Par Carter Mann, directeur des communications et des affaires gouvernementales de la COPA

Cette semaine, le Comité permanent des transports, de l’infrastructure et des collectivités de la Chambre des communes a déposé son rapport à la suite d’une étude de plusieurs mois sur les défis auxquels fait face le secteur de la formation au pilotage au Canada. L’étude est le résultat de la motion M-177 présentée en novembre 2018 par le député de Colombie-Britannique Stephen Fuhr (PLC, Kelowna-Lake Country), lui-même pilote privé et ancien pilote militaire et commercial. Le rapport du comité contient 13 recommandations découlant de questions soulevées dans les témoignages et les mémoires déposés au cours de l’étude.

Les principaux problèmes recensés au cours de l’étude du Comité sont la pénurie persistante d’instructeurs de vol, les obstacles à la mise en œuvre de nouvelles technologies dans le processus de formation au pilotage et les difficultés financières auxquelles doivent faire face les exploitants d’unités de formation au pilotage (UFP) et les étudiants. Le rapport identifiait également des obstacles à la structure du régime de formation qui limitaient la capacité des unités de formation de projet à mettre en œuvre des approches de formation basées sur les compétences plutôt que sur le système basé sur les heures actuellement en place.

Le président et chef de la direction de la COPA, Bernard Gervais, a témoigné devant le comité en décembre. Son exposé portait principalement sur le rôle crucial que jouent les aéroports et les opérations de l’aviation générale dans le processus de formation au pilotage, en particulier au niveau des licences privées. Parmi les principaux problèmes rencontrés par de nombreux aéroports de l’aviation générale, il y a le manque de financement adéquat pour les infrastructures essentielles côté piste, en particulier pour les aéroports sans service passagers régulier. Le rapport reconnaît que la seule enveloppe fédérale actuellement disponible, le Programme d’aide aux immobilisations aéroportuaires (PAIA), est terriblement sous-financé pour les aéroports éligibles et exclut un nombre important d’autres aéroports où la majorité de la formation en vol a lieu.

« Nous sommes heureux de voir que le rapport du comité reconnaît le rôle joué par l’aviation générale dans le processus de formation au pilotage, » a déclaré Bernard Gervais. « Plusieurs recommandations mentionnent spécifiquement la nécessité pour le gouvernement fédéral de travailler avec la communauté de l’AG canadienne pour aider à rationaliser et moderniser le processus de formation et soutenir le réseau de l’AG. »

Pour leur part, les membres Conservateurs et Néo-démocrates du comité ont chacun rédigé des avis complémentaires avec des recommandations supplémentaires. Les Conservateurs ont appelé le gouvernement à exempter les taxes sur le carbone et les taxes d’accise les carburants d’aviation destinés à l’entraînement en vol, tandis que le NPD a recommandé, entre autres initiatives, de moderniser l’infrastructure des aéroports ruraux pour aider les unités de formation au pilotage.

Le rapport du comité peut être lu intégralement ci-dessous :

tranrp29-f