>

Category Archives: COPA au travail

COPA et la pandémie

Il est presque impossible d’absorber toutes les nouvelles et le rythme effréné auquel les choses bougent.

L’Ontario et le Québec ont ordonné la fermeture de toutes les entreprises et lieux non essentiels, que certaines personnes sont tentées d’étendre aux aéroports et aux aérodromes. Ils ne devraient pas! Les deux provinces ont clairement précisé que tous les aéroports, les ateliers de réparation d’aéronefs et de distribution de carburant d’aviation étaient essentiels. Voir ici pour l’Ontario et ici pour le Québec. Il serait par contre sage pour nous de voyager de façon responsable et de faire notre part pour ne pas propager le virus, c’est pourquoi nous vous encourageons à suivre les consignes de l’Agence des services frontaliers du Canada que nous avons trouvées sur Twitter. Comme vous le verrez dans l’un des articles eFlight, nous savons que l’exploitant d’un aéroport (Trail, C.-B.) a décidé d’essentiellement le fermer pour le moment, nécessitant un préavis de 24 heures avant d’atterrir (PPR), tandis que d’autres demandent maintenant des PPR similaires ou plus courts pour minimiser les interactions.

La COPA participe, avec d’autres associations, à des discussions avec Transports Canada (TC) qui font de leur mieux pour atténuer les répercussions de la pandémie sur l’industrie. Nous saluons leur compréhension et leur collaboration tout en essayant de naviguer au travers les enjeux de différentes juridictions. Certaines exemptions ont été mises en place, d’autres sont à venir. Vous pouvez lire ces changements en vous rendant à la page consacrée aux initiatives de TC concernant COVID-19.

Lorsque nous aurons des nouvelles pertinentes, nous vous informerons via courriel ou par l’infoLettre. Bien que le personnel de la COPA travaille à distance (et tout le monde va bien), vous pouvez toujours nous joindre comme vous l’avez fait avant, par courriel ou par téléphone.

Les groupes d’aviation demandent des reports de conformité à TC

Les groupes d’aviation demandent des reports de conformité à TC

Compte tenu des ravages que la pandémie actuelle de COVID-19 provoque dans l’industrie aéronautique du Canada, la COPA s’est jointe à d’autres associations de l’industrie pour demander au ministre des Transports Marc Garneau de retarder « tous les processus de consultation réglementaires et législatifs actuels ainsi qu’un retard indéfini dans la mise en œuvre de nouvelles exigences opérationnelles dérivées de la réglementation existante, qui ne sont pas directement liées à la pandémie. » Le groupe demande que le délai dure jusqu’à ce que le gouvernement juge la pandémie terminée.

La lettre a été signée par l’Association du transport aérien du Canada, l’Association québécoise du transport aérien, le Conseil des aéroports du Canada, l’Association canadienne d’aviation d’affaires, l’Association canadienne des propriétaires et pilotes d’aéronefs (COPA), l’Association canadienne de l’hélicoptère et le Conseil national des lignes aériennes du Canada.

Veuillez voir ci-dessous pour une traduction de la lettre (envoyée en anglais suelement).

18 mars 2020

L’honorable Marc Garneau
Ministre des transports
330, rue Sparks
Ottawa, Ontario, K1A 0N5

Cher ministre Garneau :

Au nom des associations de l’industrie mentionnées ci-dessus représentant l’étendue du secteur de l’aviation canadien, nous écrivons au sujet des défis sans précédent créés par la pandémie de COVID-19.

Nous voulons commencer par reconnaître l’engagement continu de votre ministère, avec tous les intervenants travaillant quotidiennement pour mettre en œuvre de nouvelles mesures et s’adapter aux nouvelles directives stratégiques afin de protéger la santé et la sécurité des Canadiens.

Nous nous engageons à poursuivre tous les efforts nécessaires pour relever les défis à venir. Comme vous pouvez le constater, les demandes opérationnelles et de ressources imposées à nos membres respectifs augmentent quotidiennement. Tout comme les exigences imposées au personnel de Transports Canada.

Dans cet environnement, nous demandons un retard indéfini de tous les processus de consultation réglementaires et législatifs actuels ainsi qu’un retard indéfini dans la mise en œuvre des nouvelles exigences opérationnelles dérivées des réglementations existantes, qui ne sont pas directement liées à la pandémie. Nous demandons que ce délai soit en vigueur jusqu’à ce que le gouvernement fédéral juge la fin de la crise pandémique.

Dans un avenir prévisible, nos membres doivent rester concentrés sur les défis immédiats et généralisés créés par COVID-19, à la fois en termes de mise en œuvre de nouvelles procédures en réponse à cette crise sanitaire, mais aussi en termes d’ajustement des opérations pour répondre aux incertitudes économiques très réelles qui être devant. Les procédures normalisées de consultation réglementaire et les délais de mise en œuvre établis avant COVID-19 ne sont tout simplement pas pratiques.

Nous vous remercions de votre considération et de votre compréhension de cette question importante et nous vous informerons sous peu de vos contacts.

Nous vous remercions de votre considération et de votre compréhension de cette question importante et nous recontacterons vos fonctionnaires sous peu.

Veuillez recevoir, Monsieur, nos salutations distinguées, 

L’Association du transport aérien du Canada, l’Association québécoise du transport aérien, le Conseil des aéroports du Canada, l’Association canadienne d’aviation d’affaires, l’Association canadienne des propriétaires et pilotes d’aéronefs, l’Association canadienne de l’hélicoptère et le Conseil national des lignes aériennes du Canada.

Proposition de tour cellulaire rejetée

par Jim Bell, directeur de la COPA pour le Manitoba

Des membres de la COPA, des représentants du Manitoba Aviation Council, de l’aéroport de St. Andrews (CYAV) et des compagnies aériennes locales ont repoussé une menace potentielle pour la sécurité aérienne dans le sud du Manitoba le mardi 10 mars.

Bell MTS, représentée par Evolve Surface Strategies, a demandé à la Municipalité rurale de St‑Andrews d’installer une tour cellulaire de 106 mètres (350 pieds) de haut dans le champ d’un agriculteur près du Marais Oak Hammock. Le site choisi n’était qu’à 1,2 kilomètres (trois quarts de mile) de l’extrémité de la Piste 18 à Oak Hammock Air Park, un aérodrome populaire en gazon, en plus d’être sous une approche aux instruments pour l’aéroport de St. Andrews (le deuxième plus achalandé du Manitoba) qui est un important aéroport de formation des pilotes.

Plus de trente personnes ont rempli la petite salle du conseil municipal et plusieurs ont dû se tenir dans le couloir, écoutant les présentations passionnées du danger que la tour représentait pour les pilotes VFR et IFR. En défense, la requérante ne pouvait offrir que le potentiel d’un service de téléphonie cellulaire amélioré. Les Membres du Conseil ont écouté attentivement et très rapidement et résolument rejeté la demande.

En travaillant ensemble, les membres de la communauté aéronautique ont montré leur détermination à préserver notre liberté de voler.

Le PDG de la COPA, Bernard Gervais, publie une lettre concernant une taxe sur les avions de 10%

Le président et chef de la direction de la COPA, Bernard Gervais, publiera une lettre au ministre des Finances, Bill Marneau, concernant la taxe d’accise de 10 pour cent sur les aéronefs « personnels » d’une valeur de plus de 100 000 $ que le premier ministre Justin Trudeau a chargé le ministre de mettre en œuvre.

Voir la lettre complète ci-dessous :

Lettre taxe de luxe 10% COPA

22 avions s’envolent pour Montebello 2020

Le RVA annuel de la COPA à Montebello, au Québec, a vu 22 avions s’y pointer. Avec une piste d’atterrissage dans la neige sur les glaces de la rivière des Outaouais, les aviateurs ont pu atterrir juste en face du Château Montebello, le haut-lieu de l’événement.

La glace était suffisamment épaisse pour supporter les aéronefs. La pluie plus tôt dans la journée favorisait les avions équipés sur skis, mais deux aéronefs sur roues se sont présentés..

Beaucoup d’autres ont fait le voyage par des moyens plus conventionnels, estimant la fréquentation totale entre 60 et 70 personnes.

Parmi les kiosques installés se trouvaient ceux de la COPA, de l’Ultralight Pilots Association of Canada (UPAC), d’Aviateurs Québec et de Smart Pilot.

Des représentants de Transports Canada ont fait une présentation sur la transition entre les types d’aéronefs. Samantha Wilson-Clark, directrice de la médecine de l’aviation civile à Transports Canada, a discuté de divers thèmes médicaux, en particulier l’utilisation du cannabis.

« Nous avons été ravis d’être rejoints par de nombreux nouveaux membres plus jeunes la fin de semaine et au banquet, dont Cameron Boekhoff, capitaine du Club COPA #8 rajeuni à Ottawa», a déclaré le président et chef de la direction de la COPA, Bernard Gervais.

Trente-cinq personnes ont assisté au banquet où le conférencier invité était Steve Thorne de Flight Chops, un site Web (en anglais) proposant des conseils et des vidéos visant à accroître les compétences des pilotes.

Où voler : Montebello, Québec.

« Le meilleur RVA hivernal au Canada », parrainé par la COPA pour les « Challengers et autres aéronefs » et qui se tient chaque année sur la glace et les rives de la rivière des Outaouais au Québec, est de retour cette année. Nous avons reçu le rapport suivant sur l’état des glaces des bénévoles locaux :

L’épaisseur de la glace

Quatre mesures ont été prises dans la marina, deux près des quais, qui atteignaient 40,6 centimètres (16 pouces) et les deux autres à la sortie de la rivière où l’épaisseur de la glace faisait à 35,5 cm (14 po). Cinq mesures ont été prises sur la rivière à environ 45 mètres (150 pieds) et 30,5 m (100 pieds) du bord. Celles-ci sont indiquent entre 28 et 33 cm (11 à 13 po). Deux autres mesures ont été prises à 45 m du bord et montrent une épaisseur de 30,5 cm.

Conditions de neige en général

La neige à la surface de la rivière est poudreuse, de 7,5 cm à 20 cm d’épaisseur (3 à 8 po). Seulement cinq cm (deux pouces) de neige sont sous les traces de motoneiges. Aucune présence d’eau ou de neige fondante sur la rivière gelée ou à la marina n’a été observée.

Si les conditions ne se dégradent pas beaucoup avant le fin de semaine, les pilotes peuvent s’attendre à des conditions de neige parfaites pour des atterrissages en douceur et des décollages pour les avions équipés de skis et peut-être même pour ceux avec de plus grands pneus (type Tundra).

Restez à l’écoute d’infoLettre COPA la semaine prochaine pour un rapport sur le déroulement de l’événement.

Bourses d’études COPA Neil J. Armstrong

Nous acceptons présentement les demandes de Bourse d’études COPA Neil J. Armstrong pour la formation au pilotage.

Les bourses d’étude COPA Neil J. Armstrong contribuent à la formation de pilotes canadiens en décernant des bourses annuelles à des élèves-pilotes, des simples débutants aux candidats les plus avancés.

Créée en l’honneur d’un des plus grands aviateurs du Canada, la bourse a aidé de nombreux pilotes canadiens à démarrer. Le prix principal est le prix Ab Initio qui fournit jusqu’à 10 000 $ pour couvrir les coûts de formation admissibles associés à la licence de pilote privé (PPL).

Le deuxième prix, le Prix de formation avancée, est destiné aux candidats qui détiennent déjà une PPL et recherchent des licences ou des classements plus élevés. Les deux bourses peuvent être demandées en cliquant sur le lien vers le formulaire de demande ci-dessous. Depuis le début de la bourse en 1996, 61 étudiants ont reçu plus de 196 000 $ en bourses.

« J’ai un emploi à temps-partiel pour m’aider a payé les coûts, mais l’entrainement était toujours trop cher. Cette bourse a fait une grande différence et me permet a terminé ma licence privée et finir ma licence commerciale. »

Erik Yaremkewich, Squamish, C.-B., gagnant 2018.

« Merci beaucoup de m’avoir fait l’honneur d’être choisie deuxième finaliste touchant ainsi une bourse de 2 000 $ pour l’entraînement au pilotage. J’ai été absolument comblée de constater que mes efforts et mon choix de vie ont été récompensés. C’est tout un honneur que d’avoir été choisi parmi tant de candidats aussi doués. Cet argent sera utilisé judicieusement pour soutenir ma formation au pilotage. Merci encore pour la bourse et pour votre assistance. Vous êtes formidables! »

Natalie Cloutier, Lac La Biche, Alberta, lauréate du Second Prix pour 2006.

 

Faites application en allant ici.

Ottawa mandate une taxe de 10% sur les ventes d’aéronefs

Le 13 décembre dernier, le premier ministre a présenté à ses ministres leurs lettres de mandat. Sans plus d’information que ce que nous avons vu dans leurs lettres respectives, nous constatons malheureusement que le ministre des finances a le mandat d’introduire une taxe de 10 pour cent sur les « articles de luxe », y compris les aéronefs personnels de plus de 100 000 $. Les lettres de mandats se trouvent aux liens suivants pour les Transports et les Finances.

À l’heure actuelle, COPA n’a pas plus de détails que ce que nous avons publié dans notre infolettre du 8 novembre dernier. Soyez assurés que nous travaillerons contre cette mesure, en coordination avec les autres associations aéronautiques.

En attendant, vous pouvez écrire au ministre des finances et nous copier, ainsi que votre député(e). Nous vous fournissons une lettre-type, il ne vous reste qu’à inscrire votre nom et celui de votre député(e).

Les coordonnées des députés se trouvent sur le site Web du Parlement du Canada. Les adresses électroniques des députés sont généralement formatées comme suit: Prénom.Nom@parl.gc.ca

Si vous ne savez pas dans quelle circonscription vous demeurez, vous pouvez effectuer une recherche par code postal sur le site Web d’Élections Canada.

Lettre contre taxe de 10% aéronef

Évaluation en vol du tailBeacon X par uAvionix

COPA a récemment demandé aux propriétaires d’avions non certifiés de nous aviser de leur intérêt à participer à un programme d’évaluation d’ADS-B où uAvionix planifie l’évaluation de leur tailBeacon X (1090ES ADS-B OUT) au Canada. Plus de 200 propriétaires d’avions ont rapidement exprimé leur intérêt dans ce projet. Certains de ces intéressés ont récemment exprimé le désir de savoir où c’en était.

Lorsque nous avons partagé ces chiffres avec uAvionix, ils se montrés très enthousiastes à la vue d’un tel niveau d’intérêt. uAvionix s’efforce présentement de finaliser les détails de leur évaluation projetée et ont informé COPA qu’ils effectueraient eux-mêmes la sélection des candidats invités à participer au programme d’évaluation du tailBeacon X au Canada. Selon nos informations, uAvionix contactera directement les candidats choisis afin de finaliser les ententes avec ces propriétaires.

En ce moment, COPA n’a aucune information supplémentaire concernant le progrès du projet. Nous remercions tous ceux qui ont exprimé leur intérêt dans le programme et nous prévoyons que uAvionix pourra nous donner un statut sur leur projet sous peu.

L’image ci-dessus représente le tailBeacon d’uAvionix, le dispositif américain de 978 UAT. tailBeacon X aura des antennes orientées vers le haut et vers le bas. Crédit d’image: uAvionix

Qualification instruments en route – Mise à jour

Suite à notre mini-enquête auprès de la communauté GA vis-à-vis la disponibilité potentielle d’une qualification aux instruments enroute, similaire à la version européenne d’une telle qualification, nombreux sont ceux qui ont exprimé un enthousiasme marqué pour cette éventualité. Les répondants ont exprimé leur perception qu’une telle qualification contribuerait à la sécurité et à un aspect pratique amélioré pour les pilotes détenant cette qualification. Beaucoup de travail a ensuite été accompli pour définir et structurer une telle qualification, la formation requise, les privilèges qui s’y rattacheraient, etc. …. Des discussions entre Transports Canada Aviation Civile (TCAC) et COPA ont confirmé qu’il y avait une ouverture auprès de TCAC à condition que le nombre d’intéressés soit suffisamment important pour justifier le niveau d’efforts associés au développement et au support d’une qualification IFR réduite. COPA a investi beaucoup d’effort à risque, sans support direct de TCAC, dans le but de présenter un projet solide à TCAC.

De récentes discussions informelles avec TCAC indiquent que le niveau d’intérêt au moment présent est tout à fait insuffisant pour continuer à dévouer des ressources limitées sur ce projet. Bien que COPA ait reçu au-delà de cent manifestions d’intérêt et d’espoir pour cette qualification, TCAC nécessiterait néanmoins au-delà de trois mille engagements solides de la part de pilotes à travers le pays afin de considérer la poursuite du projet. Quoique décevant pour ces quelques cent pilotes, nous comprenons aussi la position de TCAC. Le processus de développer une nouvelle qualification, de définir son support, et d’exercer sa gestion à long terme, s’avère très complexe et requiert une vaste quantité de ressources, ressources dont TCAC ne dispose pas au moment présent pour dévouer à une qualification que seuls quelques individus utiliseraient. Dans les circonstances, COPA est d’accord avec TCAC sur ce point.

Conséquemment, le projet d’un ‘’qualification IFR réduite’’ ne sera pas poursuivi à ce moment. Si nos pilotes démontrent un intérêt suffisamment sérieux dans le futur, COPA et TCAC seraient ouverts à relancer le projet.