Les aéroports de Williams Lake et de Sarnia reçoivent des subventions fédérales

Transports Canada a récemment annoncé l’octroi de subventions aux aéroports de Williams Lake en Colombie-Britannique (CYWL) et de Sarnia en Ontario (CYXZ).

L’aéroport régional de Williams Lake recevra 1 498 181 $ pour l’installation de nouveaux feux de bord de piste sur la 11-29, la voie de circulation A et l’aire de trafic, ainsi que pour le remplacement des panneaux de guidage d’aérodrome, des manches à air et de la balise de l’aéroport.

« Notre gouvernement reconnaît que les aéroports locaux du Canada contribuent de façon importante à la croissance économique et à la vitalité sociale des petites collectivités. En plus de soutenir les déplacements et le tourisme, ceux-ci constituent des plaques tournantes prépondérantes du monde des affaires, du secteur des soins de santé et des services sociaux et des entreprises de développement des ressources en démarrage. Cet investissement améliorera l’accès à des options de transport aérien qui sont abordables, efficaces et sécuritaires, et il nous aidera à remplir notre promesse de bâtir des collectivités plus fortes, dynamiques et sécuritaires partout au Canada, » a déclaré Marc Garneau, Ministre des Transports.

L’aéroport Chris Hadfield de Sarnia recevra 583 665 $ pour le resurfaçage de la voie de circulation B et d’une partie de l’aire de trafic principale ainsi que pour la modernisation des panneaux de signalisation d’aérodrome conduisant à la piste 15-33 et la voie de circulation B.

« L’aéroport Chris Hadfield de Sarnia est une plaque tournante importante pour les résidents et les exploitants d’entreprises de la région. Cet investissement garantira la continuité d’opérations aéroportuaires sécuritaires et fiables pour les résidents de Sarnia. Beaucoup d’entre eux dépendent de leur aéroport local non seulement pour voyager par plaisir ou par affaires, mais aussi pour avoir accès à des soins de santé d’urgence ou à des traitements spécialisés dans les grands centres, » a déclaré Kate Young, Députée de London-Ouest.

Le 18 septembre dernier, Carter Mann, Directeur des affaires gouvernementales de COPA, a présenté l’étude d’impacts économiques de l’aviation générale et a discuté à propos de divers enjeux locaux concernant les infrastructures aéroportuaires. Tout ceci dans le but de supporter le plan stratégique de Sarnia échelonné sur 20 ans.

L’ARC retournera un DC-3 historique en Pologne

C’est pendant la Seconde Guerre mondiale que le général Kazimierz Sosnkowski, chef des forces armées polonaises en exil, a utilisé un DC-3 de la Royal Air Force (RAF) pour son transport aérien personnel. L’armée libre polonaise était alors basée au Royaume-Uni pendant l’occupation nazie de leur patrie. Pendant ce temps, l’appareil portait les marques habituelles de la RAF, auxquelles s’ajoutaient les insignes des carrés rouges et blancs de l’armée de l’air polonaise, derrière le cockpit. Après la guerre, le DC-3 a fini par être utilisé commercialement au Canada. Plus tard, il a été morcelé pour ses pièces.

Ce qui restait de l’avion, qui arborait toujours les couleurs délavées de Transair, a finalement trouvé sa place au Musée royal de l’aviation de l’ouest du Canada, à Winnipeg. Des chercheurs ont découvert son histoire militaire et, en 2002, ont transféré l’appareil à la 17e Escadre de l’ARC pour le préserver.

« L’avion traînait dans un champ depuis de nombreuses années », a déclaré Gord Crossley, bénévole pour le patrimoine de la 17e Escadre, à CTV News. « L’une des tâches que nous avons dû accomplir avec l’aide de sous-traitant fut de nettoyer les accumulations au fil des ans de nids de rats et de souris, etc. ».

Des volontaires de « l’escadron fantôme » de la 17e Escadre ont passé des heures et des heures à restaurer l’avion. « Nous travaillions à l’extérieur et nous devions toujours avoir du beau temps. Très souvent, nous allions faire de la peinture en aérosol mais le vent l’emporterait », a déclaré Crossley.

L’avion va maintenant être donné au gouvernement polonais, qui organisera la restauration finale et son installation dans un musée.

« C’est important, à la fois personnellement et historiquement, pour la nation polonaise », a déclaré Andrzej Ruta, président de l’Association des combattants polonais du Canada.

Quant au général Sosnkowski, il a également déménagé au Canada après la guerre, où il est décédé à l’âge de 83 ans le 11 octobre 1969 à Arundel, au Québec.

« La nouvelle réglementation sur les hydravions ne va pas assez loin »

La semaine dernière dans notre Infolettre, nous avons mentionné que Transports Canada avaient annoncé qu’il allaient obliger les exploitants commerciaux à équiper les passagers d’un vêtement de flottaison individuel (VFI) dans des hydravions transportant jusqu’à neuf passagers, et les avoir à bord des hydravions transportant 10 passagers ou plus.

Cependant, Bill Yearwood, enquêteur à la retraite du Bureau de la sécurité des transports qui a enquêté sur l’écrasement mortel de l’avion de flotteur Beaver en 2009 au large de l’île Saturna, en Colombie-Britannique, faisant six morts, dit que la nouvelle réglementation ne va pas assez loin.

« Je suis très heureux que nous ayons enfin obtenu quelque chose. Nous préconisons depuis au moins 20 ans d’obtenir des gilets de sauvetage pour les gens », a déclaré Yearwood. Il a toutefois ajouté que « la recommandation clé était d’améliorer la sortie aux issues de secours ».

Patrick Morrissey, le mari de Kerry Morrissey, victime de l’accident près de l’île Saturna, a déclaré : « Je suis heureux [de la nouvelle réglementation], mais je suis triste de ne pas être allé jusqu’au bout ». Il a ajouté: « Les fenêtres à éjection rapide ou des poignées de portes plus intuitives sont critiques pour minimiser l’étendue des dommages d’un accident d’hydravion.».

Yearwood a déclaré : « Alors que nous devrions pouvoir sortir de l’avion, tant de personnes se sont noyées dans cet accident. Dans ce cas, elles ne sont pas mortes des suites de l’impact, elles sont mortes parce qu’elles se sont noyées, piégées dans l’avion ».

Yearwood a déclaré qu’il croyait que les hydravions devraient être obligés d’avoir des fenêtres à éjection rapide, mais que de nombreux opérateurs résistent à cause du coût. « Si vous pensez que la sécurité coûte cher, essayez un accident », a-t-il déclaré.

Certains opérateurs, tel que Harbour Air, ont volontairement installé des fenêtres à éjection rapide.

Où voler : lac Muncho

L’auberge Northern Rockies, situé au mille 462 sur la route de l’Alaska, dans le nord de la Colombie-Britannique, organise à nouveau le rendez-vous aérien (RVA) annuel du lac Muncho, qui se tiendra cette année du 29 au 31 mars.

Les pilotes sont invités à arriver avec leur avion à roues sur la piste de glace de 3 000 pieds située devant l’auberge. L’identifiant de l’hydroaérodrome associé est CBF8 et les coordonnées de l’auberge elle-même sont N59 ° 00’ 34”, O125 ° 46’ 22”. Les pilotes qui y volent ont droit à un rabais de 20 $ à l’auberge ou dans l’un de leurs chalets.

L’année dernière, un Dornier est arrivé d’Alaska, entre autres.

Un barbecue de pilotes de brousse et d’autres événements spéciaux sont prévus au cours des trois jours. En plus du RVA, le lac Muncho en hiver est connu pour ses sources thermales, son patin à glace et son emplacement idéal pour l’observation d’aurores boréales. Il est également bien connu pour sa pêche.

Urs Schildknecht, membre de la COPA et son épouse, Marianne, ont construit l’auberge de 14 000 pieds carrés, situé à mi-chemin entre Watson Lake, C-.B. et Fort Nelson, C.-B. en 1995. Elle est ouverte à l’année longue. M. Schildknecht exploite également une flotte d’avions nolisés dont un Twin Otter turbopropulsé, un Cessna 208 Caravan et un Cessna 172, offrant des circuits aériens.

De plus amples informations sont disponibles ici (en anglais).

Donnez des ailes à l’espoir

La deuxième édition de Give Hope Wings est en recrutement de membres d’équipage bénévoles pour une aventure épique au pays du soleil de minuit et à aider Vols d’Espoir à poursuivre sa mission qui consiste à faire en sorte que les Canadiens des régions rurales puissent obtenir les soins de santé spécialisés dont ils ont besoin. Au début de 2018, des pilotes bénévoles dirigés par Dave McElroy ont fait le tour de l’Amérique du Sud, sur promesse de versement de fonds au profit de Vols d’Espoir et vendu des étapes du voyage aux donateurs qui souhaitaient partager leur expérience.

L’aventure de 2019 suivra un format similaire et vise à recueillir 250 000 $ pour Vols d’Espoir, qui organise des vols gratuits pour les patients médicaux en milieu rural qui doivent se déplacer pour obtenir les soins dont ils ont besoin. Le commanditaire principal des efforts de cette année est le Langley Sportsplex, qui fournit une vaste gamme de services de loisirs aux résidents de la Vallée de Fraser en Colombie-Britannique, y compris quatre arénas, installations de conditionnement physique, cliniques de physiothérapie et garderies.

McElroy, aux côtés de ses collègues pilotes Ian Porter et Steve Drinkwater, éditeur des magazines Canadian Aviator et COPA Flight, décollera de l’aéroport de Pitt Meadows (CYPK), près de Vancouver, en direction nord pour parcourir les 12 000 kilomètres de la partie nord-ouest du nord Amérique.

«  L’aventure comportera évidemment des expériences inoubliables : survoler le Réserve de parc national Nahanni – un lieu inaccessible par chemins publics, voir de près aux des monts de glace appelés Pingos dans les territoires du Nord-Ouest et surtout voir les majestueuses montagnes et forêts du nord, auxquelles peu de gens ont accès » a dit le groupe dans un communiqué de presse.

Pour plus d’informations sur la participation à l’effort en tant que donateur, commanditaire ou membre d’équipage bénévole, cliquez ici (en anglais seulement).

TC serre la vis aux exploitants d’hydravions

Dans un communiqué de presse publié mercredi de cette semaine, Transports Canada (TC) a annoncé des modifications au Règlement de l’aviation canadien (RAC) qui obligeront les passagers et les équipages d’hydravions commerciaux pouvant accueillir jusqu’à neuf personnes à porter un vêtement de flottaison individuel (VFI) gonflable pour toute opération sur ou au-dessus de l’eau. Les exploitants d’hydravions pouvant accueillir de 10 à 19 passagers devront avoir un VFI gonflable à bord, mais les occupants ne seront pas tenus de les porter.

En plus de ce qui précède, une formation d’évacuation subaquatique sera obligatoire pour tous les pilotes d’hydravions commerciaux. Les exploitants d’hydravions commerciaux auront 18 mois pour se conformer aux nouvelles règles.

« Notre gouvernement comprend à quel point il est important, pour le développement social et économique des collectivités côtières et du Nord du Canada, d’avoir un secteur du transport par hydravion sécuritaire et fiable, » a déclaré le ministre des transports Marc Garneau. « En exigeant que les passagers portent des vêtements de flottaison individuels pendant les déplacements à la surface ou au-dessus d’un plan d’eau et en resserrant les exigences relatives à la formation des pilotes sur l’évacuation subaquatique, nous améliorons la sécurité de milliers de Canadiens et de touristes qui utilisent les hydravions pour leurs déplacements personnels et d’affaires. »

Ces modifications au RAC découlent directement des recommandations formulées par le Bureau de la sécurité des transports (BST) à la suite d’un accident d’avion en 2009 à Lyall Harbour, en Colombie-Britannique, et un autre survenu en 2012 à Lillabelle Lake, en Ontario. Les mêmes recommandations ont également été répétées dans des rapports d’enquête d’accident ultérieurs du BST présentant des circonstances similaires.

Fly It Forward à Squamish

L’entreprise Glacier Air de Squamish a de nouveau accueilli un événement Fly It Forward, qui s’est déroulé dans le cadre spectaculaire entourant l’aéroport de Squamish (CYSE) situé le long de l’autoroute Sea-to-Sky, en Colombie-Britannique, à mi-chemin entre Vancouver et Whistler.

La propriétaire de Glacier Air, Colette Morin, a commencé à proposer cet événement en 2011 pour marquer la Semaine mondiale de l’aviation féminine. « Tant de femmes n’envisagent jamais de carrière en aviation ou n’ont pas la possibilité de se voir comme pilotes. Je veux aider à changer cela », a déclaré Morin, également instructrice-cheffe de Glacier Air. L’année dernière, lors de l’événement d’une journée, 78 femmes ont pris leur envol dans un avion léger pour la première fois.

L’événement aura lieu le samedi 9 mars entre 10 h et 15 h. Les femmes et les jeunes filles qui n’ont jamais volé dans un petit avion auront une chance de voler gratuitement. Les vols seront offerts sur la base du premier arrivé, premier servi, donc les arrivées anticipées sont encouragées.

Les événements annuels de Fly It Forward mettent en lumière la carrière d’une aviateur féminine remarquable. Cette année, Florence Lowe ‘Pancho’ Barnes, un cascadeur hollywoodien actif dans les années 1930, a été honorée. Barnes, qui a formé le premier syndicat de pilotes de cascadeurs cinématographiques, a battu le record de vitesse en vol d’Amelia Earhart en 1930. Elle faisait également partie des 99, une organisation de femmes pilotes. Le B.C. Coast Chapter des 99s participe à l’organisation de l’événement.

Glacier Air fournit des services d’affrètement d’avion et d’instructions de vol depuis plus de 40 ans. Morin a pris ses fonctions en 2001 et a depuis formé 123 pilotes aux niveaux de pilote privé et commercial. De ce nombre, 11 pour cent étaient des femmes. « C’est mieux que la moyenne nationale de six pour cent, mais je cherche toujours à atteindre plus de parité », commente Colette.

Découvrez Glacier Air.

Le BST cite un problème de sécurité avec le Cessna 206

Dans un Avis de sécurité aérienne publié la semaine dernière par le Bureau de la sécurité des transports, l’agence a cherché à attirer l’attention de Transports Canada sur un problème de sécurité majeur concernant les avions Cessna 206 sur flotteurs. Avec les volets en position abaissée, une sortie par les portes arrières cargo / passagers est entravée.

Le BST a cité un accident mortel survenu le 16 août dernier, lorsqu’un Cessna U206G (C-FNEQ) de Simpson Air s’est écrasé dans le lac Little Doctor, dans les Territoires du Nord-Ouest. L’appareil avait décollé de l’aéroport de Fort Simpson (CYFS) pour effectuer un vol de tourisme à destination de Virginia Falls, dans la Réserve de parc national Nahanni dans les territoires. À bord se trouvaient le pilote et quatre passagers.

Le pilote essayait d’atterrir sur le lac quand il a perdu la maîtrise de l’aéronef et que l’aile droite de l’appareil a heurté la surface, provoquant le renversement de l’avion qui s’est retrouvé partiellement immergé. Le pilote et l’un de ses passagers ont réussi à s’échapper et à monter sur les flotteurs, d’où ils ont été secourus par des plaisanciers 15 minutes plus tard. Les trois passagers restants n’ont pas pu sortir de l’avion et se sont noyés.

L’enquête qui en a résulté a révélé que les ceintures de sécurité des passagers arrière étaient défaites et que les doubles portes arrière étaient fermées et verrouillées. Les volets de l’avion étaient en position abaissée à 20°, ce qui a empêché la partie avant de la porte arrière de s’ouvrir de plus de quelques centimètres.

L’enquête a déterminé que les forces d’impact se situaient à l’intérieur de la plage de capacité de survie et qu’aucun des passagers pris au piège n’avait été blessé d’une manière qui les empêchait de prendre des mesures d’évitement. Il a été signalé que les passagers portaient leur ceinture de sécurité au moment de l’impact. Le pilote a tenté d’ouvrir les portes arrières pour sauver les passagers en plongeant sous la surface, mais n’a pas réussi car les portes étaient verrouillées de l’intérieur. Le BST cite la procédure complexe d’ouverture des doubles portes du Cessna 206, encore plus compliquée lorsque les volets sont abaissés.

Le TSB cite la procédure complexe d’ouverture des doubles portes du Cessna 206.

Depuis 1989, il y a eu au Canada et aux États-Unis cinq accidents au cours desquels les doubles portes arrière ont été bloquées par des volets en position déployée, faisant huit morts. Il y a actuellement 190 Cessna U206, 50 TU206 et 11 206H exploités au Canada, qui comptent à la fois des aéronefs immatriculés commercialement et privés.

« Comme le montre l’événement à l’étude, l’absence d’issues fonctionnelles peut augmenter le temps nécessaire pour évacuer un aéronef, ce qui accroît le risque de perte de vie dans des situations d’urgence, comme lorsque l’aéronef est submergé ou touché par un incendie après impact, » déclare la lettre à TC. « Les risques résultant d’une évacuation retardée d’un aéronef demeurent élevés, et d’autres moyens de défense sont nécessaires pour atténuer ce danger. TC souhaiterait peut-être réévaluer l’efficacité de la porte de soute à deux battants comme issue de secours, comme décrite dans les exigences de certification de tous les aéronefs Cessna de la série 206. »

La lettre se termine par une demande à TC d’informer le BST de toute mesure prise pour répondre aux préoccupations mentionnées dans la lettre.

L’enquête du BST sur cet accident est toujours en cours. Le texte intégral de la lettre d’avis de sécurité à TC est disponible ici.

La COPA se joint à d’autres grands joueurs pour traiter du mandat ADS-B

La COPA s’est jointe aux chefs de file du secteur de l’aviation canadien et américain et à des groupes de revendication pour exprimer son inquiétude face aux exigences de performance canadiennes en matière d’ADS-B OUT.

Dans une lettre datée du 5 mars adressée à Neil Wilson, président de Nav Canada, le groupe  soulign l’absence d’analyses techniques supplémentaires permettant de déterminer les besoins en diversité d’antennes. On y mentionne aussi les préoccupations financières pour la diversité des antennes proposée, pour les utilisateurs de l’aviation générale . Le groupe cite néanmoins son soutien aux avantages en termes d’efficacité et de sécurité de la technologie ADS-B lorsqu’elle serait adoptée « de manière à supporter l’aviation générale et d’affaires sur les vols IFR et VFR ».

Voir ci-dessous pour le texte intégral de la lettre (en anglais seulement).

3-7-19-Canada-ADS-B-Mandate-Industry-Letter-Final