L’Autorité de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa a annoncé cette semaine qu’elle mettrait à l’essai une nouvelle technologie de lutte contre les Systèmes aériens télépilotés (SATP) ou drones. En partenariat avec Nav Canada, l’autorité aéroportuaire utilisera le Système d’Obsidian Counter UAS, un système mis au point par la société britannique QinetiQ et offert par l’intermédiaire de sa filiale canadienne. UAS est un acronyme pour Unmanned Aircraft System (Système d’aéronef sans pilote).

Le système Obsidian utilise un radar micro-Doppler et peut détecter des drones aussi petits que la taille d’un poing. Il semblerait qu’il puisse faire la distinction entre un drone et un oiseau en détectant les vibrations que seule une machine pourrait générer.

L’annonce coïncide avec la publication d’un rapport provisoire sur les conclusions d’une récente étude d’un groupe de travail d’experts sur l’atténuation des UAS aux aéroports, composé principalement de représentants de l’industrie aéronautique et du gouvernement des États-Unis, mais incluant le président et chef de la direction de Nav Canada, Neil Wilson, le seul Canadien au sein du groupe de travail de 13 membres.

« La menace d’intrusions de SATP apporte de grands risques et souligne la nécessité d’apporter des solutions permettant de protéger les aéroports de SATP  « voyous » et de cette technologie invasive. Les récents incidents de drones dans les aéroports soulèvent des préoccupations quant aux lacunes en matière de sûreté et de sécurité et soulignent la nécessité pour les aéroports de disposer de politiques claires pour gérer ces incidents », selon le rapport.

M. Wilson, de Nav Canada, a ajouté: « L’établissement de mesures de sécurité pour les drones dans les aéroports est un élément essentiel pour atténuer les risques et maintenir la sécurité de nos cieux. Des collaborations comme celle-ci sont essentielles pour élaborer des politiques et des pratiques garantissant que les drones sont intégrés en toute sécurité dans notre espace aérien. »