parachute déchiqueté et un gilet de sauvetage « Mae West » ont été trouvés par Zack Johnson, un garde-parc participant au nettoyage de la plage. Johnson a remarqué le nom « Troy » sur la sangle du parachute, ainsi que les marques de l’OTAN. Il a partagé sa découverte sur Facebook, où elle a attiré l’attention de la conservatrice du Shearwater Aviation Museum, Christine Hines.

D’autres débris du Banshee de Troy ont également été retrouvés sur la plage. Le département de la Défense des États-Unis a organisé une cérémonie de rapatriement en Floride au début de cette année. Les objets ont ensuite été restitués au Canada, où ils se sont finalement retrouvés au Shearwater Aviation Museum en Nouvelle-Écosse, où ils constitueront une exposition spéciale à ouvrir début 2019.

« On entend peu parler des soldats, marins et aviateurs de la guerre froide », a déclaré Hines au Halifax Chronicle Herald. « Il n’y a pas beaucoup de médailles, il y a eu beaucoup d’accidents. C’était une guerre de dissuasion, pas nécessairement une guerre de tranchées, donc c’est vraiment une histoire différente. Nous ne sommes donc pas aussi conscients de cette époque de la guerre froide. » Hines a ajouté : « Nous devons nous en souvenir. Nous devons nous rappeler la raison pour laquelle ils ont signé à coté du X, la raison pour laquelle ils voulaient servir leur pays. »

Porter Airlines parraine un programme de mentorat

L’entreprise ontarienne Porter Airlines s’attaque à la pénurie de pilotes en parrainant une initiative de la Northern Lights Aero Foundation visant à attirer et à retenir les femmes dans les carrières de l’aviation et de l’aérospatiale.

Le programme de mentorat Northern Lights est conçu pour mettre en contact les futures professionneles de l’industrie avec ceux qui y travaillant déjà. Les mentors, hommes et femmes, formeront un réseau pour inspirer, soutenir et guider les femmes dans leur carrière dans le secteur de l’aviation et de l’aérospatiale.

« Les femmes sont généralement sous-représentées dans ces secteurs. Le Programme de mentorat Northern Lights aide à éliminer les obstacles en mettant les femmes en contact avec des mentors qui connaissent l’industrie et qui sont généralement passionnés par ce qu’ils font et veulent le partager avec d’autres passionnés de l’aviation », déclare Robert Deluce, président-directeur général de Porter Airlines. « Le secteur de l’aviation offre de nombreuses possibilités – de pilote à ingénieur, en passant par technicien d’entretien ou répartiteur – il est très important d’avoir quelqu’un pour vous aider à naviguer vers votre destination. »

Et d’ajouter Joy Parker Blackwood, présidente de la Northern Lights Aero Foundation, « Il est tellement important dans le but de recruter et de conserver un plus grand nombre de femmes dans cette industrie, d’avoir un outil qui leur permet d’avoir accès à des mentors qui répondent à leurs besoins, que ce soit simplement pour envisager une carrière, régler des difficultés dans la formation ou découvrir de nouvelles voies », Blackwood a continué : « Ce nouveau programme de mentorat appuie notre mission, qui consiste à créer des perspectives de carrière dans l’aviation et l’aérospatiale pour les canadiennes. »

Le programme a été lancé lors du gala annuel des Northern Lights Awards qui s’est tenu le 29 septembre dernier.

Un locataire de Courtenay Airpark s’installe pour du long terme

Les locations stables et à long terme commencent à revenir au Courtenay Airpark (CAH3) après un été rempli d’appréhensions et de protestations de la part des parties prenantes du petit aéroport.

Les lecteurs d’eFlight se rappelleront peut-être des informations selon lesquelles la ville de Courtenay avait proposé, en août dernier, de détruire l’aéroport en aménageant une chaussée et un pont traversant l’extrémité nord de la piste de 1 800 pieds, une mesure qui empêcherait également l’utilisation de la rampe d’accès pour les hydravions.

Le maire de la ville à l’époque, Larry Jangula, a proposé une motion visant à tuer la proposition et celle-ci a été adoptée. Cependant, un certain nombre de locataires avaient vu leur bail se renouveler au mois plutôt que selon les termes normaux conformément à la politique précédente, de sorte que la durée du mandat des locataires demeurait une question non résolue.

Sur une note positive, le conseil municipal a annoncé lundi que Park Café avait obtenu une prolongation de bail de cinq ans avec une option de renouvellement pour une période supplémentaire de cinq ans. La propriétaire du café, Donna MacLean, a confié au site d’informations numérique local, mycomoxvalleynow.com, qu’elle se sentait « débordante d’enthousiasme » à propos de la nouvelle.

L’association à but non lucratif Courtenay Airpark Association (CAA), locataire et exploitant de l’aéroport, aura également intégré dans son contrat de location la rampe vétuste pour hydravions, ce qui facilitera son remplacement à l’approche de sa fin de vie utile. Son remplacement a déjà été approuvé par le ministère fédéral des Pêches et des Océans, mais cette action et son entretien courant incomberont à la CAA.

Bob Wells, ancien conseiller municipal et maire de Courtenay nouvellement élu, a déclaré : « Désormais, je veux m’assurer que nous aurons un superbe aéroparc bien encadré et supporté, afin qu’il y demeure pour très longtemps. »

Des étudiants étrangers affluent à Gander

Quand on parle de Gander à quasiment tout le monde, on tisse inévitablement un lien à l’aviation. Cependant, il s’agit généralement de thèmes militaires ou d’escales de compagnies aériennes. Et si on vous disait que Gander abrite une unité de formation au pilotage de renommée internationale qui attire des centaines d’étudiants étrangers depuis les 10 dernières années, vous seriez probablement surpris, voire sceptique. Mais voilà, Gander Flight Training (GFT), qui attire des étudiants de Thaïlande, d’Inde, de Turquie, d’Afrique et d’Amérique du Sud.

Lorsque eFlight a contacté la directrice générale de GFT Aerospace, Darlene Colbourne, en lui posant la question « Pourquoi Gander ? », elle a cité les propos de ses étudiants: « Si vous pouvez voler à Gander, vous pouvez voler n’importe où dans le monde ».

Charles Onyango, natif du Kenya, a déclaré : « Une fois que vous aurez acquis une expérience locale, vous ne rencontrerez plus aucun problème à voler ailleurs. » Onyango avait à l’origine une école sud-africaine dans la mire, mais des amis l’ont convaincu des avantages de la formation au Canada.

Dans une interview accordée à CBC, l’étudiant indien Mohammed Fazal a déclaré : « La météo est très difficile, vous pouvez donc devenir un très bon pilote. »

Ci-dessus: L’étudiant thaïlandais Banyawat Chomkan célèbre son premier vol solo.

GFT Aerospace compte actuellement plus de 60 étudiants à temps plein, dont près de la moitié viennent de Thaïlande. GFT est sous contrat depuis 2007 pour fournir une formation au pilotage dans le cadre du programme de diplôme d’aviation de l’Université de Rangsit. Il y a aussi cinq étudiants indiens et deux colombiens. Mme Colbourne mentionne également qu’environ la moitié de leurs étudiants viennent du Canada.

Sur l’aire de trafic à GFT, il y a 12 Cessna 150/152, cinq 172 (dont deux certifiés IFR), un Piper PA-44 Seminole (certifié IFR) et 5 Beechcraft 1900D. Ces derniers aéronefs constituent le cœur de la flotte de l’entreprise sœur EVAS Air, un partenaire de troisième niveau pour Air Canada Express.

Exploits Valley Air Services (EVAS) a été créée en 1992 lorsque son cofondateur et actuel PDG, Patrick White, a acheté un Cessna 150 et a offert une formation au pilotage à l’aéroport de Botwood (CCP2) à Terre-Neuve. L’année suivante, White transfère ses opérations à Gander (CYQX), où il complète le premier Programme de bourses d’études en vol pour les cadets de l’air. La croissance est en augmentation constante depuis.

Florence, épouse de White et copropriétaire d’EVAS Air / GFT, cite des avantages financiers tangibles pour l’économie locale, ainsi que des étudiants qui louent, mangent, travaillent et dépensent de l’argent à Gander.

La législation canadienne en matière d’immigration et d’emploi autorise certains étudiants étrangers à rester instructeurs de vol alors certains sont mutés au siège de copilote dans la flotte d’affrètement d’EVAS Air. Au moins un étudiant étranger a décidé de s’enraciner en achetant une maison à Gander.

Un changement de cap pour le projet de restauration de Bolingbroke

Le Canadian Warplane Heritage Museum (traduction libre : Musée du patrimoine des avions de guerre canadiens) a annoncé cette semaine que les travaux visant à rétablir l’état de navigabilité de Bristol Fairchild Bolingbroke à l’époque de la Seconde Guerre mondiale avaient pris fin. L’équipe du projet s’attaquera plutôt à le restaurer strictement pour des opérations au sol.

Citant des difficultés dans l’approvisionnement des pièces et la complexité d’un projet qui a déjà duré 30 ans, un comité composé du personnel du musée et les bénévoles du projet est venu à la conclusion que leur objectif était irréaliste. Le musée souhaite maintenant présenter à ses membres et à la communauté lors des célébrations du 50e anniversaire du musée de Mount Hope, Ontario, en 2022, un avion qui ne sera capable que d’effectuer des opérations au sol.

Les Bolingbrokes ont servi l’ARC comme aéronef de patrouille maritime et entraîneur bimoteur pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été construits à Longueuil, au Québec, par Fairchild Canada sous licence de Bristol Aircraft, en Grande-Bretagne. La conception était basée sur le bombardier Bristol Blenheim. Un total de 626 Bolingbrokes ont été produits.

La plupart des 151 Mk IV construits ont servi dans leur rôle de bombardiers-patrouilleurs sur les côtes est et ouest du Canada entre 1940 et 1944. Deux escadrilles de ces avions ont également servi en Alaska lors de la campagne des Aléoutiennes contre les envahisseurs japonais. Les 457 avions d’entraînement Mk IVT qui ont été construits ont été largement utilisés dans le Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique.

Un edmontonien avec peu d’heures participe à la course de la Coupe de Chine

Scott Holmes, ingénieur chimiste et pilote à temps partiel dans courses aérienness, s’est classé septième à la première édition de la Air Race 1 en Chine. L’événement du 16 au 18 novembre surnommé la Coupe de Chine, a vu 13 pilotes et quatre pays représentés à l’événement tenu dans la ville de Wuhan.

Les participants effectuent un parcours de trois milles à une altitude aussi basse que 33 pieds et à une vitesse excédant 216 nœuds. Les règles de la course limitent la taille du moteur à 200 pouces cubes.

À 29 ans, Holmes était le plus jeune participant à la Coupe de Chine. Et avec 350 heures de vol, il est sans doute le moins expérimenté, citant d’autres concurrents avec 20 000 heures de vol. Holmes a participé aux Championnats nationaux 2017 de course aérienne de formule 1 à Reno, au Nevada, sa première course professionnelle.

Holmes a déclaré à la CBC lors d’une interview : « En Asie, c’est un peu le Far West de l’aviation. Ils n’ont pas beaucoup de règles, de lois ou de meilleures pratiques telles que nous avons instaurées en Amérique du Nord au fil des ans. Nous devons donc utiliser notre bon jugement dans de nombreuses situations. » Il a cité le smog, les arbres et l’espace aérien militaire restreint adjacent comme autant de défis qu’il ne retrouvait pas dans l’environnement désertique du Nevada.

L’avion que vole Holmes est un monoplace Cassutt, un avion de course spécialement conçu à cet effet qu’il a surnommé « Outlaw ». Construit en acier tubulaire avec des ailes en contreplaqué et un longeron en épinette, l’avion de construction amateur a été conçu par l’ancien capitaine de la TWA, Thomas Cassutt, en 1951. Une version mise à jour de l’avion de course présente un design à ailes coniques.

Cliquez ici pour un enregistrement vidéo d’une interview en anglais de Scott Holmes.

La famille d’une victime d’un crash intente une poursuite pour négligence aux États-Unis

L’instructeur de vol Rifat Tawfig, 25 ans, a été tué dans l’accident, ainsi que des étudiants Corey Mijac et Ben Jeffries, de 18 et 19 ans respectivement. Tous les trois étaient de la région de Niagara et faisaient partie du programme ab initio de formation de vol du St. Catharines Flying Club.

Le Cherokee était l’un des cinq appareils de l’aéroclub à s’être rendu au sud des États-Unis pour  plusieurs jours. Après avoir décollé de l’aéroport de Richmond (KRIC) à destination de l’aéroport de St. Catharines / Niagara (CYSN), le Cherokee est entré en IMC selon un plan de vol IFR, la maîtrise de l’avion a été perdue et il s’est écrasé. Une enquête ultérieure a permis de déterminer que l’aéronef avait subi une défaillance de la pompe à vide.

La famille de la victime Mijac poursuit le Flying Club de St. Catharines et la compagnie Aero Accessories de la Caroline du Nord, ce dernier étant le fabricant de la pompe à vide défaillante du PA-28. Dans une déclaration, le procès soutient que « la défenderesse Aero Accessories a fabriqué des pièces et des composants sur l’aéronef accidenté qui sont tombés en panne pendant le vol, contribuant à ce que l’aéronef s’écrase au sol. La pompe à vide conçue, révisée, fabriquée et fournie par la défenderesse Aero Accessories est tombée en panne en vol. À la suite de la défaillance de la pompe à vide, un certain nombre d’instruments de l’avion accidenté étaient inopérants ou fournissaient de fausses informations qui ont contribué à l’accident. »

Le même jour, la famille de la victime Tawfig a intenté une action en justice contre le St. Catharines Flying Club, Transports Canada et la FAA, alléguant que les accusés avaient fait preuve de négligence en considérant que l’avion était en état de voler.