L’avionneur slovène Pipistrel a obtenu le premier certificat de type pour un avion entièrement électrique à être délivré n’importe où dans le monde. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a délivré le certificat à Velis Electro de Pipistrel, qui fonctionne sur piles, en juin.

L’avion biplace est conçu pour la formation et fait suite à l’Alpha Electro de la même entreprise, dont il y en a un au Canada, enregistré comme ultraléger avancé à un propriétaire privé à Pitt Meadows, en Colombie-Britannique. La société européenne fabrique également des planeurs électriques.

« La certification de type du Pipistrel Velis Electro est la première étape vers l’utilisation commerciale des avions électriques, qui est nécessaire pour rendre l’aviation sans émissions réalisable, » a déclaré le fondateur et PDG de Pipistrel, Ivo Boscarol, dans un communiqué. « Il est considérablement plus silencieux que les autres avions et ne produit aucun gaz de combustion. »

Trente et un Velis Electros figurent dans les carnets de commandes de clients de sept pays différents.

« AlpinAirPlanes GmbH est très fière de la formidable opportunité offerte par Pipistrel de faire partie de ce voyage révolutionnaire », a déclaré Marc Corpataux, un porte-parole du client. « Avec plus de 400 heures de vol et 25 pilotes présentés au prédécesseur Alpha Electro, nous sommes convaincus de l’adéquation du vol électrique dans l’environnement quotidien de l’école de pilotage. » AlpinAirPlanes prévoit de fonder 12 Velis Electros sur 10 aérodromes distincts en Suisse.

Non seulement ces avions seront sans émissions en vol, mais la charge de leurs batteries sera également sans émissions. « Chaque base sera équipée de 150 m2 de panneaux photovoltaïques, produisant suffisamment d’électricité pour 12 000 heures de vol par année sur le Velis Electro », a ajouté M. Corpataux.

Pipistrel fabrique et met également à la disposition de tiers un système de propulsion électrique certifié.

« Pour l’EASA, la certification de type de cet avion marque une double étape importante », a déclaré le chef du département de l’aviation générale de l’EASA. « Le 18 mai 2020, nous avons certifié son moteur comme étant le premier moteur électrique – nous avons maintenant suivi avec la première certification de type d’un avion pilotant ce moteur. »

Étant donné que le nombre de pièces sont beaucoup plus minimes dans les avions à propulsion électrique et que la fiabilité des moteurs électriques, les coûts d’exploitation de ces avions d’entraînement seront considérablement inférieurs à ceux de leurs pairs traditionnels à pistons. Cela s’avéra de réduire considérablement les coûts de formation des pilotes, en particulier au stade de la licence privée.

Depuis 2011, un accord bilatéral sur la sécurité aérienne a été conclu entre Transports Canada et l’AESA sur la certification des aéronefs. Pouvons-nous nous attendre à ce que le Velis Electro ce présente au Canada bientôt ?

Images gracieuseté de Pipistrel