Le récent accident mortel impliquant l’un des avions à réaction Tutor des Snowbirds a incité certains à vouloir abandonner l’avion fabriqué par Canadair. Les Tutors utilisés par l’ARC, désignés par Canadair sous le nom de CL-41, ont été fabriqués entre 1963 et 1966, ce qui les rend tous âgés de plus de 50 ans. Ils ont également été utilisés par la force aérienne comme principal avion à réaction d’entraînement jusqu’en 2000, date à laquelle ils ont été remplacés par le Beechcraft CT-156 Harvard II et le BAE Systems CT-155 Hawk.

Mais le fait de piloter des avions de près de 60 ans présente-t-il vraiment un risque? Beaucoup de médias semblent le penser, à en juger par leurs appels à ce que l’avion soit cloué au sol en permanence. D’autres, cependant, ne sont pas d’accord.

« Il n’y a pas de meilleur avion qui existe aujourd’hui pour pouvoir faire la mission des Snowbirds et j’en suis vraiment convaincu », a déclaré à CBC News Robert Mitchell, commandant des Snowbirds en 2007 et 2008. « L’âge de l’avion est peu significatif car si l’avion et les composants de l’avion sont maintenus à jour, la question ne se pose plus vraiment », a-t-il ajouté.

Les commentaires de M. Mitchell sont repris par le commandant actuel des Snowbirds.

« Tout d’abord, les avions sont démontés… environ tous les deux ans », a expliqué le LCol Mike French au média News Discover Moose Jaw. « Ils sont complètement démontés puis reconstruits. Nous avons alors un avion comme neuf et en parfait état. »

Le LCol French a poursuivi : « Chaque jour, ils sont également… inspectés par des spécialistes de l’avionique, des spécialistes des structures d’aéronefs et des responsables des systèmes de sécurité qui inspectent minutieusement l’avion pour s’assurer qu’ils sont bien entretenus. »

Un député fédéral de l’Alberta, Laurie Hahn, jadis commandant d’escadron de l’ARC avec plus de 7 000 heures de vol sur les Tutors et les CF-188 Hornets*, a déclaré à Global News que le Tutor était « … un avion formidable et très maniable, mais il vieillit ».

* Comme toujours, pour nommer les avions militaires canadiens, l’infoLettre COPA utilise les désignations officielles de l’ARC.

Photo gracieuseté de l’ARC