Ce 4 novembre à Hawkesbury en Ontario, la légende de l’aviation Vaughn Olmstead – tel que reconnu par ses pairs – a rendu l’âme à l’âge de 89 ans. Il a connu l’une des carrières de pilote les plus remplies de l’histoire de l’aviation canadienne.

Vaughn Olmstead est réputé pour ses nombreuses contributions à l’industrie aéronautique à travers une vaste carrière dans l’aviation : de sa période pilote de brousse pendant la ruée vers l’uranium jusqu’à son implication en tant que capitaine en chef de compagnie aérienne pendant des décennies. En 1957, il est devenu l’un des premiers membres à contribuer à la croissance de l’Association canadienne des propriétaires et pilotes d’aéronefs (COPA) fondée en 1952, et dont il est resté membre actif jusqu’à son décès.

M. Olmstead est né à Corning à New York en 1930. Il a également vécu en Ohio avant d’immigrer au Canada et de vivre à Belleville en Ontario, à Elgin et Blacks Harbour au Nouveau-Brunswick, ainsi qu’à Caledonia et Port Wade en Nouvelle-Écosse. Il a servi dans la Gendarmerie royale du Canada pendant quatre ans et demi avant de démissionner pour entreprendre sa carrière dans l’aviation.

En 1954, M. Olmstead a déménagé à Blind River en Ontario, où il a volé deux ans comme pilote de brousse pour Lau-Goma Airways pendant le boom de l’exploration minière et de l’extraction de l’uranium. Il a d’abord piloté un DH.83 Fox Moth, puis des appareils Stinson Reliant, SR 9, SR 10 et Noorduyn Norsemen.

En 1956, il a commencé à voler pour Mont-Laurier Aviation au Québec (à Roberval au Lac Saint-Jean et à Pointe-Claire dans le Grand Montréal). Il déménagea enfin à Hawkesbury en Ontario. La compagnie Mont-Laurier Aviation est devenue Nordair, qui après de nombreuses années est elle-même devenue membre de Canadian Airlines International Ltée. M. Olmstead a pris sa retraite le 1er janvier 1991 au sortir d’un vol à bord d’un Boeing 767. Parmi les autres appareils qu’il a pilotés, mentionnons les de Havilland Beaver, Canso, DC-3, DC-4, Curtis C-46, Lockheed Super Constellation et DC-8 allongé. Sa famille souligne une certaine prédilection pour le Boeing 737.

En se remémorant sa carrière, la famille Olmstead évoque la carrière aventureuse de Vaughn, aux commandes d’un DC-3 sur skis dans le Grand Nord canadien lors du premier relevé des îles de l’Arctique. À plusieurs heures de toute équipe de sauvetage, par un mercure affichant -40 degrés et sans radar ni GPS, M. Olmstead posait son avion sur des étendues de glace marine, des lits de rivières asséchés couverts de neige et d’autres surfaces inconnues. Toujours en communication avec le Réseau d’alerte avancé DEW et chargé des vols d’évacuation médicale, il a aussi emmené des commerçants de fourrures dans le Nord du Québec, se souvient sa famille. Plus tard, M. Olmstead s’est envolé pour l’Afrique, les États-Unis, les Caraïbes et régulièrement vers l’Europe, mais sa famille soutient que ses plus beaux souvenirs ont toujours été de voler dans le Nord.

Sa famille relate également avec nostalgie ses nombreuses virées dans le Nord avec son bon ami et collègue Lou Goodwin. Les deux pilotes s’y sont rendus plusieurs fois pour enseigner les compétences de pilotage et de survie requises dans cette région isolée. M. Olmstead a de nombreuses fois présenté bénévolement des diaporamas dans des réunions de clubs d’aviation, aidant ces derniers à réaliser différents projets. C’est avec enthousiasme qu’il partageait ses connaissances et son expérience de l’aviation, de la plomberie, de l’électricité et de la menuiserie.

M. Olmstead est également devenu technicien d’entretien d’aéronefs et, avec Don Power, il a fondé une compagnie de maintenance et de restauration d’avions légers. Il possédait son Piper PA-12 Super Cruiser depuis 1974, qu’il a piloté pour la dernière fois en mai 2020.

NOTE :
Pour plus d’information sur la vie de Vaughn Olmstead, voir l’article de Brian Russell publié dans le magazine COPA Flight de mai 2018 (en anglais).