Drone Delivery Canada Corp. (DDC) a achevé le 6 novembre la phase trois de son projet de livraison de défibrillateur externe automatique (DEA) à la volée avec les services paramédicaux de la région de Peel et le Sunnybrook Centre for Prehospital Medicine.

Rappelons que les essais des phases un et deux du projet DEA à la volée (AED On the Fly en anglais) ont respectivement eu lieu le 26 juin 2019 et le 6 juillet 2020. Comme pour les deux premières périodes d’essais, la phase trois a eu recours au drone Sparrow – équipé d’un système de largage de marchandise et d’un système d’annonce audio – pour livrer un DEA à un premier répondant (non professionnel) désigné, afin que ce dernier puisse le récupérer et l’utiliser pour réanimer un patient confronté à un arrêt cardiaque en milieu rural.

« Ce partenariat entre DDC, les services paramédicaux régionaux de Peel et le Sunnybrook Centre for Prehospital Medicine est tout simplement révolutionnaire », a déclaré Michael Zahra, président et chef de la direction de Drone Delivery Canada.

Les essais ont permis de mesurer le temps de réponse pour larguer, récupérer et installer le DEA, et ce, en tenant compte des facteurs humains physiologiques et psychologiques en cause lors de situations stressantes.

De plus, le lancement et la surveillance à distance depuis le centre de commande des opérations (OCC) de la compagnie à Vaughan en Ontario, ainsi que la livraison nocturne d’un DAE par drone ont été testés avec succès. Les essais ont confirmé que l’utilisation de la plateforme de livraison par drone exclusive de DDC avec largage de marchandise contribue à réduire le temps d’approvisionnement en matériel d’urgence aux premiers répondants non professionnels sur le terrain cherchant à porter secours à des individus aux prises avec un arrêt cardiaque.

Des emplacements simulés d’appels au 911 ont été envoyés par voie électronique à l’OCC  de la compagnie pour le lancement du drone Sparrow, lequel a ensuite quitté automatiquement une station paramédicale de Peel à Caledon en Ontario pour se rendre à l’emplacement désigné et y revenir. Une surveillance à distance en temps réel a été effectuée à partir de l’OCC à l’aide du système logiciel propriétaire FLYTE de DDC. La distance de vol aller-retour était d’environ 12 km. Comparé à un véhicule terrestre, le temps de trajet du DAE par drone s’est révélé plus court, affirme DDC, ce qui constitue un facteur critique dans un cas de réponse à un arrêt cardiaque.

« La phase trois nous a permis de poursuivre nos progrès vers la mise en œuvre de la technologie des drones pour améliorer les résultats dans l’éventualité d’arrêts cardiaques en milieu rural et éloigné », a fait valoir le Dr Sheldon Cheskes, professeur agrégé au Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto et chercheur principal au programme de recherche DAE à la volée. « En travaillant avec des premiers répondants non professionnels, nous avons poursuivi nos scénarios d’arrêt cardiaque simulé et optimisé la facilité d’utilisation d’un DAE livré par drone, grâce aux commentaires recueillis en temps réel auprès de ces répondants. Les vols réalisés de nuit sont également venus confirmer la capacité d’intervention 24/7 de cette solution d’approvisionnement de DAE unique. »

« Finalement, et surtout, le lancement et la surveillance des drones ont eu lieu depuis le centre de commande des opérations au siège social de DDC à Vaughan en Ontario, reconfirmant les capacités de surveillance à distance de DDC avec FLYTE », a ajouté M. Cheskes. « Tous ces facteurs renforcent la probabilité que, non seulement les drones permettent de réduire le temps avant la première décharge d’un DAE dans les communautés rurales et éloignées, mais qu’ils contribuent aussi à réduire la peur qu’un DAE ne puisse être utilisé à temps dans l’attente d’un premier répondant professionnel. »

(Photo: Drone Delivery Canada, Sparrow)