Le Bureau de la sécurité des transports a publié cette semaine son rapport d’enquête sur la collision au Québec d’un Cessna 150M avec des lignes à haute tension, en banlieue de Montréal, le 17 février dernier, ce qui a entraîné la mort des deux occupants du monomoteur.

Piloté par un jeune de 20 ans détenant uniquement un permis d’élève-pilote, l’avion volait de nuit à très basse altitude au-dessus de l’autoroute 20 après au moment de l’incident. L’appareil avait décollé de l’aérodrome Montréal / St-Lazare (CST3) neuf minutes plus tôt, lorsqu’il a heurté le câble de masse des lignes à haute tension, qui traverse l’autoroute à cet endroit. En aucun moment, la hauteur du câble ne dépasse les 30 mètres au-dessus du niveau du sol dans ce secteur.

Le pilote, qui était également propriétaire de l’avion, était accompagné de son ami de 21 ans, titulaire, lui, d’une licence de pilote privé valide et d’une qualification de nuit. Cependant, comme ont pu l’établir les enquêteurs du BST, le propriétaire a été le seul à avoir manipulé les commandes pendant ce vol.

Après l’impact, l’avion a commencé à glisser le long du câble et s’est séparé en deux morceaux. La partie supérieure, les ailes toujours attachées, a glissé latéralement le long du câble sur 75 mètres avant de heurter un pylône pour s’écraser au sol. L’autre partie de l’avion, essentiellement la moitié inférieure du fuselage, a également heurté la tour et s’est fractionnée en deux autres morceaux avant d’atteindre le sol.

Les enquêteurs du BST ont par ailleurs déterminé que le moteur du Cessna opérait à pleine puissance lorsque l’avion a heurté le câble.

Voir le rapport complet ci-dessous pour plus de détails.

Crédit d’image : Google Earth avec annotations du BST

a20q0023(1).FR