Bourses d'études COPA Neil J. Armstrong

Depuis plus de 25 ans, la bourse COPA Neil J. Armstrong a contribué à la nouvelle génération d’aviateurs. La bourse, créée en l’honneur de Neil J. Armstrong, intronisé au Panthéon de l’aviation du Canada, soutient financièrement la formation au pilotage des futurs aviateurs. 

Aider les jeunes pilotes à démarrer leur carrière 

Neil J. Armstrong

La bourse d’études Neil J. Armstrong de la COPA encourage le développement des pilotes canadiens en offrant des bourses annuelles aux pilotes débutants et une formation avancée en vol aux pilotes brevetés. 

  • La bourse d’études Ab-initio fournit jusqu’à 10,000 $ pour couvrir les coûts de formation admissibles associés à la licence de pilote privé (PPL). (Certaines conditions s’appliquent).  
  • La bourse de formation avancée soutient les jeunes pilotes avec 5,000 $ pour une licence commerciale, des avenants ou des qualifications. (Certaines conditions s’appliquent).  

Êtes-vous ou connaissez-vous un passionné de l’aviation âgé de 15 à 21 ans qui aime l’aventure? Les candidatures sont acceptées jusqu’au 31 mars 2021. Nous vous invitons à consulter le site  www.copanational.org/fr/bourses pour plus d’informations sur les critères d’éligibilité.  

“J’ai un emploi à temps-partiel pour m’aider a payé les coûts, mais l’entrainement était toujours trop cher. Cette bourse a fait une grande différence et me permet a terminé ma licence privée et finir ma licence commerciale.” Erik YaremkewichSquamish, BC, gagnant 2018. 

Merci beaucoup de m’avoir fait l’honneur d’être choisie deuxième finaliste touchant ainsi une bourse de 2 000$ pour l’entraînement au pilotage. J’ai été absolument comblée de constater que mes efforts et mon choix de vie ont été récompensés. C’est tout un honneur que d’avoir été choisi parmi tant de candidats aussi doués. Cet argent sera utilisé judicieusement pour soutenir ma formation au pilotage. Merci encore pour la bourse et pour votre assistance. Vous êtes formidables!” Natalie Cloutier, Lac La Biche, Alberta, lauréate du Second Prix pour 2006 

*Le cycle de bourses d’études 2021 de la COPA Neil J. Armstrong est maintenant terminé. Veuillez vérifier à nouveau l’année prochaine à l’approche de la date limite du 31 mars 2022. 

Pour poser votre candidature, veuillez compléter le formulaire en ligne ci-bas et le soumettre avec la documentation nécessaire. Il est préférable de soumettre votre candidature en ligne mais si cela est impossible, les mises en candidature en voie postale devraient être adressées comme suit: 

Association canadienne des pilots et propriétaires d’aéronefs
Attention: Mise en candidature COPA Neil J. Armstrong
75 rue Albert, suite 903
Ottawa, Ontario K1P 5E7 

Pour plus d’informations, contactez copa@copanational.org ou appelez-nous au 613-236-4901, poste 100.

Cliquez pour télécharger les lignes directrices sur les bourses et la gouvernance des fonds en format PDF.

Vous souhaitez contribuer à l’avenir de l’aviation générale?  

Depuis le lancement de la bourse, près de 60 candidats sélectionnés ont reçu un financement pour la formation au pilotage grâce aux généreuses contributions d’amis et de la famille de Neil J. Armstrong, de membres de la COPA et de la communauté canadienne de l’aviation générale. Pour plus d’informations sur la manière de faire un don et de soutenir une nouvelle génération de pilotes méritants, veuillez consulter le site www.copanational.org/fr/don. 

Les lauréats admissibles devront être des citoyens canadiens ou des immigrants reçus âgés d’au moins 15 ans au moment de l’inscription et d’au plus 21 ans. Ils seront évalués en fonctions des critères suivants: 

  • ils auront démontré leur intérêt envers une carrière dans l’aviation ou porté un vif intérêt envers l’aviation générale au Canada; 
  • avoir fait preuve d’initiative et de détermination; 
  • posséder les aptitudes nécessaires tel que le démontreront leurs résultats académiques; 
  • savoir participer à des efforts communautaires ou manifester un esprit d’engagement envers la collectivité; 
  • avoir besoin du soutien financier offert par les bourses. 

Au moment de déposer leur demande, les candidats à une bourse de formation ab-initio ne doivent pas avoir déjà obtenu un permis de pilote quel qu’il soit, y compris: la licence privée, le permis de pilote de loisir, le permis de pilote d’ultra-léger ou de planeur. Les candidats peuvent cependant détenir un permis d’élève-pilote, mais ne peuvent avoir accumulé plus de dix heures de vol d’entraînement. Dans certaines circonstances, le comité de sélection pourra toutefois considérer la demande de candidats ayant volé plus de dix heures, et plus particulièrement, dans les cas où les vols d’entraînement se sont déroulés sur une longue période de temps. 

Les candidats à la formation ab-initio peuvent recevoir d’autres bourses d’entraînement au pilotage ou d’autres formes d’assistance. Toutefois, les candidats ayant reçu une bourse d’entraînement au pilotage d’aéronefs motorisés des Cadets de l’Air, ou en vertu de tout autre programme débouchant sur l’obtention d’une licence de pilote privé, ne sont pas admissibles au programme des bourses de formation ab-initio de COPA. 

Les candidats à une bourse d’assistance à la formation avancée doivent d’abord être des membres en règle de COPA avant de pouvoir soumettre leur requête. 

Les lauréats peuvent choisir l’école de pilotage où ils recevront leur formation, sous réserve de l’approbation de COPA. Le centre d’entraînement devra être une Ecole de pilotage autorisée ou une institution d’enseignement reconnue au Canada, possédant des installations de formation jugées satisfaisantes par COPA et acceptant d’entrée de jeu les conditions d’attribution de la bourse. COPA versera les fonds directement au centre d’entraînement et pourrait également débourser les sommes nécessaires à l’acquisition de manuels et du matériel académique, au début de la période de formation. Les lauréats devront être des membres en règle de COPA pour la totalité de la durée de leur entraînement. 

Les lauréats pourront eux-mêmes choisir le centre de formation au pilotage où ils souhaitent parfaire leur entraînement, sujet à l’approbation du Conseil. Ce centre devra être une école de pilotage autorisée où une maison d’enseignement possédant les installations requises, à la satisfaction du Conseil. 

La formation devra être complétée dans un délai raisonnable, soit une période d’un an au maximum. Dans l’éventualité où le lauréat ne parviendrait pas à progresser de manière satisfaisante ou adopterait une conduite contraire à l’esprit du Fonds, le Conseil pourra révoquer la bourse et cesser de défrayer toute dépense additionnelle de formation. Lorsque requis par le Conseil, le centre de formation fera rapport sur la progression du lauréat. 

Les frais de formation admissibles incluent: 

  • les coûts de la formation théorique, y compris les manuels et le matériel requis pour la participation aux cours; 
  • les coûts de location des aéronefs d’entraînement et le temps des instructeurs; 
  • les coûts de toute formation avancée ou des endossements de licences jusqu’au total prévu pour la bourse. 

Les dépenses  non couvertes incluent: les repas personnels ou le transport vers le centre d’entraînement, les vêtements ou le matériel d’aviation non requis dans le contexte de la formation. Le Conseil aura le pouvoir de décision finale lorsqu’il s’agira d’approuver ou non les dépenses. 

Les candidats gagnants s’engagent à participer aux activités promotionnelles futures de la COPA.  

Les fonds restants à la fin de la formation seront réinvestis dans le Fond pour de prix dans l’avenir. 

Neil J. Armstrong s’est joint à la Gendarmerie royale du Canada et a obtenu son diplôme de pilote en tant qu’officier où il a été affecté comme instructeur de vol. Après sa libération honorable, il a poursuivi sa carrière en tant qu’ingénieur en géologie et géophysique.  

En 1961, il a effectué un vol transatlantique sans escale en compagnie de son ami Max Conrad dans un Piper Apache, de Terre-Neuve à l’Irlande en 13 heures ! Deux ans plus tard, agissant en alternance comme pilote et navigateur, cette fois-ci en compagnie de Roy Moore, il a traversé le Pacifique de la côte Californienne et Hawaii en 18 heures à bord d’un Piper Aztec. 

En 1964, il a été élu président de la COPA, un poste qu’il a occupé pendant trois ans. M. Armstrong a écrit une chronique régulière sur ses voyages dans le magazine Canadian Flight de la COPA de l’époque. 

Il a été nommé au Panthéon de l’aviation canadienne en 1973 avec la citation suivante : 

“En alliant ses qualités de pilote, ses connaissance techniques, son habilité de navigateur et son engagement constant, même dans l’adversité, il a apporté une contribution immense à l’essor de l’aviation canadienne¨ 

Veuillez visiter www.copanational.org/fr/bourse-copa-neil-j-armstrong pour en savoir plus sur la bourse COPA Neil J. Armstrong et pour déposer votre candidature. 

La bourse d’études Ab-initio 2021 (10,000 $) : Emilie Perron, 16 ans 

Mlle Emilie Perron a toujours été fascinée par le ciel. « D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours regardé le ciel avec une curiosité immense. J’ai toujours été fascinée par l’étendue de l’univers et je me suis demandée ce que le monde pouvait bien offrir. » Cette curiosité a inspiré l’intérêt de Mlle Perron pour l’aviation, l’exploration spatiale et l’astronomie. 

Ayant rencontré l’astronaute canadien Jeremy Hansen en sixième année, Mlle Perron s’est rendu compte qu’elle voulait « décrocher littéralement les étoiles » et devenir pilote et, espérons-le, un jour, astronaute.  

En septembre dernier, Mlle Perron a vécu un « vol des plus remarquables, » lorsqu’elle a effectué son premier vol dans un Piper Super Cub et que des membres de la COPA lui ont offert le contrôle de l’appareil. « Même si je n’ai pas encore de formation de vol, je sais que je veux vivre dans l’aviation. Que ce soit en tant que pilote de ligne, instructeur, pilote d’essai, ingénieur ou même astronaute, je sais que je veux poursuivre une carrière dans le monde de l’aviation. » 

Pour Mlle Perron, obtenir sa licence de pilote et devenir astronaute « peut sembler tiré par les cheveux ou impossible à atteindre, » mais elle a appris que ce qui semble impossible peut être atteint avec un peu de travail et de dévouement.   

Présentement élève de onzième année à l’École secondaire catholique Algonquin, à North Bay, en Ontario, Emilie a un dossier scolaire impressionnant, se classant régulièrement parmi les premiers de sa classe, recevant des prix et prononçant un discours d’adieu. L’année dernière, elle a obtenu la deuxième meilleure moyenne, soit 98 %.   

« J’ai toujours été quelqu’un qui, lorsque son esprit est fixé sur quelque chose, je ferai tout ce qu’il faut pour y arriver. J’ai toujours aimé les défis et je ne pense pas que je doive être limitée dans ce que je peux accomplir en raison de mon âge ou de mon sexe. » 

À l’âge de dix ans, Mlle Perron est passée du hockey féminin au hockey masculin et n’a pas eu peur d’être la seule fille. À l’âge de douze ans, elle a commencé à jouer au football américain. Comme il n’y avait pas d’équipe de filles à North Bay, elle a rejoint une communauté de joueurs masculins. Au cours de sa première année de jeu, elle a reçu le prix de demi défensif de l’année. Lorsque Mlle Perron a eu 14 ans, elle a commencé à arbitrer le hockey mineur et le hockey sur luge dans sa région. 

Mlle Perron estime qu’il est important de s’investir dans sa communauté. Au cours des dernières années, elle a consacré plus de 480 heures de bénévolat pour aider sa communauté. Elle a participé à l’organisation d’un camp de danse, a été l’entraîneur adjoint de deux équipes de football de jeunes pour les North Bay Bulldogs et, depuis octobre, elle a participé à la gestion et à l’entretien d’une boutique de curling.  

Mlle Perron a souvent dû travailler deux fois plus fortes pour faire ses preuves et montrer qu’elle avait sa place. « Dans tout ce que j’ai déjà fait, j’ai dû devenir une personne avec l’esprit d’initiative et être prête à gagner ma vie, des qualités qui, je le sais, seront importantes dans une carrière de l’aviation. Je sais que l’obtention de ma licence de pilote sera un véritable défi, mais cela, pour moi, rend la chose encore plus incroyable et me pousse à la vouloir encore plus. » 

« Je sais que la formation au pilotage est très chère et avec l’université l’année prochaine, je ne suis pas en mesure, financièrement, de poursuivre ce rêve sans aide. Cette bourse m’aiderait à prendre un bon départ dans ma carrière d’aviateur et me permettrait de faire une différence dans ce monde. » 

Mlle Perron espère être acceptée dans le programme d’aviation de l’Université de Waterloo l’année prochaine, lorsque viendra le moment de commencer à postuler dans les universités. 

« Lorsque je réussirai à vaincre les obstacles et à devenir pilote, je souhaite partager ces nombreuses leçons et inspirer les autres à faire ce que leur cœur désire. Je crois qu’en tant que canadiens, nous devons nous défendre les uns les autres et soutenir tous pour leur donner le courage de se battre pour ce qu’ils veulent. » 

Le comité de sélection de la bourse d’études Neil J. Armstrong de la COPA a le plaisir de décerner à Mlle Emilie Perron la bourse d’études ” Ab-initio ” Neil J. Armstrong de la COPA pour 2021. 

La bourse de formation avancée 2021 (5,000 $) : Mark Daniel Pua, 19 ans

Mark Daniel Pua a commencé à étudier l’aviation en lisant “Fromthe Ground Up” à l’âge de quinze ans. À seize ans, il est passé par un processus de sélection rigoureux pour les bourses des cadets de l’air. M. Pua a été sélectionné pour les bourses de planeur et de moteur, devenant pilote de planeur à dix-sept ans et pilote privé à dix-huit ans. À dix-neuf ans, il est devenu pilote professionnel, le plus jeune et le premier desa cour de 2021. « J’ai poursuivi mon rêve de devenir instructeur de vol, car j’aimais enseigner aux cadets. » 

« Je veux être instructeur de classe un et bénévole dans l’aviation générale, » explique M. Pua. « Je m’inspire de mon instructeur de classe un ; il exige davantage de ses élèves et la formation prend plus de temps, mais au final, ils deviennent des instructeurs réputés. » M.Pua apprécie le défi que représente l’aviation.« Cela me donne la satisfaction d’accomplir la mission de la manière la plus efficace et la plus sûre que possible. » Il a fréquenté une école partenaire du Jazz Aviation Pathways Program dans la région de l’Okanagan pour devenir un pilote plus sûr et plus compétent.  

Mais M. Pua croit fermement à l’apprentissage continu. « Puis je suis un étudiant au sol depuis cinq ans maintenant, je n’ai jamais arrêté, car je sais que cela continuera à faire moi-même un meilleur pilote aux commandes. » Pendant son temps libre, il a appris les règles de vol des drones, regardé et écouté des vidéos d’aviation et des podcasts de Cardinal Aviation Ltd, lu des livres tels que “So, you want to be a pilot, eh“, est devenu un tuteur indépendant pour les étudiants internationaux dans le Lower Mainland, a bénéficié du mentorat de collègues aviateurs, a fait du bénévolat et a aidé les aéroclubs locaux et plus encore. 

En tant qu’immigrants, ses parents ont découvert que leur éducation n’était pas acceptée comme diplôme professionnel au Canada, cela a mené la famille a eu des difficultés financières. Avec cinq frères et sœurs vivant dans une suite de deux chambres, M. Pua et son frère ont pris la responsabilité d’être une source d’inspiration et de prendre soin d’eux. « Ayant connu la faim et les difficultés d’être un immigrant, je trouve que chaque occasion est une bénédiction et je fais de mon mieux pour chacune d’entre elles. » 

Même s’il a été victime d’intimidation, M. Pua s’est appuyé sur les vertus enseignées par ses parents et sur sa foi chrétienne pour ne pas céder à la pression de ses pairs. « J’ai créé une stratégie qui me permettrait de m’améliorer et d’améliorer les autres grâces aux cadets, à l’église, au bénévolat et à un emploi à temps partiel dans un restaurant. Malgré l’environnement difficile, j’avais ma confiance en Dieu et j’ai fait deux fois plus d’efforts requis pour augmenter encore mes chances de devenir pilote. » 

Sans accès à un véhicule, M. Pua devait se rendre aux cadets en bus ou en train et à toutes les autres activités. « Cela m’a permis d’acquérir des compétences en matière de gestion du temps et d’être à l’heure au moins une demi-heure, car nous ne savons pas quand il y a des retards, par exemple lorsque le bus est arrêté en raison de dysfonctionnements, ou que le train doit être réparé. »

M.Pau avait trouvé un emploi d’instructeur de vol, mais la pandémie, cela n’a pas fonctionné. Il s’est retrouvé à vivre avec ses parents. En l’absence de lieux publicspourétudier, comme les bibliothèques, il ne lui restait qu’une possibilité, dans le garage de ses parents. C’est là qu’il a étudié pour obtenir sa licence de pilote professionnel et son examen de Qualification de vol aux instruments (INRAT) et prendre soin de sa santé physique en faisant de l’exercice quotidiennement. L’hiver s’est avéré particulièrement difficile en raison du froid.  

Une citation motivante qui a aidé M. Pua dans sa vie : « Ne jamais abandonner, faire de mon mieux, aider les autres dans le besoin et laisser Dieu s’occuper du reste. » 

« Comme je n’ai aucun contrôle sur les circonstances ni sur l’environnement, je ne pourrais contrôler que moi-même et la façon dont je traite les autres. De cette façon, quel que soit le défi, je réussis du mieux que je peux. » M. Pua utilisera la bourse pour financer sa qualification d’instructeur auprès de Coastal Pacific Aviation Ltd

Le comité de sélection de la bourse d’études Neil J. Armstrong de la COPA accorde cette bourse d’études à M. Mark Daniel Pua pour l’aider à suivre une formation de vol avancée. 

Précisions additionnelles sur le Fonds des bourses d’études Neil Armstrong

Administré par l’Association canadienne des pilotes et propriétaires d’aéronefs (COPA)

Un Fonds des bourses d’études Neil Armstrong a été constitué à partir des contributions obtenues des amis de Neil Armstrong ou de la communauté aéronautique canadienne. Des dons peuvent être faits au Fonds Neil Armstrong de la Fondation de COPA pour la sécurité aérienne. Un reçu pour contribution charitable sera émis.

Le fonds vise deux objectifs:

– Rendre hommage à l’un des grands aviateurs canadiens;

– Aider des jeunes gens talentueux à parfaire leur formation de pilote dans l’esprit même de la démarche personnelle de Neil J. Armstrong, dont la vie aventureuse s’est déroulée à l’enseigne d’un optimisme incessant.

Les directives du Fonds interdisent le recours au principal pour tout déficit du fonds destiné à l’entraînement. Tout surplus dans les rentrées  du fonds pourra servir au financement des coûts de présentation, ou à parrainer la participation d’un lauréat ou d’un membre de la famille Armstrong à la cérémonie, à augmenter le capital du fonds ou encore à accroître le nombre de bourses attribuées.

Le Fonds est administré par le comité exécutif du conseil d’administration de l’Association canadienne des pilotes et propriétaires d’aéronef. L’actif du Fonds ne peut être utilisé qu’aux seules fins décrites dans les directives administratives.

Il existe un Comité de sélection comprenant au minimum cinq personnes y compris deux représentants de la famille Armstrong, le président du conseil et deux directeurs de COPA.

La date limite pour le dépôt des candidatures au siège social de COPA est le 1er mars. Les lauréats seront informés des résultats au plus tard le 15 mai.