Le 11 juillet 2019, un de Havilland DHC-2 Mk. I Beaver équipé de flotteurs et exploité par Hawk Air s’est écrasé peu de temps après le décollage de l’hydroaérodrome de Hawk Junction (CNH6) en Ontario, causant des blessures mortelles au pilote et à son unique passager.

Selon le Bureau de la sécurité des transports, le sélecteur de carburant avait probablement été réglé sur le réservoir arrière, qui n’avait pas assez de carburant pour le décollage. L’aéronef a perdu de la puissance peu de temps après le décollage et il semble que le pilote a fait tourner l’appareil vers la gauche pour tenter de retourner au lac ou d’atterrir à un endroit plus souhaitable.

Le Beaver a ensuite subi un décrochage aérodynamique et a vrillé au sol. Il n’y a pas eu d’incendie après l’impact, mais l’avion a été détruit. L’ELT a été activée et le JRCC de Trenton a reçu le signal.

Dans son rapport, le BST souligne qu’en 2013, il s’est dit préoccupé par l’absence d’un système d’avertissement de décrochage installé à bord des aéronefs Beaver. Le BST ajoute qu’en 2017, il a émis une recommandation demandant à Transports Canada (TC) d’exiger que tous les Beaver exploités commercialement soient équipés d’un système d’avertissement de décrochage. Après avoir étudié la question, TC a décidé de ne pas exiger un système d’avertissement de décrochage pour les Beaver exploités commercialement.

L’annexe A du rapport du BST énumère 14 accidents depuis 1998, au cours desquels des avions Beaver qui ont décroché ont entraîné des accidents qui ont coûté la vie à 38 personnes.

Le rapport complet du BST est joint ci-dessous.

Image du haut : Google Earth avec annotations du BST

a19o0089.fr