Le 15 avril, NAV CANADA a confirmé qu’elle maintiendrait le service de contrôle de la circulation aérienne (ATC) à Saint-Jean (Québec), Sault Ste. Marie et Windsor (Ontario), Fort McMurray (Alberta), Prince George (C.-B.), Regina (Sask.) et Whitehorse (Yukon).

L’automne dernier, NAV CANADA a lancé 29 études aéronautiques dans le but de rationaliser en toute sécurité ses activités, sous l’impact économique de la longue pandémie de COVID-19, tout en s’assurant que les services de navigation aérienne cadrent avec la demande du marché.

NAV CANADA est une société privée sans but lucratif, créée en 1996, qui fournit des services de contrôle de la circulation aérienne, des services consultatifs d’aéroport, des exposés météorologiques ainsi que des services d’information aéronautique dans plus de 18 millions de kilomètres carrés d’espace aérien intérieur et d’espace aérien international sous contrôle canadien. Conformément à la Loi sur la commercialisation des services de navigation aérienne civile, NAV CANADA recouvre ses dépenses de fonctionnement au moyen de redevances facturées à ses clients en fonction d’un seuil de rentabilité. Ses clients comprennent les transporteurs aériens, les exploitants de fret, de vols nolisés et d’hélicoptères, les taxis aériens, et l’aviation générale et d’affaires.

NAV CANADA indique qu’au terme de nombreuses consultations avec des transporteurs aériens, des aéroports, des associations de l’industrie, des élus locaux et des parties prenantes internes, elle a décidé de limiter ses changements de services à travers le pays. Par voie de communiqué, la Société a précisé qu’elle s’engageait à ne fermer aucune tour de contrôle ou station d’information de vol au Canada.

En outre, NAV CANADA interrompra jusqu’à nouvel ordre les études aéronautiques en cours portant sur des emplacements nordiques ou éloignés.

« La mobilisation des parties prenantes est au cœur de notre processus d’étude aéronautique. Les commentaires précieux qu’elles nous ont faits nous disent qu’une approche équilibrée est de mise, le temps que l’industrie traverse cette période de pandémie », a indiqué Ray Bohn, président et chef de la direction de NAV CANADA. « Nous prenons des mesures proactives pour maintenir un niveau de service uniforme le temps que l’industrie de l’aviation et bon nombre de nos partenaires travaillent à se remettre d’aplomb. »

NAV CANADA souligne que les études aéronautiques qui sont encore en cours se pencheront sur d’autres solutions, comme des changements d’heures d’exploitation, pour rationaliser les activités de la Société en toute sécurité. Les études qui portaient d’emblée sur les heures d’exploitation ou sur le service consultatif télécommandé d’aérodrome se poursuivront également, ajoute la Société, sauf celles touchant des emplacements éloignés ou nordiques.

Afin d’améliorer la sensibilisation et la contribution des parties prenantes, NAV CANADA fera appel à un processus d’avis de proposition qui leur offrira une occasion de plus de s’exprimer sur ses recommandations spécifiques.

(Photo : NAV CANADA)