>

Category Archives: Nouvelles COPA

Profil de membre: Karolina Utko

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Semaine mondiale des femmes de l’air – profil de membre: Karolina Utko

La semaine mondiale des femmes de l’air aura lieu du 5 au 11 mars. COPA est fière de soutenir cette initiative et toutes les autres qui travaillent inlassablement à promouvoir l’effort des femmes dans l’industrie aéronautique. À chaque jour cette semaine, nous présenterons une membre COPA qui se distingue par son implication dans son domaine.

Aujourd’hui, nous rencontrons Karolina Utko, une Manitobaine qui vole comme premier officier sur un King Air 200. Nous lui avons demandé ce qui l’a attirée vers l’aviation, ce qu’elle envisage comme cheminement, et comment elle perçoit le rôle de COPA:

Comment vous êtes-vous retrouvée dans le monde de l’aviation?

Ma famille est venue au Canada quand j’avais dix ans. La première fois que j’ai vu un avion, c’est quand j’ai pris place à bord de l’appareil qui nous a conduit de la Pologne vers le Canada.

Résumez-nous donc votre cheminement aéronautique jusqu’à présent

A l’époque, je ne m’en doutais pas, mais ma carrière a véritablement débuté en 2009. J’avais 16 ans, je faisais partie des Cadets de l’Aviation royale du Canada et je me préparais à passer ma licence de pilote de planeur. L’année suivante, j’ai obtenu ma licence de pilote privé et je suis tout simplement tombée en amour avec le pilotage. Parce que je venais tout juste de terminer mon secondaire, j’ai décidé de m’inscrire à l’Université du Manitoba pour y étudier les sciences de l’atmosphère. A la même époque j’accumulais des heures de vol sur C-FLUG, —l’avion des femmes du Chapitre manitobain de 99s–, depuis la piste de Lyncrest. J’ai aussi travaillé à temps partiel comme répartitrice chez Fast Air Ltd pendant trois ans. Et depuis octobre 2016, j’occupe le siège de droite sur un King Air 200 engagé dans des charters. J’ai eu le bonheur d’apprendre mon métier de capitaines absolument extraordinaires. Ce sont eux qui, ultimement, m’ont placé sur la voie du succès en me transmettant tout simplement ce que quelqu’un d’autre leur avait d’abord appris. J’espère faire la même chose pour la relève plus tard.

Quelle est la partie la plus attrayante de votre boulot?

Je vole dans le Nord depuis environ un an et demi et j’adore tout ce j’y vis: du défilement impeccable des paysages sublimes lors des changements saisonniers, à la vue parfaite en approche finale, jusqu’aux décollages parfois rugueux sur des pistes en gravier totalement isolées. Tout ça pour livrer la marchandise et pouvoir enfin savourer un gobelet de bon café chaud. . .

Quels sont vos objectifs à plus long terme dans l’aviation?

Mon idéal serait de me retrouver dans le cockpit d’un avion de ligne effectuant la liaison avec la Pologne. J’ai toujours rêvé de pouvoir utiliser ma langue maternelle pour accueillir les passagers dans mon avion. Pour faire partager à d’autres les expériences mémorables qui m’ont construite, finalement.

Comment occupez-vous vos temps libres?

Pour l’instant, je prépare mon mariage, qui aura lieu en août de cette année. Mon fiancé fait partie des forces armées et nous passons beaucoup de temps à nous occuper de nos animaux, un lapin et un chien, ou à visiter nos familles le plus souvent possible.

Que faites vous, concrètement, pour encourager les jeunes filles ou les femmes à rejoindre l’aviation?

Présentement, c’est surtout de bouche-à-oreille qu’il s’agit: partout où je me rends en avion, que ce soit dans le Nord ou aux USA, j’encourage les filles à suivre la même voie. J’ai été présidente du Chapitre manitobain de 99s pendant deux ans, ce qui m’a permis de travailler avec des filles toutes aussi passionnées que moi pour l’aviation. En d’autres occasions, je suis contente d’être invitée à prononcer une allocution, à écrire des articles pour une revue ou à assister à des conférences. Ou encore, il m’arrive de donner des cours ou de m’impliquer dans l’organisation d’activités de promotion de l’aviation. Ainsi, en février, à l’occasion du “mois de la lecture”, j’ai lu des extraits de “Leonardo and the flying boy” devant les élèves de la classe de cinquième année de l’école West St-Paul. Je suis toujours très empressée lorsque vient le temps d’aider les autres à faire leur bout de chemin. Je souhaite par-dessus tout être en mesure de continuer ainsi à partager la grande passion de ma vie.

Que signifie COPA pour vous? De quelle manière l’association pourrait-elle contribuer au succès des futures aviatrices?

COPA m’a permis d’accumuler des heures de vols à bord de C-FLUG, un Cessna-150, –sans m’éreinter financièrement–, en profitant de tarifs d’assurance avantageux et de rabais intéressants sur le carburant utilisé pour les trajets en cross-country. Il n’est guère facile de soutenir matériellement vos efforts aéronautiques tout en fréquentant l’université et en travaillant à temps partiel. A cause du programme des bourses de COPA, j’ai réussi à m’en sortir sans m’endetter. Et en participant aussi aux activités communautaires, j’ai été placée en meilleure posture pour lancer ma propre carrière aéronautique dans la bonne direction. Pour répondre à votre question, COPA pourrait mieux aider les femmes à intégrer l’aviation en leur offrant directement des bourses, potentiellement sur une base provinciale.

Jusqu’où le plus loin avez-vous volé dans le Grand Nord?

En novembre 2017, j’ai visité plusieurs des stations aérologiques du réseau d’Environnement Canada à travers l’Arctique. Ceci m’a particulièrement comblé, considérant ma passion pour tout ce qui est météo. Aussi, pour la première fois de ma carrière de pilote, j’ai vécu la nuit polaire et sa noirceur 24h sur 24 à Resolute Bay, dans le Nunavut. On parle ici de 75 degrés de Latitude Nord . . .[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width=”1/2″][vc_icon icon_fontawesome=”fa fa-instagram” align=”right” link=”url:https%3A%2F%2Fwww.instagram.com%2Futkok%2F|title:Suivez%20Karolina%20sur%20Instagram|target:%20_blank|”][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/2″][vc_column_text]

Suivez Karolina sur Instagram

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]

Choisir le permis de pilote de loisir (RPP)

Quelques-uns de nos membres se posent des questions à savoir quelle est la procédure pour obtenir un permis de pilote de loisir (RPP) lorsqu’on détient déjà une licence, soit de pilote privé, professionnel, ou de ligne? Ces questions soulignent la perspective d’interpétations différentes au niveau de certains bureaux régionaux de l’aviation civile de Transports Canada (TCCA). COPA a donc consulté le personnel de TCCA pour clarifier la situation. Ce texte a été revu et validé par le personnel approprié de TCCA.

Tout d’abord, le RPP est validé par un certificat médical catégorie 4. Le CAR 421.22 définit les exigences pour obtenir un RPP.

Mais que faire si êtes déjà un pilote breveté et désirez obtenir un RPP, que ce dernier serait suffisant pour vos besoins? En fait, le processus est très simple. Vous remplissez et soumettez le formulaire 26-0799F et vous recevez votre RPP par retour du courrier. Voilà, le tour est joué.

Vous devez aussi vous assurer que vous avez un certificat médical valide. Évidemment votre catégorie 1 ou 3 courante sont acceptables mais lors de votre prochain renouvellement, vous pouvez passer à la catégorie 4.

Vous sera-t-il alors possible de retourner à votre kicence de pilote si vous le désirez plus tard? Encore là, très simple : vous obtenez un certificat médical de catégorie 1 ou 3 selon vos besoins, c’est tout! Notez que votre licence de pilote vous a été émise à vie, elle figure donc déjà à votre dossier et dans votre Document d’Aviation. Voyons le scénario d’un pilote qui détient un ATPL et qui choisit de passer au RPP avec un médical catégorie 4. L’obtention future d’une catégorie 1 revaliderait sa licence ATPL. Ce pilote pourrait être sujet à des exigences de mise à jour mais la licence ATPL est toujours maintenue.

Pourquoi donc ne pas s’en tenir à la licence de pilote puisqu’elle est déjà en place? L’avantage principal du RPP réside dans la simplicité du certificat médical : catégorie 4 au lieu de 1 ou 3. Les privilèges en sont évidemment restreints mais le choix reste à la personne vis-à-vis ses besoins et en fonction de ses activités de vol. Remarquez que la licence de pilote est un document reconnu par l’OACI alors que le permis de pilote, tel le RPP, est un document d’aviation canadien et reconnu au Canada seulement. Quelqu’un peut détenir conjointement une licence et un permis de pilote. Les bénéfices n’en sont pas nécessairement évidents, mais vous apprécierez peut-être un collant de plus à votre Document Aviation.

Liens utiles :

Médical Cat 4: https://www.tc.gc.ca/eng/civilaviation/regserv/cars/part4-standards-t42402-1412.htm

Exigences RPP: https://www.tc.gc.ca/eng/civilaviation/regserv/cars/part4-standards-421-1086.htm .

Privilèges RPP:   http://laws-lois.justice.gc.ca/eng/regulations/SOR-96-433/page-44.html#h-307

Formulaire 26-0799E: http://wwwapps.tc.gc.ca/Corp-Serv-Gen/5/forms-formulaires/download/26-0799E_E_PX

L’Aéroclub des étudiants de McGill rencontre les gens de COPA

par Tessa Toutant

Où: 3480 rue University, Montréal, Qc H3A 0E9

Quand: le 1er février 2018

L’Aéroclub des étudiants de McGill vous offre avec grand plaisir l’occasion de rencontrer en personne le président de l’Association canadienne des pilotes et propriétaires d’aéronefs (COPA), Bernard Gervais, de même que son collègue, le directeur des communications et des affaires gouvernementales de l’organisme, Carter Mann. Cette rencontre est gratuite et des rafraîchissements y seront servis.

COPA permet aux aviateurs canadiens de s’exprimer d’une seule voix forte quand il s’agit de défendre leurs intérêts. Le président Bernard Gervais et son collègue Carter Mann discuteront de leurs carrières respectives au sein de l’organisme en évoquant leur parcours personnel. Ils brosseront un tableau éloquent de ce que l’avenir réserve à l’aviation au Canada, abordant d’un même souffle le thème des opportunités d’emploi dans ce secteur de l’économie canadienne.

Cette rencontre s’adresse aux pilotes, aux enthousiastes de l’aviation, aux ingénieurs ou, en tout et partout, à quiconque éprouve une honnête passion pour tout ce qui touche l’innovation.

Lien vers Facebook pour cette activité.

Les mises en candidatures se terminent le 8 février.

Quelques erreurs se sont glissées dans l’article concernant l’appel de candidatures au conseil, dans l’édition de février du COPA Flight. On aurait dû y lire ce qui suit:

Fin des mises en candidature: le jeudi, 8 février 2018

Fin de la période d’élection: le lundi, 2 avril 2018

Pour plus de détails: Tessa Toutant, coordonnatrice d’événements, 613-236-4901 poste 107, ttoutant@copanational.org