Mot du Président – Février 2018

420

Pénurie de pilotes

Au cours du mois dernier, on a encore rapporté une nouvelle concernant la pénurie de pilotes (Radio-Canada, 8 janv. : « Recherche désespérée de pilotes d’avion »). Quand le trafic aérien mondial croît annuellement entre 5% et 7% année après année, on ne peut tout simplement pas remplir les sièges du poste de pilotage au même rythme. C’est en Orient et Asie du sud-est où l’on retrouve des taux de croissance de plus de 30% (rapport IATA 2017). C’est donc un effet en cascade d’une portée mondiale. Les grandes lignes aériennes ne peuvent combler le vide, recrutent auprès les lignes régionales qui elles en retour, recrutent parmi les instructeurs dans les écoles de pilotage. J’ai récemment été interviewé par Radio-Canada et le message que j’ai transmis est que c’est l’aviation générale (AG) qui est à la base de tout ce réseau, qu’elle alimente tout le système.

Une personne de n’importe quel âge qui regarde en l’air et décide d’essayer de voler, que ce soit du planeur, du parapente, un appareil motorisé à ailes fixes ou tournantes, commence à réaliser son rêve à l’école de pilotage ou l’aéroclub local. Une unité de formation requiert un aérodrome local et un aérodrome local requiert de la reconnaissance de son opérateur et de ses voisins. Comme l’explique notre analyse d’impacts économiques (sur notre site web), l’AG est le cœur de l’aviation et apporte plus de 9,3G$ à l’économie canadienne. Les futurs instructeurs, pilotes corporatifs, régionaux et de ligne peuvent venir des mêmes communautés que nous, mais seulement s’ils ont connu le désir de voler et un aérodrome où l’assouvir.

Pour mettre nos aérodromes en valeur et susciter les désirs pour l’aviation, plusieurs occasions s’offrent à nous dont nos événements COPA pour enfants, la Semaine mondiale des femmes de l’air qui a lieu du 5 au 11 mars ou ce que le Conseil canadien pour l’aviation et l’aérospatiale a concocté en partenariat avec d’autres groupes et organisations comme COPA, soit le Programme de sensibilisation nationale à l’aviation, qui aura lieu à travers le pays tout au long de l’été.

Il est de notre devoir de ne pas tarir la source essentielle au monde de l’aéronautique. N’y manquez pas.

COPA à l’oeuvre.

Hélices: Il y a quelques mois je mentionnais que nous allions demander à Transports Canada d’exempter de la mise à niveau obligatoire les hélices utilisées avec des petits moteurs à piston pour des opérations non-commerciales. La documentation a été soumise à la mi-novembre et nous attendons à un retour d’ici quelques semaines.

Évaluations de hangars en Colombie-Britannique: Plusieurs membres de la C-B ont vu leurs « hangars » être catégorisés « entrepôts industriels », une décision qui les met sur un pied d’égalité avec les unités d’entreposage commercial que l’on retrouve au centre de certaines métropoles. Il pourrait y avoir un impact ou non sur les taxes payées, mais COPA analyse l’ensemble de la situation afin que les propriétaires de hangars soient traités équitablement par l’agence d’évaluation. Plus de détails sur notre infolettre ou notre site web.