Une fois de plus, le sujet de la construction d’un deuxième grand aéroport pour la grande région de Toronto (GTA) est en discussion. En raison de la fermeture de l’usine General Motors de la région, John Henry, président de la région de Durham, souhaite voir un tel aéroport construit sur le terrain acheté par le gouvernement Trudeau – en 1972, lorsque Trudeau père était Premier ministre. M. Henry y voit un moyen de ramener la croissance d’emploi dans la région.

Près de 19 000 acres de terres agricoles ont été achetées à l’époque dans le but exprès de construire un grand aéroport afin de réduire la congestion prévue à l’aéroport Pearson de Toronto. La congestion prévue ne s’est pas matérialisée aussi rapidement que prévu à l’origine, mais est désormais un problème plus urgent, une étude fédérale de 2011 prévoyant la nécessité d’un aéroport supplémentaire entre 2027 et 2037.

En 2011, le gouvernement Harper a dépoussiéré la proposition en faisant l’annonce par le ministre des Finances de l’époque, Jim Flaherty, que la construction d’un nouvel aéroport sur les terres de Pickering commencerait en 2013. Cela ne s’est pas matérialisé et le gouvernement Trudeau actuel ne s’est pas enconre prononcé sur le projet.

Dès le début, l’opposition au développement de l’aéroport a été forte, les opposants citant la grande qualité agricole des terrains. Cette opposition se poursuit aujourd’hui, avec un certain nombre de bénévoles formant un groupe appelé Land Not Landings (Terre non atterrissages).

« La menace d’un aéroport sur ces terres doit être retirée et les terres doivent être protégées à perpétuité », a déclaré Mary Delaney, présidente du groupe. « La pression écrasante, quoique très agressive, vient de nos élus locaux et municipaux. »

Les écologistes sont de plus en plus opposés, remettant en question la pertinence de construire un aéroport sachant que le transport aérien en général est un important contributeur de gaz à effet de serre.

À l’encontre de ce mouvement, M. Henry du comté de Durham a déclaré à CBC Toronto: « Nous avons ici une formidable opportunité de faire quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant. Il est temps que nous nous entendions et que le gouvernement prenner enfin une décision. »

M. Henry a peut-être besoin d’un petit rappel des résultats de la dernière fois où le gouvernement fédéral a construit un grand aéroport.

Crédit d’image : Google Earth avec annotations des Amis de l’aéroport de Pickering