ACF Associates acquise par le groupe Loomex de Peterborough

― Par Brendan Burke, journaliste à l’Initiative de journalisme local, The Peterborough Examiner

Le groupe Loomex – une entreprise basée à Peterborough qui fournit une gamme de services dans les domaines de l’aviation et de l’aérospatiale, des infrastructures, de la gestion des urgences et de l’éducation – a fait l’acquisition d’ACF Associates inc. : un groupe-conseil en défense aérospatiale basé à Kingston.

L’accord, qui sera en vigueur le 9 mai 2022, aidera le groupe Loomex à atteindre sa vision de servir les industries nord-américaines et mondiales de l’aviation et de l’aérospatiale, a fait valoir Trent Gervais, président et chef de la direction de Loomex. « Nous sommes ravis de notre nouveau partenariat avec ACF Associates. Ses activités s’alignent avec les nôtres, et elles s’inscrivent dans notre plan stratégique global », a déclaré M. Gervais par voie de communiqué.

Le groupe Loomex a été mandaté par Peterborough pour gérer l’aéroport de la ville. Il exploite également l’aéroport de Kawartha Lakes à Lindsay. Au total, c’est huit aéroports que Loomex gère en Ontario et en Alberta. M. Gervais a souligné les similitudes qui existent entre les deux sociétés : Loomex et ACF Associates adhèrent à un modèle commercial qui « se concentre sur la livraison de solutions de pointe aux clients ».

« Ce partenariat ajoutera une expertise précieuse à la division aérospatiale du groupe Loomex, et il permettra aux deux entreprises de se diversifier davantage et de mieux soutenir notre clientèle gouvernementale et celle du secteur privé », a indiqué M. Gervais.

Aucun prix d’achat n’a été divulgué par les sociétés. La compagnie fusionnée aménagera son siège social dans les bureaux de Loomex à l’aéroport de Peterborough. Selon le communiqué émis, les services actuels d’ACF Associates seront toujours offerts. En outre, l’équipe de direction « restera aux commandes et ses solutions de gestion continueront à être offertes à ses clients », peut-on y lire. « Tout en continuant d’offrir ses services de qualité, la compagnie ajoutera de l’innovation et de l’expertise à sa clientèle dans des domaines connexes en tirant parti de son nouveau partenariat », précise le communiqué.

Après avoir soutenu des agences du secteur de la défense aérospatiale à travers le Canada au cours des 15 dernières années, le président d’ACF, Andy Fitzgerald, ainsi que la vice-présidente Andrea Crossland ont exprimé dans une déclaration commune que l’acquisition permettra de créer de nouvelles occasions pour les 15 prochaines années et au-delà en établissant les bases d’une croissance solide. « Nous sommes enchantés d’entamer le prochain chapitre d’ACF au sein de la grande famille du groupe Loomex », ont-ils précisé. Les deux membres de la direction ont fait écho aux commentaires de M. Gervais, ajoutant que les deux entreprises se trouvaient en phase l’une avec l’autre en ce qui concerne leurs principes de fonctionnement et leur approche commerciale.

Loomex a fait savoir que la décision d’acquérir ACF vient renforcer sa place de chef de file des secteurs de l’aérospatiale et de l’aviation en Amérique du Nord et à l’étranger. Fondée en 2006 – trois ans avant Loomex – ACF Associates est un groupe-conseil indépendant spécialisé dans le soutien aux avions pour l’industrie aérospatiale civile et gouvernementale.

(Photo : Peterborough Regional Airport, CYPQ, Twitter)

Un pilote de Walkerton fait rejeter une accusation d’intrusion

Par Pauline Kerr, journaliste à l’Initiative de journalisme local, The Walkerton Herald Times (Photo : Pauline Kerr)

Le vendredi 22 avril, le juge de paix Thomas Stinson a rejeté l’accusation d’intrusion contre le pilote Phil Englishman qui avait été portée le 21 novembre dernier, deux jours après que le pilote eut payé les frais d’accès à l’aéroport et signé un accord. Quand il est allé au restaurant de l’aéroport pour prendre un café avec des amis, on lui a dit de partir – ce qu’il a fait, dès qu’il a fini son café. Les responsables de l’aéroport ont appelé la Police provinciale de l’Ontario (OPP), à la suite de quoi un officier s’est présenté et a délivré une contravention pour intrusion, laquelle a été contestée par M. Englishman.

Pour le pilote de Walkerton, c’est la deuxième fois que les tribunaux lui donnent raison dans un différend avec l’aéroport municipal de Saugeen, lequel perdure depuis maintenant trois ans. Il a dû composer avec deux accusations d’intrusion (toutes deux rejetées), une plainte déposée à Transports Canada (qui n’a pas été jugée pertinente) et l’obstruction de son hangar (par quatre blocs de béton déposés devant sa porte). À cela s’est ajoutée la frustration de devoir traiter avec les avocats, les tribunaux et l’aéroport municipal de Saugeen.

Lorsqu’on l’a sollicité pour un commentaire, M. Englishman a déclaré qu’il était en pourparlers avec l’OPP relativement à d’éventuelles accusations contre la directrice de l’aéroport et le président de la Commission.

Dan Gieruszak, président de la Commission de SMA, a également été invité à commenter. Voici sa réponse : « Au nom de la Commission de l’aéroport municipal de Saugeen, je peux vous dire que les commissaires et le personnel trouvent frustrant que leurs efforts pour créer un espace sécuritaire à l’intention des entrepreneurs, des visiteurs et des utilisateurs de l’aéroport ne soient pas reconnus. La Commission s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour améliorer la sécurité des entrepreneurs et des utilisateurs de l’aéroport. Ainsi, elle continuera à suivre les conseils de l’avocat de l’aéroport, comme elle l’a fait par le passé ».

 

Rapport du BST sur le basculement dynamique d’un hélicoptère

À la fin mars, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport d’enquête (A21C0088) sur un basculement dynamique impliquant un hélicoptère Bell 206L-1 près de l’aérodrome de Hope Bay au Nunavut en septembre 2021. Le BST a mené une enquête factuelle de portée limitée sur cet événement.

L’accident impliquant Hélicoptères Canadiens ltée (faisant affaire sous le nom d’Acasta HeliFlight inc.) effectuait une série de vols selon les règles de vol à vue (VFR) depuis l’aérodrome de Hope Bay (CHB3) pour déplacer des personnes et de l’équipement vers une zone minière. Le pilote avait effectué 13 décollages et atterrissages depuis tôt le matin du 14 septembre.

Au cours d’une approche plus tard dans la journée vers le site de forage, le pilote a remarqué qu’un foreur qui attendait l’hélicoptère était accroupi et regardait la queue de l’hélicoptère. Le BST explique que cela a attiré l’attention du pilote, qui craignait que la queue entre en conflit avec le relief ascendant. Après avoir atterri sur son train à patins et maintenu un réglage de puissance de couple de 52 %, le BST indique que le pilote a retiré sa main gauche du collectif, a ouvert la porte du pilote du siège de droite et s’est penché pour regarder la queue de l’hélicoptère.

L’hélicoptère a alors commencé à basculer sur le côté droit, mentionne le BST dans son rapport, et le pilote a tenté de reprendre le collectif. Au cours de ce basculement dynamique, le BST précise que les pales du rotor principal ont touché le sol et se sont brisées. Le foreur a été mortellement blessé lorsqu’il a été heurté par des débris de pales de rotor.

Voir la page d’enquête pour plus d’informations.

(Photo : Gendarmerie royale du Canada)