Lors d’une réunion du Conseil international des associations de propriétaires et pilotes d’aéronefs (IAOPA) avec l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à Montréal le 24 septembre dernier, le thème de la réduction des lourdeurs administratives associées à la certification médicale était à l’ordre du jour.

L’IAOPA, dirigée par Mark Baker, PDG d’AOPA (É-U), a souligner le fait que 36 pays ont maintenant abandonné ou sont en train de s’éloigner de la bureaucratie coûteuse en matière de certification médicale. Baker incite tous les pays membres de l’OACI d’envisager faire de même.

Baker a ensuite décrit la démarche américaine, où un programme de certification médicale appelé BasicMed a permis à 40 000 pilotes d’AG de prendre la voie simplifiée en un peu plus d’un an depuis sa mise en œuvre. Parmi les autres pays, le Royaume-Uni et l’Australie ont également mis en place des procédures de certification médicale moins complexes.

La treizième conférence sur la navigation aérienne aura lieu à Montréal, la semaine prochaine, à l’occasion de laquelle des intervenants de l’industrie se rencontreront pour discuter de stratégies mondiales en matière de sécurité de l’aviation, entre autres sujets. L’IAOPA sera là pour proposer une réforme de la certification médicale, avec pour objectif de faire en sorte que tous les pays membres de l’OACI harmonisent leurs normes médicales en matière d’aviation civile. COPA considère que cette approche reconnaît les changements qu’elle a proposés et se veut aussi la bonne approche pour apporter des changements

Cette action de l’IAOPA découle de la résolution 29/6 de l’IAOPA – Normes médicales harmonisées de l’aviation civile internationale, adoptée par l’organisation lors de son assemblée mondiale tenue en Nouvelle-Zélande plus tôt cette année.

L’IAOPA représente près de 400 000 pilotes dans 79 pays.