>

Category Archives: Nouvelles

Spectacle aérien Aéro Gatineau-Ottawa

Par Gustavo Corujo

La cinquième édition d’Aéro Gatineau-Ottawa – l’un des plus grands spectacles aériens au Canada – s’est déroulée les 16, 17 et 18 septembre à l’aéroport de Gatineau-Ottawa.

Les portes se sont ouvertes aux visiteurs à 9 h 30, et le spectacle a commencé environ 30 minutes plus tard, et ce, chacun des trois jours complets. La variété et la qualité des pilotes et artistes au programme ont eu pour effet d’attirer une foule record. Le nombre de spectateurs était remarquable à la première journée publique de la cinquième édition du spectacle aérien.

L’édition 2022 d’Aéro Gatineau-Ottawa promettait un spectacle aérien dans la pure tradition. Les organisateurs du spectacle ont livré la marchandise en offrant un programme impressionnant de vols d’avions d’époque, de passages à grande vitesse et de démonstrations de chasseurs, ainsi que des voltiges aériennes à couper le souffle.

Pour voir davantage de photos de l’événement, visitez Gusair.com.

Publication du Plan d’action climatique de l’aviation du Canada

Le 27 septembre, le ministre des Transports, Omar Alghabra, a annoncé la publication du Plan d’action climatique de l’aviation du Canada (2022-2030). Tel que présenté par le gouvernement, le plan d’action se concentre sur trois objectifs principaux : la carboneutralité pour le secteur de l’aviation canadien d’ici 2050; la cible « ambitieuse » de 10 % d’utilisation de carburant d’aviation durable d’ici 2030; ainsi que les principales trajectoires et mesures sur lesquelles le gouvernement du Canada et le secteur de l’aviation ont l’intention de travailler pour accroître l’efficacité et réduire la pollution.

Le gouvernement du Canada affirme qu’il collabore avec l’industrie de l’aviation depuis plus d’une décennie pour réduire les émissions qui contribuent aux changements climatiques. Transports Canada a renouvelé ce plan d’action de manière collaborative avec ses partenaires fédéraux et le secteur de l’aviation.

Le gouvernement décrit son nouveau plan d’action annoncé le 27 septembre comme un premier pas important vers son objectif de carboneutralité pour l’aviation canadienne.

Le Plan d’action climatique de l’aviation du Canada fera l’objet d’une série de mises à jour, la première en 2024, qui comprendra la réévaluation des prévisions à long terme, le renforcement des engagements à court terme, la fixation d’objectifs intermédiaires et la garantie d’une harmonisation continue avec les engagements du Canada en matière de changements climatiques.

« Les transports, l’économie et le climat doivent aller de pair », a fait valoir M. Alghabra. « Le Plan d’action climatique de l’aviation du Canada est un bon exemple de la façon dont nous pouvons nous unir pour fixer un objectif de carboneutralité et définir les actions nécessaires pour nous mettre sur la bonne voie. Notre gouvernement s’engagera avec les principaux intervenants et le public pour mettre en œuvre les activités du plan d’action et envisager des mesures supplémentaires pour réduire la pollution. »

Transports Canada a renouvelé ce plan d’action de manière collaborative avec les partenaires du secteur de l’aviation suivants : l’Association des industries aérospatiales du Canada, l’Association du transport aérien du Canada, le Conseil des aéroports du Canada, l’Association canadienne de l’aviation d’affaires, le Conseil national des lignes aériennes du Canada et NAV CANADA.

À la COP 26, le Canada a signé la déclaration de la Coalition sur l’ambition climatique pour l’aviation internationale. La déclaration comprend un engagement à élaborer un plan d’action présentant en détail les efforts concrets pour réduire les émissions provenant de l’aviation, et à soumettre ce plan à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) avant sa 41e assemblée.

Consultez les sites suivants pour en savoir plus sur le Plan d’action climatique de l’aviation du Canada.

(Photo : Le gouvernement du Canada)

La collecte de contenants consignés stimule le programme des Cadets de l’air

— Par Somer Slobodian, journaliste à l’Initiative de journalisme local, The Lake Report

Le samedi 17 septembre était une journée parfaite pour la collecte de contenants consignés, une activité organisée par l’escadron 809 Newark des Cadets de l’Aviation royale du Canada (CARC). Nous avons assisté à un véritable défilé de véhicules dans le stationnement de la filiale 124 de la Légion royale canadienne.

La trésorière du comité de parrainage de l’escadron, Christine Lett – qui a fait valoir que les Cadets de l’air contribuaient positivement au développement des enfants – s’est occupée de cette campagne pour la légion, assistée de son mari, Paul, et de quelques cadets (actuels et anciens). « Les avantages sautent aux yeux. Nous voyons arriver des enfants timides et introvertis; pour les voir grandir, prendre de l’assurance et devenir des meneurs », a déclaré Mme Lett, faisant référence à ses propres enfants maintenant trop vieux pour le programme. « Le but du programme est de s’améliorer, d’apprendre et de servir », a-t-elle ajouté.

L’escadron 809 Newark accepte les enfants de 12 à 18 ans. Il aspire à leur inculquer de précieuses habiletés fondamentales. Mme Lett a précisé que le programme promeut également la forme physique, le leadership, la prise de parole en public et le service communautaire.

« Les cadets ont changé ma vie au-delà de mes espérances », a confié l’adjudant Shay Vidal, lequel a été dans les cadets pendant six ans. Il est récemment revenu de London en Ontario, où il a obtenu sa licence de pilote – du Diamond Flight Centre – à l’aéroport international de London.

Qu’il s’agisse d’étudier pendant son temps libre, de suivre des cours supplémentaires ou de s’assurer d’avoir de bonnes notes, il a indiqué avoir travaillé dur pour mériter sa place au centre de formation. La formation était couverte par l’Unité régionale de soutien aux cadets. M. Vidal a eu la chance de voler deux fois par jour pendant plusieurs semaines, de rencontrer de nouvelles personnes et d’acquérir de précieuses habiletés (de vie) fondamentales. « Ce fut l’une des meilleures expériences de ma vie », s’est-il exclamé! Il envisage maintenant d’aller à l’université pour obtenir sa licence de pilote professionnel.

Les voitures ont commencé à arriver vers 9 h 30. Leurs coffres étaient remplis de contenants consignés. Les cadets se sont immédiatement affairés au déchargement. « Au cours de notre dernière année de formation, nous avons amassé plus de 20 000 $ en retournant ce type de contenants », a fait savoir Mme Lett.

Néanmoins, cette activité de collecte n’a pas attiré autant de voitures que la dernière fois. « Nous avons recueilli la moitié du volume amassé en janvier dernier », a avancé Cory Abt, président du comité de parrainage de l’escadron. « Nous avons également tenu une activité similaire en mai. » Il a attribué cette baisse d’achalandage à la fin de l’épisode de COVID, du fait que davantage de gens se trouvaient à l’extérieur de leur domicile et indisponibles.

Tout l’argent provenant de la consigne des contenants va aux cadets. « Par exemple, quand les cadets vont chercher leur licence de pilote, des coûts y sont rattachés. Nous assumons ce genre de frais », a commenté Mme Lett.

Les cadets doivent aussi passer certains tests et examens médicaux, ainsi que suivre des formations. L’argent des contenants consignés aide à payer ce genre de dépenses. « Les enfants qui participent au programme n’ont pas à assumer ces frais », a-t-elle soutenu. L’argent couvre également les frais de sorties de loisir pour les cadets, comme des sorties au parc d’attractions Canada’s Wonderland et des premières de films.

En plus de la Légion, l’église Cornerstone de Virgil et le St. Davids Lions Club acceptaient également les dons. Tous les contenants ont été stockés chez Van Noort Florists, qui dispose d’un vaste espace de stockage et de tri. Le point de service Stoney Creek les a ensuite récupérés. Les cadets ont continué à décharger et trier les contenants au-delà du coucher du soleil cette journée-là.

M. Abt espère apporter quelques modifications pour dynamiser la prochaine collecte de contenants. Il espère également faire un blitz de recrutement de cadets. « Nous avons un programme fantastique. Ce n’est pas tout le monde qui le sait », a-t-il conclu.

CYKZ célèbre la Journée des filles dans l’aviation

Par Gustavo Corujo

Le 24 septembre 2022, la section du Haut-Canada de Women in Aviation, International a organisé la Journée des filles dans l’aviation à l’aéroport municipal de Toronto/Buttonville (CYKZ). Cette section régionale vouée à l’aviation s’avère un organisme sans but lucratif enregistré dans la province de l’Ontario dont la majorité des membres résident dans la région sud de la province.

La Journée des filles dans l’aviation (GIAD / Girls in Aviation Day) se veut un après-midi rempli de jeux interactifs pour les filles âgées de 6 à 12 ans. La GIAD promeut divers cheminements de carrière et activités récréatives dans l’aviation auprès des filles et des jeunes femmes à travers une variété d’expositions et d’expériences pratiques.

Pour voir davantage de photos de l’événement, visitez Gusair.com.

Les lauréats des prix COPA de l’Alberta honorés

— Par Ken Zachkewich, directeur région AB/T.N.-O., vice-président de l’Ouest, COPA

Chaque année, lors de son Congrès et Rendez-vous aérien, la COPA reconnaît des membres qui personnifient sa mission de promouvoir et préserver la liberté de voler au Canada.

Bien que tous les lauréats n’aient pu assister à l’événement en Alberta cet été, j’ai heureusement eu la chance, en tant que directeur régional de la COPA, de rencontrer certains d’entre eux et de leur remettre leurs prix en personne.

Prix John Bogie Memorial – Ce prix est décerné à une compagnie aérienne, une organisation, un individu, une agence gouvernementale ou un département dont l’implication a eu pour effet de rehausser l’image de l’aviation (aéronef piloté et commandé à distance). En reconnaissance pour ses efforts visant à amener l’aviation générale dans les collectivités de l’Alberta, c’est le comité de l’Alberta Air Tour – composé de Shane Getson, Scott Holmes, Dina Jammaz et Eldon Gdjesdal – qui a reçu ce prix cette année. Les voyages qu’ils ont organisés dans la région ont mis en valeur l’aviation auprès du public et des instances municipales. Poursuivant sur sa lancée 2020 et 2021, le groupe a redoublé d’efforts en 2022 en invitant plus de membres de direction, dont moi-même. Il a également constitué un club COPA, consolidant davantage sa mission.

Prix du directeur 2021 – C’est avec grand plaisir que j’ai remis ce prix à Shane Getson : député à l’Assemblée législative d’Alberta pour son implication remarquable avec Alberta Air Tours. En tant que pilote privé, il débat des préoccupations et des visions du secteur aérospatial de l’Alberta au sein du gouvernement provincial. J’ai eu le plaisir de lui remettre son prix lors d’une rencontre avec le comité de l’Alberta Air Tour consacrée à la planification des voyages à l’aéroport de Villeneuve pour l’année courante.

Prix reconnaissance – La COPA a remis un prix Reconnaissance surprise au membre Jeff Deuchar du Club COPA 51 de Wetaskiwin. Chaque année au mois de juillet, ce club organise un rendez-vous aérien de camping à Hinton/Aéroport d’entrée aux portes des Rocheuses. C’est avec plaisir que j’ai surpris Jeff avec ce prix lors de l’événement pour souligner ses efforts à partager l’aviation générale avec les jeunes et le grand public.

Prix reconnaissance – La COPA a remis un prix Reconnaissance à Sophia Wells lors d’un rendez-vous aérien avec déjeuner aux crêpes à l’aéroport de Villeneuve en août dernier. Des représentants du gouvernement – qui avaient entendu dire que l’une des plus jeunes chefs instructrices (CFI) au Canada travaillait à la promotion de l’aviation à travers son implication bénévole chez Elevate Aviation – s’étaient déplacés pour l’occasion.

Félicitations à tous les lauréats des prix COPA!

Comment créer un raccourci vers les formulaires d’expérience de NAV CANADA

— Par Neil Bennett, Directeur COPA, relations extérieures

Comme beaucoup d’entre vous le savent, nous collaborons avec NAV CANADA en ce qui concerne l’accès à l’espace aérien et d’autres éléments. COPA demande à ses membres de remplir le formulaire d’expérience de NAV CANADA lorsqu’ils sont touchés par des restrictions ou des problèmes de prestation de services. Le formulaire électronique se trouve sur le site Web de la COPA, sous l’en-tête « Représentation, » et nos membres peuvent le remplir. Comme je l’ai mentionné dans mon précédent avis, nous sommes conscients que l’emplacement du formulaire peut ne pas être pratique pour nos membres. Vous trouverez ci-dessous des instructions sur la manière de créer un “raccourci” sur votre appareil mobile. Nous espérons que cela rendra le formulaire plus accessible pour nos membres.

Je fournirai une autre mise à jour concernant le processus d’expérience de NAV CANADA et les progrès pour nos membres dans le prochain numéro du magazine.

Suivez les instructions ci-dessous pour ajouter un raccourci vers un site web sur l’écran d’accueil de votre iPad, iPhone ou appareil Android.

iPad ou iPhone

  1. Lancez l’application “Safari”. Cela ne fonctionne pas à partir de l’application “Chrome”.
  2. Saisissez https://copanational.org/fr/advocacy/rapport-dexperience-nav-canada/ dans le champ d’adresse pour créer un raccourci. Appuyez sur “accéder”.
  3. Appuyez sur l’icône représentant une flèche pointant vers le haut et sortant d’une boîte en bas de la fenêtre Safari pour ouvrir un menu déroulant. Il se peut que vous deviez faire défiler les options vers le haut pour les voir.
  4. Appuyez sur “Ajouter à l’écran d’accueil”. La boîte de dialogue “Ajouter à l’écran d’accueil” apparaît, avec l’icône qui sera utilisée pour ce site web sur le côté gauche de la boîte de dialogue.
  5. Saisissez le nom du raccourci à l’aide du clavier à l’écran et appuyez sur “Ajouter”. Safari se fermera automatiquement et vous serez amené à l’endroit où se trouve l’icône sur votre iPhone ou iPad.

Android

  1. Lancez l’application “Chrome”.
  2. Saisissez https://copanational.org/fr/advocacy/rapport-dexperience-nav-canada/ dans le champ d’adresse pour créer un raccourci.
  3. Appuyez sur l’icône de menu (3 points dans le coin supérieur droit) et appuyez sur Ajouter à l’écran d’accueil.
  4. Vous pourrez saisir un nom pour le raccourci, puis Chrome l’ajoutera à votre écran d’accueil.

(Photo : Adobestock)

Skyservice Aviation d’affaires étend sa présence à Montréal

La firme de services aéronautiques Skyservice Aviation d’affaires a annoncé avoir fait l’acquisition d’un hangar pour gros-porteurs et d’un immeuble de bureaux de Bombardier, doublant ainsi la superficie de ses installations à l’aéroport international Montréal-Trudeau (YUL) à Montréal.

L’établissement de 153 000 pi² (14 200 m²) comprend 80 000 pi² (7400 m²) d’espace de hangar, ce qui assure à Skyservice plus de capacité pour assurer des travaux de révision complets, du nez à la queue de l’avion, ainsi que pour soutenir la demande croissante de gestion d’avions à YUL, l’un des aéroports les plus achalandés du Canada.

« Nous sommes ravis d’acquérir ces installations de pointe, ce qui nous permettra de livrer nos services de premier ordre à davantage de propriétaires d’avions, de clients et d’exploitants de flotte à YUL », a déclaré Benjamin Murray, président et chef de la direction de Skyservice. « Skyservice a été fondée à Montréal en 1986, et nous entendons bien continuer d’investir dans l’excellence, l’innovation et l’écoresponsabilité aéronautiques à cet aéroport, en créant plus d’occasions de formation pratique et d’emploi, et en offrant aux propriétaires d’avions l’accès à une série complète de services et de soutien de première qualité. »

Plus tôt cette année, Skyservice a inauguré son terminal de Toronto Sud, son deuxième centre pour avions-privés à l’aéroport international Pearson de Toronto (YYZ), qui comprend un hangar de 90 000 pi² (8350 m²) et un terminal de services aéronautiques à l’aéroport de 20 000pi² (1850 m²) exclusif aux exploitants de services aéronautiques à l’aéroport.

(Photo : Skyservice)

Volatus s’associe à Accipiter Radar pour commercialiser des missions BVLOS

Le 20 septembre, Volatus Aerospace a signé un accord de collaboration avec Accipiter Radar pour faciliter et commercialiser des vols de drones au-delà de la visibilité directe (BVLOS). Cet accord permettra à Volatus d’offrir des solutions de drones pour une variété d’inspections aériennes dans une foule d’applications : oléoducs, gazoducs, secteurs de l’énergie et ferroviaire, surveillance de l’Arctique et autres.

« Trouver des avenues viables de cohabitation avec les aéronefs habités volant à basse altitude s’avère essentiel pour que les drones puissent réaliser des vols longue distance au-delà de la visibilité directe. L’utilisation des solutions radar éprouvées d’Accipiter fournira les informations de détection/alerte et de détection/évitement nécessaires à la commercialisation des drones à grande échelle », a déclaré Glen Lynch, PDG de Volatus Aerospace.

Accipiter Radar est une société nord-américaine qui développe, vend et exploite des réseaux de radars et de capteurs intelligents conçus pour surveiller l’environnement et décrire le comportement de cibles telles que les petits navires, les aéronefs volant à basse altitude, les véhicules et les oiseaux, ainsi que les phénomènes naturels tels que la météo, les vagues et la neige/glace.

« Le déploiement sécurisé de drones tirant parti de nos solutions de surveillance radar bien établies fera une réelle différence, tant pour les clients industriels que pour notre environnement », a indiqué le Dr Tim J. Nohara. Président et chef de la direction d’Accipiter Radar Technologies.

« Tous les 1000 miles de pipeline ou droit de passage que nous inspectons à l’aide d’un drone à la place d’un hélicoptère ou d’un avion léger, permet de réduire les émissions de carbone rejetées dans l’atmosphère jusqu’à 2400 lb, selon 8 Billion Trees, une entreprise dédiée à compenser les émissions de carbone », a fait valoir Danielle Gagne de Volatus. « Étant donné qu’il y a environ trois millions de milles de pipelines en Amérique du Nord qui doivent être inspectés aussi souvent qu’une fois par semaine depuis les airs pour se conformer à la réglementation, l’impact environnemental s’avère stupéfiant. »

(Image: Volatus Aerospace Corp.)

Les Trillium Aviators ont visité Kawartha Lakes

Par Gustavo et Clara Corujo

Ce rendez-vous aérien du 8 septembre dernier à Lindsay en Ontario n’aurait pas pu offrir une meilleure météo à la trentaine d’aéronefs s’y étant déplacés, y compris un hélicoptère.

Le personnel amical de l’aéroport était fin prêt à accueillir les visiteurs, même avant l’heure d’arrivée. Le directeur de l’aéroport, Craig Logan, a littéralement déroulé le tapis rouge pour les Trillium Aviators de l’Ontario en leur offrant, entre autres, une réduction sur le prix du carburant.

Le restaurant de l’aéroport a également fait appel à du personnel supplémentaire pour s’assurer que les visiteurs soient servis promptement. Comme d’habitude, la participation a été excellente et tout le monde s’est bien amusé.

Pour voir davantage de photos de l’événement, visitez Gusair.com.

Des drones illégaux gardent au sol des hélicoptères de lutte contre les incendies

— Par Scott Hayes, journaliste à l’Initiative de journalisme local, Jasper Fitzhugh

Deux personnes font face à des accusations après que leurs drones aient interféré avec des hélicoptères combattant l’incendie de forêt de Chetamon au nord de la ville le 6 septembre.

Lors de la conférence de presse de Chetamon Wildfire le lendemain de l’incident, la chef de la section des plans de Parcs Canada, Katie Ellsworth a rappelé au public que le vol de drones est illégal dans les parcs nationaux à moins que l’utilisateur n’ait obtenu un permis spécial.

Faire voler un drone sans permis est passible d’amendes pouvant atteindre 25 000 $. Dans le cas qui nous occupe, la situation attisait aussi le danger de menace d’incendie dans la région de Jasper et des communautés avoisinantes par progression du feu qui faisait rage dans la forêt.

Le rappel reposait sur deux incidents de drones survenus ce mardi-là, lesquels ont eu pour effet d’interrompre les activités d’arrosage héliporté du fait que la sécurité de l’espace aérien était compromise. « Une fois les drones identifiés et les pilotes informés de leur présence, les huit hélicoptères ont été cloués au sol le temps de s’assurer que les drones n’étaient plus en activité », a déclaré Mme Ellsworth.

Les opérations d’extinction des incendies ont dû été interrompues pendant environ une heure au beau milieu de la période de combustion maximale. « Un tel arrêt pendant cette période critique peut entraîner une recrudescence risquée du feu », a précisé Mme Ellsworth. « Des blessures ou même la mort de pompier pourraient en résulter. Une interaction entre un drone et un hélicoptère pendant une manœuvre de vol pourrait devenir catastrophique, à la fois pour le pilote et l’hélicoptère. » Les deux individus font maintenant face à des accusations. Aucun autre détail n’a été rendu public.

Il est illégal d’utiliser des drones et tout véhicule aérien sans pilote (UAV) dans le parc national de Jasper. « Malgré cela, il n’est pas rare d’en voir voler », a indiqué Sean Prockter, copropriétaire (avec sa femme Joy) de Jasper Hikes and Tours. Plusieurs fois par année, il doit dire à des gens de retirer leur drone en activité sur des sites tels que Sulphur Skyline, Bald Hills et Cavell Meadows. « Ce sont des sites de prédilection pour les UAV, mais on en voit aussi sur les routes en remontant la vallée de la Maligne. J’en ai également vu à Medicine Lake, et j’ai dû aborder des pilotes d’UAV à Patricia Lake. Bref, ils sont assez présents dans le parc », a commenté M. Prockter.

Sans aller jusqu’à dire que cette activité illégale et dangereuse de drones a tendance à augmenter, il a fait savoir qu’il avait mis fin à son approche indulgente à l’égard des opérateurs de drones depuis quelques années. « Les drones sillonnent le ciel depuis maintenant 10 ans. Les gens doivent savoir que c’est illégal dans le parc à moins d’avoir un permis. Je suis donc un peu plus sévère dans ma façon de dire aux gens que cette activité s’avère interdite, et de la faire cesser immédiatement. »

Les drones peuvent affecter négativement la faune et présenter des risques pour les personnes également. Parcs Canada a demandé aux membres du public de signaler toute activité de drone à Jasper Dispatch au 780 852-6155.

(Photo : Parcs Canada, Jasper Fitzhugh)