La COPA était à la relance des services de contrôle de la circulation aérienne (ATC) à la tour de Mirabel la semaine dernière. L’aéroport a connu plusieurs cycles de vie et il était rafraîchissant de voir la dernière mouture la semaine dernière.

En octobre 1975, lors de l’inauguration de l’aéroport, les contrôleurs de la circulation aérienne étaient là pour guider le Concorde vers la piste en cette première semaine. Avançons de quelques années et les choses ont continué à diminuer au point où il n’y avait plus de services de passagers en novembre 2004; tous les vols passagers avaient été transférés à l’aéroport Pierre Elliot Trudeau (CYUL) de Montréal, alors nommé Montréal/Dorval.

En 2008, la tour de contrôle n’était plus utilisée pour le contrôle de la circulation aérienne et seul(e)s des spécialistes d’information de vol (FSS) y ont élu domicile pour offrir des services consultatifs. Entre-temps, après le départ des derniers passagers de Mirabel en 2004, des unités de formation au pilotage et diverses industries comme les compagnies de messagerie UPS et FedEx, Bell Helicopter, Bombardier et l’entreprise destinées au milieu militaire L3 s’y sont également installés. Le trafic aérien a recommencé à croître grâce aux systèmes d’approche aux instruments de YMX, dont l’ILS, qui ont attiré des unités régionales de formation au pilotage à les utiliser pour leur formation aux instruments. Les militaires ont également apprécié l’aéroport pour la formation. Au cours des dernières années, les mouvements ont bondi à plus de 70 000 par an dont beaucoup de gros porteurs, en constante augmentation. Il était temps de revenir à des contrôleurs.

Le 30 janvier 2020, les contrôleurs étaient de retour dans la tour dès 06:00 pour effectuer un quart de travail de 16 heures jusqu’à 22 h, après quoi les spécialistes FSS prendraient la relève pour la nuit et ce, sept jours par semaine. Lors de notre rencontre, les représentants de Nav Canada disaient avoir comblé 11 des 12 postes d’ATC nécessaires avec un mélange de personnel venant d’ailleurs et de personnel local. Plusieurs spécialistes FSS seront formés pour devenir contrôleurs, de sorte que le personnel temporaire puisse retourner à leur tour d’attache.

COPA a remarqué une atmosphère joviale et amicale de gens au service de sa clientèle

Si le service n’est pas à la hauteur de vos attentes ou s’il vous est refusé, peu importe où dans le pays, n’oubliez pas de nous donner des commentaires par le biais du formulaire en place.

Photos par Bernard Gervais