Bourses de la COPA, un tremplin pour les membres et aspirants pilotes

— Par Sharon Cheung

Chaque année, la COPA fait sa part pour aider les membres méritants et les aspirants pilotes à atteindre leurs objectifs grâce à son programme de bourses d’études. Au cours des dernières années, nous avons augmenté nos bourses annuelles de 14 000 $ (2 bourses) à près de 30 000 $ (8 bourses). 

Grâce aux dons généreux faits à la Fondation pour la sécurité des vols de la COPA, nous avons accordé plus de 330 000 $ en bourses d’études au cours des dernières décennies. Nous vous invitons à contribuer à notre fondation et à aider d’autres pilotes à prendre leur envol dans l’aviation générale. Poursuivez votre lecture pour découvrir les histoires des récipiendaires de cette année !  

Bourse d’étude Ab-Initio Neil J. Armstrong

Les candidats à cette bourse, âgés de 16 à 21 ans, sont évalués en fonction de leur intérêt manifeste pour l’aviation, de leur engagement communautaire, de leurs résultats scolaires, de leur capacité à fixer et à atteindre des objectifs et de leur engagement à obtenir leur licence de pilote privé (PPL). Le lauréat de cette année est David He, qui a reçu 14 000 dollars pour obtenir sa licence de pilote privé. Malgré les difficultés financières qui ont poussé David He, originaire de Burnaby, en Colombie-Britannique, à prendre plusieurs emplois à temps partiel pour aider à subvenir aux besoins de sa famille, il a accompli beaucoup à l’âge de 20 ans. Son enthousiasme pour la politique publique lui a valu d’être nommé au Conseil des jeunes du Premier ministre, chargé de fournir des conseils non partisans au gouvernement fédéral sur diverses questions. La passion de David pour l’aviation l’a amené à rejoindre les cadets de l’air, à passer des centaines d’heures de simulation, à commencer une formation au sol en ligne et enfin à devenir le récipiendaire de la bourse COPA Neil J. Armstrong Ab-Initio de cette année.  

Bourse COPA New Wings

Pour la première fois cette année, Diamond Doors, un fabricant canadien de portes pliantes commerciales situé à Winkler, au Manitoba, nous a aidés à présenter la bourse d’études New Wings de la COPA. Cette bourse de 5 000 $ est destinée à aider une personne âgée de 21 ans ou plus à obtenir une licence de pilote privé.

Amanda Poirier, de Lindsay, en Ontario, est la première récipiendaire de la bourse Nouvelles Ailes de la COPA et la première de sa famille à devenir pilote. Elle a commencé sa formation au pilotage à la fin de l’année 2021 à Lindsay, en Ontario, et a récemment obtenu son PPL en août à la Canadian Flight Academy d’Oshawa, en Ontario. Son parcours dans l’aviation a commencé plus tard que d’autres. Son beau-père l’a entendue parler de son désir de voler et lui a réservé un vol de découvrir l’aviation pour son 31e anniversaire. Dès que les roues ont quitté le sol, Amanda a su que c’était ce qu’elle voulait faire de sa vie. Après avoir obtenu sa licence de pilote de ligne, elle travaille actuellement à l’obtention de sa qualification de vol de nuit, de sa qualification de vol sur flotteurs et de sa licence de pilote de ligne, dans le but de piloter des vols charters dans le nord de l’Ontario.

Bourse de formation avancée en vol de la COPA 

La bourse de formation avancée en vol de la COPA soutient les membres de la COPA qui souhaitent suivre une formation avancée en vol. Cette année, la COPA a décerné trois bourses de 2 500 $ chacune à Lauren Nagel (Ottawa, ON), Annie Wen (Alfred, ON) et Ashley Gellatly (Walkerton, ON). 

Lauren Nagel a effectué son premier vol de découverte aviation à la CNF4 en 2016. Au départ, elle pensait qu’ils volaient juste pour s’amuser avec un ami de son père (parce que c’est ce qu’il lui avait dit), alors elle a été confuse quand cet “ ami “ a commencé à lui enseigner comment utiliser les commandes. Néanmoins, elle s’est sentie à l’aise et a apprécié le vol. De retour au sol, le père de Lauren a révélé que cet “ami” était un instructeur de vol. Il lui a dit qu’il voulait passer sa licence de pilote et a demandé à Lauren si elle voulait aussi passer la sienne, maintenant qu’elle avait fait cet essai sans pression. Lauren a finalement commencé sa formation au CNF4, obtenant son RPP (permis de pilote de loisir) en 2017, puis son PPL (licence de pilote privé) en 2018 au CYRO. L’obtention de sa licence de pilote a changé sa vie, son parcours professionnel et ses loisirs. Lauren est devenue active au sein de l’aéroclub des étudiants de l’Université McGill, a fait un stage à la COPA, et finalement, en 2020, elle a obtenu son diplôme et a commencé à travailler pour une entreprise aérospatiale basée à Gatineau qui dessert les industries des drones et de l’aviation électrique. Aujourd’hui, Lauren passe la plupart de son temps à faire du bénévolat pour la section d’Ottawa de l’ACRSA (Association civile de recherche et de sauvetage aériens), où elle est navigatrice certifiée. Lauren utilisera cette bourse pour obtenir sa qualification de vol de nuit. 

Annie Wen a débuté dans l’aviation grâce au programme de bourses de pilote de planeur des Cadets de l’air en 2008 à Debert, en Nouvelle-Écosse. Elle a obtenu son PPL l’été suivant grâce au programme de bourses Power Pilot. Annie est titulaire d’une licence en génie logiciel et d’une maîtrise en génie aérospatial. Elle travaille actuellement chez Air Canada Cargo dans l’équipe d’intelligence artificielle. Au cours des dix dernières années, elle a progressivement accumulé des heures de vol en vue de l’obtention de la licence de pilote professionnel. Elle a passé l’examen écrit en 2021 et le test en vol en 2022. Annie prévoit d’utiliser les fonds de la bourse de la COPA, bourse de formation avancée de vol de la COPA, pour sa qualification multimoteur. Elle est actuellement gouverneure de la section de l’Est du Canada du Ninety-Nines. Annie et son mari vivent sur une petite ferme d’agrément où ils sont en train de dégager suffisamment d’espace pour aménager une petite piste d’atterrissage. L’année dernière, ils ont construit une cabane Quonset pour y installer un hangar et travailler sur leur Kitfox IV.

Ashley Gellatly était une fervente lectrice de romans historiques lorsqu’elle était une jeune adolescente. Elle a lu un roman sur un pilote de guerre et a été instantanément séduite. Cette introduction à l’aviation d’inspiration militaire l’a amenée à rejoindre les Cadets de l’Air en 2018, où elle a suivi le programme de formation PPL en sept semaines. Pour atteindre son objectif de devenir capitaine instructeur, Ashley a accompli plusieurs réalisations, notamment l’obtention de sa CPL par l’intermédiaire du Waterloo Wellington Flight Centre, l’obtention récente d’un diplôme du programme d’aviation de l’Université de Waterloo et travaille maintenant pour l’obtention de sa qualification d’instructeur de vol. Bien qu’Ashley ait une passion naturelle pour l’enseignement, elle estime que l’instruction en vol est une porte d’entrée vers le vol en équipage multiple.

Bourse de la COPA de pilote de SATP

Grâce à la bourse de la COPA de pilote de SATP (Système d’aéronef télépiloté), les membres de la COPA peuvent obtenir leur certification SATP avancée. Cette année, la COPA a aidé trois de ses membres à suivre une formation avancée SATP: Isaac Esikhaty (Lakefield, ON), Robert Whitley (Edmonton, AB) et Abdoul Kader Kimba Dodo (Montréal, QC).

Isaac Esikhaty a grandi dans l’armée de l’air, sur une base militaire, ce qui a fait germer la graine de l’aviation dans sa vie très tôt. Cependant, ce n’est qu’après avoir obtenu son diplôme universitaire et trouvé un emploi qu’il a pu financer sa formation PPL. Aujourd’hui titulaire d’un PPL et travaillant dans un internat et un externat privés et mixtes pour les élèves de la 9e à la 12e année en Ontario, Isaac a combiné sa passion d’inspirer les jeunes dans les matières STEM avec sa passion pour l’aviation en lançant un programme de drone l’année dernière dans l’école où il travaille. Il a lancé ce nouveau programme parce qu’il s’est donné pour mission personnelle d’inciter les jeunes à explorer le monde de l’aviation et à y apporter des idées, et de favoriser la discipline et la culture de la sécurité que l’industrie inspire grâce à des procédures d’exploitation normalisées.

Robert Whitley est membre du vol 51 à Wetaskiwin de la COPA depuis 30 ans et a récemment pris sa retraite en tant que capitaine du vol 176 de la COPA. Sa passion pour l’aviation a commencé lors de son premier vol à l’âge de cinq ans et il est actif dans l’aéromodélisme depuis 1971. Robert est instructeur indépendant pour mieux servir les aspirants pilotes dans leur propre avion et a piloté 53 types d’avions à ce jour. Tous nos vœux de réussite à Robert, qui prévoit d’utiliser sa certification avancée en matière de drones pour améliorer ses connaissances et les partager avec ceux qui s’intéressent aux RPAS, aux modèles réduits d’avions et à l’aviation grandeur nature.

Abdoul Kader Kimba Dodo est titulaire d’une licence de pilote de planeur qu’il a obtenue en 2011 par l’intermédiaire des Cadets de l’air. Il a également obtenu son PPL et étudie actuellement pour obtenir son CPL à l’école de pilotage de Saint Hubert. Abdoul possède une licence de parachutisme avec plus de 229 sauts à ce jour et travaille à l’aéroport de Montréal (CYUL) depuis plus de 7 ans en tant que formateur et gestionnaire de baie pour le dégivrage des avions à Aeromag 2000 YUL. Abdoul a dégivré plus de 11036 avions à ce jour. Le monde de l’aviation a toujours fasciné et motivé Abdoul depuis son enfance et il a l’intention de terminer ses cours de pilotage et de commencer à travailler pour une compagnie aérienne dès que possible. En plus de son implication dans le COPA, Abdoul est un membre actif du Black Aviation Professional Network.  

Journée portes ouvertes de la Canadian Harvard Aircraft Association

― Texte et photos de Gus et Clara Corujo

La dernière journée portes ouvertes de la saison de la Canadian Harvard Aircraft Association (CHAA) s’est malheureusement tenue par une journée pluvieuse, froide et venteuse. Cela n’a pas empêché cinq pilotes en alternance aux commandes de trois avions Harvard de faire le bonheur de leurs passagers.

Composée entièrement de bénévoles, la CHAA a pour mission d’acquérir, de préserver, de restaurer, d’entretenir, d’exposer et d’organiser des sorties avec des Harvard et d’autres avions d’entraînement associés à l’Aviation royale canadienne et au Programme d’entraînement aérien du Commonwealth.

De nos jours, le Harvard s’élève dans le ciel en hommage à tous ceux qui ont servi pour que nous puissions continuer à vivre dans un pays libre. Il honore le souvenir de leur sacrifice ultime.

Nous profitons de cette occasion pour remercier la CHAA et son armée de bénévoles dévoués, grâce auxquels elle a pu devenir l’organisation remarquable que nous connaissons aujourd’hui.

Bombardier accélère les essais en vol de l’EcoJet

Dans le cadre de cette nouvelle étape du projet de recherche EcoJet, Bombardier a fait voler un véhicule d’essais de 5,5 m (18 pi) d’envergure conçu comme un avion à aile et fuselage intégrés visant à réduire jusqu’à 50 % les émissions des avions d’affaires. (Photo : Bombardier)

En marge du Salon annuel 2023 de l’Association de l’aviation d’affaires des États-Unis (NBAA-BACE) tenu à Las Vegas, Bombardier a fait le point le 16 octobre dernier sur son projet de recherche EcoJet, décrivant les progrès réalisés dans la deuxième phase d’essais et dévoilant de nouvelles images d’un prototype de 5,5 m (18 pi) d’envergure. L’avionneur montréalais a expliqué que son projet de recherche EcoJet vise à réduire jusqu’à 50 % les émissions d’avion par une combinaison d’améliorations aérodynamiques, de propulsion et autres.

La recherche sur les technologies EcoJet a été lancée il y a 15 ans et s’est maintenant concrétisée en une gamme de véhicules à aile et fuselage intégrés qui se livrent à des essais en vol pour développer et porter à maturité les technologies pertinentes. Bombardier a fait valoir que l’analyse des données recueillies à partir du prototype de 5,5 m permettra à l’équipe d’ingénierie de parfaire ses connaissances des nouvelles lois de contrôle de l’aviation adaptées à la géométrie radicalement différente d’un avion à aile et fuselage intégrés, destinées à être appliquées aux avions d’affaires plus durables du futur.

« Nos ingénieurs sont impatients de commencer à exploiter les résultats tirés de cette deuxième phase du programme d’essais en vol », a commenté Stephen McCullough, vice-président principal, Ingénierie et Développement de produit. « À partir des nombreuses données tirées de la première phase d’essais en vol et tirant maintenant parti d’un modèle d’envergure deux fois plus large que le premier prototype, nous pouvons raffiner notre analyse. Chacune des phases expérimentales supplémentaires nous permet de tracer la voie menant vers des conceptions d’avions plus respectueuses de l’environnement et vers des nouvelles technologies. »

Composé de plusieurs campagnes de vol libre, le programme d’essais en vol de cet avion à aile et fuselage intégrés sera réalisé sur plusieurs années pour générer des données sans cesse plus précises dans des environnements représentatifs du monde réel. Le prototype de 5,5 m d’envergure du projet de recherche EcoJet de Bombardier a volé pour la première fois en 2022. C’est en 2017 que l’équipe Recherche et Technologie de Bombardier a commencé à tester la faisabilité en situation réelle de son travail théorique avec son premier prototype d’une envergure d’environ 2,4 m (8 pi).

Bombardier a également profité du NBAA-BACE 2023 pour souligner la livraison de son 150e biréacteur d’affaires Global 7500 en septembre dernier (à un client non divulgué). Le Global 7500 est entré en service en 2018.

La Flight Academy obtient le statut de collège

― Par Samantha Johnson, journaliste à l’Initiative de journalisme local, Medicine Hat News

La South Alberta Flight Academy (SAFA) a obtenu le statut d’école collégiale par l’Alberta Education en avril dernier. Le surintendant Reagan Weeks a fait une brève présentation au conseil lors de la réunion ordinaire de Prairie Rose Public Schools (PRPS) le 9 mai.

Même si PRPS savait que la concurrence serait féroce, elle a déposé sa candidature en raison de l’excellent programme qui a été créé. Les exigences collégiales comprenaient une collaboration entre la division scolaire et Super T Aviation, qui s’avère une école accréditée à part entière dans la province de l’Alberta. Ainsi, elle peut délivrer des certifications aux étudiants.

La nouvelle entité collégiale comportera trois programmes. En 10e année, les élèves participeront désormais à une formation en milieu sauvage, où ils feront l’expérience d’un simulacre d’écrasement d’avion. De plus, ils recevront leur licence radio ainsi que de nombreux autres certificats. En deuxième année, les élèves auront des occasions supplémentaires qu’ils n’avaient pas auparavant, et ils devront faire des choix.
Voici les trois programmes : (1) Technique d’entretien d’aéronefs (les étudiants y apprendront comment prendre soin des avions et suivre le processus de certification); (2) Pilotage; et (3) Contrôle aérien d’aéronefs et drones.

Tous les étudiants de la SAFA suivront des cours dans les trois programmes. Néanmoins, ils en choisiront un seul pour leur certification. Une quatrième année sera également offerte, au cours de laquelle les étudiants pourront compléter leur licence de pilote professionnel ou suivre la formation pour être certifié comme technicien d’entretien d’aéronefs.

Les élèves des trois programmes participeront à la construction du prochain avion de la SAFA. PRPS prévoit de vendre l’avion construit par les étudiants tous les trois ans. Celui nouvellement construit sera réservé aux étudiants du programme et aux nouveaux diplômés pour cumuler leurs heures de vol, ce qui diminuera les frais de location.

Hommage à Eric Dumigan à l’aéroport de Tillsonburg

― Texte et photos par Gord McNulty, vice-président de la Société d’histoire de l’aviation canadienne

Le 23 septembre, la famille et les amis du célèbre photographe aéronautique Eric Dumigan se sont réunis à l’aéroport de Tillsonburg pour lui rendre un hommage tout à son image.

Le nombre impressionnant de personnes et d’aéronefs s’étant déplacé pour l’événement témoigne de la grande estime qu’Eric suscitait au sein de la fraternité aéronautique. L’événement était organisé par la Canadian Harvard Aircraft Association et avait lieu dans le hangar de l’organisation.

Bernadette LaBarre Dumigan a tenu à exprimer sa gratitude à toutes les personnes présentes, ainsi qu’aux donateurs de la campagne GoFundMe lancée suite au décès soudain d’Eric le 25 septembre 2021. Dans un discours émouvant et touchant, Mme LaBarre Dumigan a déclaré qu’elle « aurait préféré avoir une vie plus courte avec Eric qu’une longue vie sans lui. »

Parmi les discours prononcés, soulignons ceux de Rich Kolassa, ami de longue date du défunt et de Naomi Wadsworth, du National Warplane Museum de Geneseo, dans l’État de New York. C’est d’ailleurs au spectacle aérien de Geneseo de 1998 que M. Kolassa a rencontré Eric pour la première fois, eux qui se côtoyaient régulièrement lors d’événements aériens tout au long de l’année.

Les membres de sa famille ont souligné le rire et le sourire espiègle d’Eric, nous rappelant sa bonne humeur contagieuse et le fait qu’il avait toujours une ou deux bonnes histoires à raconter.

Dave Rohrer et Leon Evans ont mené les représentants du Canadian Warplane Heritage Museum à bord du B-25 Mitchell du musée. Hannu Halminen dans son superbe P-51 Mustang aux couleurs du 424e Escadron de l’ARC, Alf Beam dans son T-28 Trojan et un DHC-2 Beaver de Viking Air figuraient également parmi les nombreux aéronefs présents pour l’occasion. Plusieurs noms connus du domaine du spectacle aérien étaient sur place, en plus de représentants des Guelph Tiger Boys, du Jet Aircraft Museum, de la Société historique de l’aviation du Canada, du chapitre 65 de l’EAA-Golden Horseshoe et plusieurs autres.

Six avions Harvard ont exécuté la formation du disparu (Missing Man) pour saluer la mémoire d’Eric, décrit par son ami Rich comme « un grand photographe, mais aussi un grand être humain ». Eric nous a peut-être quittés, mais son héritage inspirant restera avec nous pour toujours.

Dernier rendez-vous aérien de 2023 pour le club aéronautique Trillium Aviators

― Par Phil Lightstone (Photos : Ivan Kristensen)

C’est le 27 septembre 2023 qu’avait lieu le dernier rendez-vous aérien de la saison 2023 du club aéronautique Trillium Aviators. Environ 25 avions et plus de 40 personnes venues des quatre coins de la région sud-ouest de l’Ontario se sont posés à l’aéroport régional Orillia Rama (CNJ4). Avec ses deux pistes (la 12/30, de 3000 pi x 75 pi en asphalte et la 04/22, de 2000 pi x 150 pi) et son hydrobase, Orillia offre un accès facile à la rampe autant pour les avions amphibies que pour les appareils à voilure fixe ou à rotors.

(Photo: Ivan Kristensen)

Les participants se sont réunis au Tailwinds Bar and Grill, un trésor caché à Orillia. En plus de sa salle à manger, le restaurant propose une terrasse extérieure offrant une vue époustouflante sur le lac et les hydravions qui y circulent. L’unité de formation au pilotage d’Orillia offrant un cours de qualification sur hydravion, ce qui fait en sorte que le lac est particulièrement fréquenté par ces appareils. Quoi de mieux que déguster un hamburger tout en regardant les hydravions décoller et atterrir par un beau dimanche après-midi?

Gail Karns, de Lake Country Airways, a affirmé que « les membres de Trillium Aviators ont semblé passer un superbe moment, profitant de conditions météorologiques propices au vol à vue (VFR) et d’un succulent repas au Tailwinds Bar and Grill ».

(Photo: Ivan Kristensen)

Grâce au dévouement d’Ivan Kristensen, l’aéroclub Trillium Aviators entamera sa sixième saison d’activités invitant les pilotes et amateurs d’aviation pour des vols en semaine vers des destinations du sud de l’Ontario. Les activités varient de rendez-vous informels du type « apportez votre chaise et votre pique-nique » à de délicieux barbecues organisés par les chapitres locaux de la COPA. M. Kristensen a fondé le club Trillium Aviators en 2020 en réaction à la pandémie de Covid-19, s’inspirant de vols aériens auxquels il avait pris part durant ses vacances en Floride. La liste de diffusion de M. Kristensen compte désormais plus de 332 noms. À ce jour, l’aéroclub a organisé 59 sorties. Les personnes intéressées peuvent lui écrire à ivankris10@gmail.com pour être ajoutées à la liste.

Brockton étudiera la possibilité de vendre l’aéroport municipal de Saugeen

― Par Pauline Kerr, journaliste à l’Initiative de journalisme local, The Walkerton Herald Times (Photo: Pauline Kerr, The Walkerton Herald Times)

BROCKTON – Le conseil municipal de Brockton a demandé à son personnel de produire un rapport détaillé concernant l’avenir de l’aéroport municipal de Saugeen (SMA). Le rapport aura pour objectif « d’évaluer le service et les implications d’une vente ou d’une dissolution de l’organisation ».

La réunion du conseil du 12 septembre s’est tenue dans le hall du rez-de-chaussée du centre communautaire Elmwood. Un membre de la communauté assistait à la réunion, en plus du président et du vice-président de la commission de SMA, Messieurs Dave Hocking et Tom Hutchinson. Carl Kuhnke, représentant de Brockton à la commission de SMA, était absent.

Le rapport présenté lors de cette réunion indique que « dans le cadre de ses consultations budgétaires (…) la municipalité de Brockton a eu l’occasion d’examiner sa contribution financière à l’aéroport municipal de Saugeen, notamment les importants objectifs de financements inclus dans le budget proposé. Le conseil municipal a également identifié la pertinence d’évaluer le service et ses bénéfices pour les résidents de Brockton. » Le personnel a recommandé qu’un rapport complet soit fait afin d’évaluer le service et la possibilité de vendre l’actif. Une copie de la lettre envoyée à West Grey et Hanover, ainsi qu’un extrait d’une correspondance envoyée au maire de Brockton, Chris Peabody, par M. Hocking, étaient inclus dans l’ordre du jour.

Les membres du conseil de Brockton ont également demandé au personnel d’envoyer une lettre à West Grey et Hanover, les deux autres partenaires propriétaires de l’aéroport, « les invitant à envisager une vente de l’actif ou une liquidation volontaire ». La lettre adressée aux deux autres municipalités, datée du 8 septembre, souligne le rôle déterminant qu’ont joué les bénévoles et les pilotes dans l’exploitation de l’aéroport depuis ses débuts en 1990. La lettre aborde ensuite les défis financiers auxquels sont confrontées de nombreuses municipalités, ajoutant que Brockton se doit « d’évaluer la viabilité à long terme de ce service (SMA) et ses bénéfices pour l’ensemble des résidents de Brockton ».

La lettre indique en outre : « À la lumière des conditions économiques actuelles, le conseil municipal de Brockton estime que le temps est venu pour (…) Brockton d’évaluer l’avenir de l’aéroport municipal de Saugeen et de déterminer si la municipalité devrait continuer de subventionner l’organisation, compte tenu notamment des enjeux juridictionnels associés aux réglementations provinciales et fédérales concurrentes. »

Un premier vol avec du carburant durable d’aviation pour le Diamond DA42-VI

Un avion d’entraînement Diamond DA42-VI propulsé par le moteur Austro AE300 effectue tour de piste à l’aéroport de Brême. (Photo : Aéroport de Brême)

Le 23 septembre, un avion d’entraînement Diamond DA42-VI de l’European Flight Academy, filiale de Lufthansa Aviation Training GmbH (LAT), a effectué pour la première fois quelques tours de piste alimentés au carburant durable d’aviation (SAF) à l’aérodrome de l’aéroport de Brême. Diamond explique que ce vol d’essai a fait l’objet d’une préparation intensive de la part de LAT, Diamond Aircraft et Austro Engine, fabricant du moteur.

L’aéroport de Brême a été choisi pour ce vol, car il compte parmi les premiers aéroports d’Allemagne à permettre à stocker et le ravitaillement en SAF fourni par World Fuel Services. Ce carburant est produit à Gand, en Belgique, à partir de déchets pétroliers, de plantes aquatiques et de plantes terrestres. Diamond explique que les huiles et les matières grasses sont d’abord hydrogénées, puis raffinées de la même manière que les combustibles fossiles.

Cet essai marque le coup d’envoi d’une phase de tests approfondis concernant l’utilisation de mélanges de SAF. Il a été prouvé que le SAF pur non mélangé génère jusqu’à 80 % moins d’émissions de CO2 que le kérosène conventionnel, explique Diamond, qui prévoit une utilisation croissante des mélanges de SAF ASTM D7566 comme carburants d’appoint en aviation générale dans les années à venir. L’entreprise prévoit valider l’utilisation de mélanges de SAF pour l’ensemble de sa flotte d’ici la fin 2025. Les experts prédisent que les mélanges de SAF représenteront une part significative du marché d’ici 2030. Les SAF purs sans mélange pourraient faire leur apparition d’ici 2050.

« Le SAF est la solution la plus simple pour réduire les émissions de CO2 dans le domaine de l’aviation, a déclaré Robert Kremnitzer, responsable de l’organisation de conception chez Diamond Aircraft Austria. La majorité de la flotte de Diamond peut bénéficier directement de l’utilisation de moteurs à pistons au kérosène. Nous sommes très heureux d’en faire la démonstration grâce à cette coopération avec notre partenaire LAT et l’aéroport de Brême, et nous sommes convaincus que cet exercice permettra d’ouvrir la voie à de nouvelles possibilités. »