>

Category Archives: Aviation news

Le BST publie les statistiques de 2021 sur les événements de transport

Ce tableau illustre la reprise partielle des activités dans les secteurs commerciaux de la formation au pilotage et du transport aérien de passagers et de marchandise. Ces chiffres couvrent également l’aviation récréative dans les grands aéroports (Source : BST)

Basé sur les statistiques préliminaires publiées en février 2022, le rapport recense les événements dans les secteurs du transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié le 17 juin la version définitive de ses sommaires statistiques annuels pour 2021, qui montrent une année en deux temps. Le BST note que le transport aérien au Canada a d’abord continué de ressentir les effets de la pandémie au cours de la première moitié de 2021. Cependant, pendant la deuxième moitié de l’année, alors que les taux de vaccination augmentaient et que les restrictions de voyage commençaient à s’assouplir au Canada et à l’étranger, le BST indique que le nombre total de mouvements d’aéronefs a repris pour s’établir à 73,2 % des niveaux antérieurs à la pandémie. Dans l’ensemble, les mouvements d’aéronefs dans les 90 aéroports desservis par NAV CANADA ont été au nombre de 4,29 millions en 2021, soit une hausse de 11,8 % par rapport aux 3,84 millions enregistrés en 2020.

En 2021, un total de 190 accidents de transport aérien ont été signalés au BST. Ce nombre est supérieur de 12 % au total de 170 accidents enregistré l’année précédente, mais inférieur de 21 % à la moyenne annuelle de 239 accidents signalés au cours des 10 années précédentes, soit de 2011 à 2020. Le BST note que la majorité des accidents survenus en 2021, soit 183, ont eu lieu au Canada et ont mis en cause des aéronefs immatriculés au Canada. Le BST a enregistré 22 accidents de transport aérien mortels qui ont fait 32 morts en 2021. Le BST souligne qu’il s’agit d’une augmentation considérable par rapport aux 12 accidents mortels et aux 16 pertes de vie de 2020, mais il s’agit tout de même de 21 % de moins que la moyenne annuelle de 27,7 accidents mortels et de 31 % de moins que la moyenne annuelle de 47 pertes de vie, enregistrées sur la période de 10 ans de 2011 à 2020.

En 2021, 220 accidents maritimes (accidents résultant directement de la conduite d’un navire autre qu’une embarcation de plaisance) ont été signalés au BST, soit une diminution par rapport au total de 264 enregistré en 2020 et une baisse par rapport à la moyenne de 284 sur dix ans. En 2021, 11 accidents maritimes mortels ont été signalés, ce qui représente une baisse par rapport aux 18 accidents mortels signalés en 2020, et est inférieur à la moyenne annuelle de 15,6 enregistrée sur la période de 2011 à 2020.

En 2021, 1038 accidents ferroviaires ont été signalés au BST, ce qui représente une hausse par rapport au total de 988 enregistré en 2020, mais une baisse de 3 % par rapport à la moyenne de 1071 au cours des 10 années précédentes. Les trains de marchandises représentent 38 % de tous les trains en cause dans des accidents ferroviaires en 2021, selon le BST. 4 % (42 au total) étaient des trains de voyageurs, les 58 % restants étant principalement constitués de wagons individuels ou de rames de wagons, de locomotives et de véhicules d’entretien. Le nombre de pertes de vie dans le secteur ferroviaire s’est élevé à 60 en 2021, soit le même nombre qu’en 2020, mais moins que la moyenne de 71 au cours des 10 années précédentes.

Survoler le couvert forestier pour identifier les arbres malades

— Par Maggie Macintosh, journaliste à l’Initiative de journalisme local, Winnipeg Free Press

Grâce au travail de pilotes expérimentés et de leurs élèves, l’utilisation de drones pourrait contribuer à sauver les ormes de Winnipeg en identifiant les arbres malades plus rapidement.

Tout au long de l’année scolaire 2021-2022, Volatus Aerospace Corp., une entreprise de services de drones, a recruté des élèves de niveau secondaire pour prendre part à un projet de recherche visant à améliorer la surveillance du couvert forestier à Winnipeg.

Actuellement, la détection des arbres atteints de la maladie hollandaise de l’orme est assurée par des employés municipaux qui parcourent la ville à pied ou en voiture. Ce processus est laborieux et, trop souvent, lorsque l’œil humain remarque la présence de feuilles flétries, fanées ou jaunâtres, il est déjà trop tard pour sauver l’arbre.

En partenariat avec la ville de Winnipeg, l’Université de Winnipeg et la division scolaire Seven Oaks, Volatus entend mettre à contribution sa technologie de drones pour explorer des façons d’accélérer le processus de diagnostic. En effet, un système d’aéronef sans pilote muni d’un parachute et de diverses sondes, un investissement d’environ 40 000 $, peut mesurer la quantité d’infrarouges proches réfléchie par les feuilles afin de déterminer si une plante est infectée ou non.

Matthew Johnson, directeur de l’éducation pour Volatus, compare un arbre en santé à un miroir. « Si l’arbre est en santé, il devrait réfléchir la majeure partie de la lumière infrarouge proche provenant du soleil et la renvoyer vers les sondes de notre drone », explique-t-il. Les feuilles d’un arbre malade ont moins de chlorophylle et absorbent donc plus de lumière, ce qui permet à l’équipe de M. Johnson de les localiser avec précision en analysant les données recueillies par le drone. Ces arbres problématiques sont identifiés par la présence de pixels noirs sur la carte, alors que les zones claires indiquent des arbres en santé. L’entreprise peut ensuite partager ces données avec la ville afin de mieux cibler la recherche d’arbres infectés et d’envoyer des employés vérifier les zones suspectes.

L’entreprise s’implique dans la région en éduquant les élèves sur ses méthodes et sur la maladie hollandaise de l’orme, notamment par des ateliers donnés par des professionnels de l’industrie et des enseignants du réseau public. Cette année, les élèves ont aussi eu la chance de piloter des drones miniatures.

Le programme-pilote de 3 ans avec la division scolaire Seven Oaks vise à intéresser les élèves à la programmation et à éduquer les jeunes sur les compétences requises afin d’obtenir un certificat de pilote de drone de Transports Canada. Samm Mohan, une élève de 11e année, participe au projet car elle souhaite devenir pilote et se passionne pour les enjeux environnementaux. « Je souhaite bâtir une ville meilleure », a-t-elle déclaré.

La maladie hollandaise de l’orme, qui tue les arbres en bloquant les vaisseaux conducteurs de sève, a été identifiée pour la première fois à Winnipeg en 1975. Dans les 6 dernières années seulement, la ville a perdu environ 33 000 arbres en raison de cette maladie.

(Image : Adobe Stock)

Rendez-vous aérien à Niagara-on-the-Lake pour les pilotes de T-28 Trojan

Le 15 au 18 juin 2022, l’aéroport du district de Niagara (CYSN) a accueilli un événement de formation pour les vols en formation d’avions T-28 Trojan de North American. Cet aéroport situé à Niagara-on-the-Lake, en Ontario, comprend une piste de 5000 pieds, des services de dédouanement 24 h sur 24, des services NAV CANADA sur place et le ravitaillement en essence d’aviation et en carburéacteur. Approximativement 75 aéronefs sont basés à CYSN.

Cinq avions T-28 Trojan a pris part à l’entraînement de vol en formation, dont trois appareils basés en Ontario et deux aux États-Unis. Les pilotes principaux étaient Dave Martin, Alf Beam, Danny Richer, Andrew Swart, Jim Kelly et Brent Mahoney.

Le T-28 Trojan de North American est un aéronef à moteur en étoile utilisé par les forces armées américaines depuis les années 1950. Pour plus de photos, visiter le site Web de Gusair.

Le BST publie son rapport d’enquête sur un incident mortel à Ferme-Neuve

Ce tableau illustre la reprise partielle des activités dans les secteurs commerciaux de la formation des pilotes et du transport aérien de passagers et de marchandise. Ces chiffres couvrent également l’aviation récréative dans les grands aéroports (Source : BST)

Le 16 mai dernier, le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada a publié son rapport d’enquête (A21Q0090) concernant la collision avec la surface de l’eau et le capotage d’un hydravion ayant eu lieu en septembre 2021 à Ferme-Neuve, au Québec.

Le BST a mené une enquête de portée limitée sur cet événement pour recueillir des faits et promouvoir la sécurité des transports grâce à une sensibilisation accrue aux enjeux de sécurité potentiels.

L’incident a eu lieu le 24 septembre 2021, vers 13h55 HE, lorsqu’un hydravion sous immatriculation privée Piper PA-18S-150 (immatriculation C‑FVPZ, numéro de série 18-8540), avec à son bord le pilote et une passagère, a décollé de la rivière du Lièvre dans la municipalité de Ferme-Neuve, au Québec, pour effectuer un vol selon les règles de vol à vue (VFR) à destination d’un plan d’eau situé à 13 milles marins (NM) à l’ouest de Parent, Québec.

Le BST explique qu’une personne qui se trouvait sur la rive sud de la rivière a observé l’aéronef près de la surface de l’eau, en forte inclinaison à droite, peu après le décollage. Après l’avoir brièvement perdu de vue, le BST note qu’elle l’a ensuite vu renversé dans la rivière. Les 2 occupants ont été retrouvés noyés, explique le rapport, et la passagère avait partiellement franchi la porte. L’aéronef a subi des dommages importants à l’aile gauche.

Pour en savoir plus sur le rapport et les conclusions de l’enquête, consulter le site Web du BST.

Un premier vol d’hélicoptère alimenté à 100 % par du carburant durable

Airbus a annoncé avoir réussi le tout premier vol d’hélicoptère totalement alimenté par du carburant durable d’aviation, un appareil H225 muni de deux moteurs Makila 2 de Safran.

Ce vol, qui survient après le vol en novembre 2021 d’un hélicoptère H225 avec un moteur Makila 2 sur deux alimenté par du carburant durable, s’inscrit dans le cadre d’une campagne lancée par l’entreprise pour comprendre l’impact de l’utilisation du carburant durable d’aviation sur les systèmes de l’hélicoptère. Airbus compte continuer à tester d’autres types d’hélicoptères et architectures de carburant et de moteurs, dans l’objectif de certifier l’utilisation exclusive de carburant durable d’aviation pour ses appareils d’ici 2030.

« Ce vol, où les deux moteurs du H225 étaient alimentés à 100 % par du carburant durable d’aviation, est un jalon important pour l’industrie des hélicoptères », a commenté Stefan Thome, vice-président directeur de l’ingénierie et directeur de la technologie pour Airbus Helicopters. « Il marque une nouvelle étape dans nos efforts pour certifier l’utilisation de carburant durable à 100 % dans nos hélicoptères. À elle seule, cette mesure nous permettrait de réduire les émissions de CO2 par 90 %.

Airbus affirme que le recours aux carburants durables est un levier important pour atteindre son objectif de réduire de moitié les émissions de CO2 de ses hélicoptères d’ici 2030. Selon le rapport Waypoint 2050, l’utilisation du carburant durable d’aviation représenterait entre 50 et 75 % de la réduction d’émissions de CO2 requise pour atteindre la carboneutralité dans l’industrie aéronautique d’ici 2050.

(Photo : Airbus)

DDC annonce des ententes avec Halton Healthcare et DSV

Le 17 juin 2022, Drone Delivery Canada, avec l’aide de son agent commercial Air Canada, a conclu des ententes avec DSV Air & Sea Inc. Canada et Halton Healthcare Services Corporation. En vertu de ces ententes, l’entreprise déploiera sa plateforme de livraison par drone afin d’établir un lien de transport additionnel avec l’hôpital d’Oakville.

Drone Delivery Canada (DDC) explique que cette initiative a été développée en collaboration avec l’Université McMaster et DSV Air & Sea (DSV), partenaire logistique de l’entreprise. L’Université McMaster souhaite utiliser les données et observations recueillies par le projet pour développer son expertise médicale, dans l’objectif à long terme d’intégrer l’utilisation de drones dans la chaine d’approvisionnement en isotopes.

L’itinéraire prévu pour ce projet pilote à but lucratif reliera le siège social de DSV Canada, situé à Milton, en Ontario, et l’hôpital Trafalgar Memorial d’Oakville. Les vols utiliseront l’infrastructure actuelle de décollage et d’atterrissage DroneSpot de DSV, en plus d’infrastructures additionnelles à l’hôpital. Le lancement des activités est prévu au 3e trimestre de 2022 et celles-ci s’étendront sur 6 mois. La route intrasite de DSV continuera de fonctionner en parallèle.

« Nous sommes ravis d’être à l’avant-garde de ce système de livraison novateur et nous avons hâte de travailler avec nos partenaires pour poursuivre le développement de cette technologie dans le domaine de la santé », a déclaré Hilary Rodrigues, v.-p. principale des services corporatifs et du rendement et directrice des finances pour Halton Healthcare.

(Photo : Drone Delivery Canada)

Le groupe de travail de l’aéroport de Huronia présente son rapport final

– Par Derek Howard, Initiative de journalisme local, MidlandToday.ca

En avril, le groupe de travail de l’aéroport de Huronia a organisé une rencontre publique afin de présenter son rapport final aux trois municipalités copropriétaires de l’aéroport.

Deux des trois municipalités partenaires, soit Tiny, où se trouve l’aéroport de Huronia (CYEE), et Penetanguishene, ont depuis exprimé leur volonté de dresser un portrait précis de leur propriété. Elles souhaitent maintenant que Midland fasse de même.

Suite à cet événement fort apprécié, la commission de l’aéroport de Huronia (HAC) a reconnu qu’un rapport d’arpentage exhaustif sur l’aéroport et ses éléments majeurs sera nécessaire pour se conformer aux meilleures pratiques de l’industrie et regarder vers l’avenir.

Le coût unique du projet a été estimé à 60 000 $ auquel s’ajoute la TVH. La HAC a demandé aux conseils municipaux de contribuer à ce montant en fonction de leurs parts respectives : 14 916 $ pour Tiny (22 % du montant total) ; 18 984 $ pour Penetanguishene 28 % du montant total ; et 33 900 $ pour Midland (50 % du montant total).

Lors d’une réunion régulière du conseil du canton de Tiny, le directeur de la planification et du développement, Shawn Persaud, a résumé la demande de la HAC en expliquant que, bien que certaines parties des plans de référence soient disponibles, l’arpentage complet de la propriété n’avait jamais été réalisé. « Nous avons demandé des devis de la part d’entreprises d’arpentage pour effectuer une étude des délimitations, incluant les bâtiments actuels, la piste, l’emprise réservée à une route et les infrastructures de services publics en surface, afin de pouvoir réaliser les autres initiatives souhaitées par le groupe de travail », a expliqué M. Persaud.

Le directeur administratif du canton de Tiny, M. Robert Lamb, a recommandé que la demande soit acceptée à condition que les conseils de Penetanguishene et de Midland fassent de même, ce qui a été accueilli favorablement par le conseil. La directrice des finances et trésorière de la municipalité, Mme Haley Leblond, a informé le conseil que la demande de 14 196 $, non incluse dans le budget 2022 de l’aéroport, serait tirée des réserves d’infrastructure si approuvée.

Le conseil de Tiny a accordé son soutien, en soulevant tout de même la question de savoir si une étude complète était absolument requise. M. Persaud a indiqué que la segmentation de l’étude avait été discutée par le groupe de travail, mais qu’il a été jugé nécessaire et essentiel que l’étude soit réalisée pour l’ensemble de la propriété. « Il y a de nombreux avantages à faire l’arpentage de propriété entière, a expliqué M. Persaud. Je crois néanmoins que certaines autres études requises pour le développement de l’aéroport, comme les études environnementales et d’ingénierie, pourront être divisées en différentes sections. »

Quelques heures plus tard, la question a été présentée au comité de Penetanguishene lors d’une réunion. Le conseiller Dan La Rose a résumé la requête faite aux trois partenaires municipaux. M. La Rose a présenté le rapport ainsi : « C’est un énorme projet qui couvre une grande superficie. C’est complexe, car la propriété appartient aux trois municipalités, mais c’est un point de départ incontournable. Nous devons absolument savoir ce que nous possédons, où la propriété se situe exactement et qu’est-ce qu’il serait possible de faire avec les parties restantes. »

Les autres membres du comité ont salué le travail de la HAC, notamment le conseiller George Vadeboncoeur, qui voit cette étude comme une source de renseignement importante. « L’arpentage complet de la propriété est essentiel pour l’aéroport », a dit M. Vadeboncoeur, « et une fois tous ses éléments bien identifiés, nous aurons en main une étude ayant valeur légale sur laquelle nos décisions futures concernant l’aéroport pourront s’appuyer. »

Le directeur administratif de Penetanguishene, Jeff Lees, a informé le comité que le canton Tiny avait adopté la condition tripartite et approuvé la requête plus tôt la même journée. Il a également noté que le personnel recommandait de puiser le montant de 18 984 $ dans les réserves de prestation de services de la municipalité. Le comité de Penetanguishene s’est entendu pour continuer officiellement les discussions et adopter une motion lors de la réunion régulière du conseil municipal prévue le 13 juillet.

Le conseil de Midland discutera de la requête de 33 900 $ de la HAC lors du prochain conseil municipal régulier prévu le 15 juin.

(Photo : Huronia Airport)

 

Tier 1 réussit le premier vol d’un hélicoptère R44 entièrement électrique

Tier 1 Engineering, entreprise spécialisée dans la conception et le développement d’aéronefs électriques, a réussi le 4 juin dernier le premier vol d’un hélicoptère Robinson R44 entièrement électrique doté d’une unité de propulsion électrique magniX. Le vol, d’une durée approximative de 3 minutes, a été effectué à partir de l’aéroport militaire Los Alamitos, en Californie.

Tier 1 développe une version entièrement électrique du Robinson R44 pour le compte de Lung Biotechnology PBC, une entreprise de biotechnologie ayant pour mission de pallier la pénurie d’organes transplantables aux États-Unis. La conception de l’appareil intègre le système de batterie de Tier 1 Engineering et l’unité de propulsion électrique magniX.

« La technologie de magniX propulse des aéronefs électriques depuis décembre 2019 et ce vol marque une autre étape importante pour l’entreprise, soit l’électrification d’un aéronef à voilure tournante », a déclaré Nuno Taborda, PDG de magniX.

Tier 1 Engineering collabore actuellement avec le bureau de certification aéronautique FAA de Los Angeles dans le but d’obtenir un certificat STC pour son projet e-R44. Lung Biotechnology PBC souhaite acquérir une flotte aérienne pour transporter des organes à greffer.

« Ce vol sans précédent d’un hélicoptère entièrement électrique et doté d’un moteur électrique reconnu représente un pas important vers l’obtention d’une certification d’aéronef », a souligné Glen Dromgoole, président de Tier 1 Engineering.

(Photo : Tier 1, magniX)

Flight Line, CHAA et Waterloo Warbirds offrent des ateliers de vol en formation

– Texte et photos par Gus et Clara Corujo

La Canadian Formation Clinic, un événement offrant des cours pratiques pour le vol en formation, a eu lieu du 8 au 10 juin 2022 à l’aéroport international de Waterloo (CYKF).

Cet événement, organisé par Flight Line Services en collaboration avec Canadian Harvard Aircraft Association et Waterloo Warbirds, comprenait aussi un volet spectacle en lien avec la formation de vol d’aéronefs Harvard, auquel a pris part l’équipe d’acrobatie aérienne Canadian Harvard. Le contingent était composé de six aéronefs Harvard, dont trois provenant de la Canadian Harvard Aircraft Association de Tillsonburg, un des Waterloo Warbirds et deux appareils privés.

L’aéronef Harvard est un avion de formation monomoteur avancé conçu par North American Aviation. Il a été utilisé au Canada durant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre du plan de formation aérienne du Commonwealth britannique. Le Harvard figure parmi les aéronefs de formation les plus célèbres et prolifiques de l’histoire.

Le but de cet événement de formation de trois jours était de former et recertifier des pilotes de partout au Canada sur la norme FAST (Formation and Safety Team).

Pour voir des photos de l’événement de formation Harvard.

Pour voir des photos de l’événement de formation Flight Line.

STARS ajoute un hélicoptère à sa flotte de Grande Prairie

― Par Jesse Boily, Initiative de journalisme local, Town & Country News (Photo : Jesse Boily)

Le 25 mai, STARS a officiellement accueilli son tout nouvel hélicoptère H145 à la base de Grande Prairie. D’une valeur de 13 millions de dollars, cette acquisition s’inscrit dans l’ambitieux plan de l’organisme visant à renouveler sa flotte actuelle d’hélicoptères BK117 et AW139. L’événement a attiré plus de 100 personnes, parmi lesquels se trouvaient des dignitaires locaux, du personnel médical d’urgence, des membres d’équipage et d’anciens patients de STARS.

« L’appareil que nous utilisions avait presque 40 ans. Si on regarde les options qui s’offrent à nous aujourd’hui, il s’agit d’un énorme bond en avant sur le plan de la technologie et de caractéristiques de sécurité », a remarqué Glenda Farnden, agente de liaison municipale pour STARS. « Cet hélicoptère nous permettra de poursuivre notre mission pendant de nombreuses années », a-t-elle ajouté.

Plusieurs résidents ont d’ailleurs déjà remarqué la présence du nouvel hélicoptère rouge dans le ciel de la région. En effet, après avoir effectué plusieurs vols de formation avec un équipage de Grande Prairie au cours des derniers mois, le nouveau H145 est en service depuis la semaine dernière pour aider les patients de la région. « Ce nouvel appareil est un investissement pour améliorer notre capacité à servir les gens de la région de la Grande Prairie pour les décennies à venir et nous sommes reconnaissants envers les membres de la collectivité de nous avoir aidé à atteindre notre objectif », a déclaré la présidente et cheffe de la direction de STARS, Andrea Robertson.

Mme Robertson a noté qu’il devenait de plus en plus difficile et coûteux de trouver des pièces de rechange et d’assurer l’entretien de la flotte d’hélicoptères de l’organisme. « Notre flotte vieillissante se compose majoritairement d’appareils qui ne sont plus en production et les coûts d’entretien ne cessent d’augmenter », a-t-elle expliqué.

« Je tiens à remercier STARS pour son travail. Je sais à quel point les familles dévastées par la tragédie sont reconnaissantes lorsque STARS est là pour les aider », a déclaré Chris Warkentin, député fédéral de Grande Prairie—Mackenzie, ajoutant qu’il fallait continuer à recueillir des fonds et à sensibiliser la population au travail de STARS, « car ils veillent sur ceux qui tiennent le présent pour acquis, sans se douter qu’ils auront besoin d’aide demain. »

Mme Farnden a expliqué que cet hélicoptère était attendu depuis longtemps, la campagne de renouvellement de la flotte à Grande Prairie ayant débuté en septembre 2019. « L’événement de lancement organisé en septembre 2019 a beaucoup contribué à mobiliser les municipalités de la région, ainsi que l’industrie du pétrole et du gaz et les dons individuels », a-t-elle analysé. Elle a par ailleurs tenu à souligner le don de 2 M$ remis par Birchcliff Energy, dont 1,5 M$ ont été investis dans le nouvel hélicoptère.

Les municipalités de la région ont aussi grandement contribué à l’achat du nouvel hélicoptère-ambulance. Le comté de Grande Prairie a fait don de 500 000 $ en février 2020 pour l’achat de l’hélicoptère H145. La municipalité de Sexsmith a remis une contribution de 2 $ par habitant, pour un total d’environ 5420 $ par année. En septembre 2021, la municipalité a remis un montant additionnel de 5000 $ pour le nouvel hélicoptère.