Mot du Président – Novembre 2017

1072

Atterrir tout en douceur
Grâce au Fonds de défense
Lorsque les gens de l’aérodrome de Stayner ont sollicité un coup de main de notre Fonds de défense du droit de voler, nous devions nous assurer que la situation dénoncée correspondait à notre mission de faire progresser, promouvoir et préserver la liberté canadienne de voler. C’était bel et bien le cas. En lisant notre info-lettre ou notre magazine, peut-être avez-vous eu l’occasion d’apprendre l’abandon du projet de construction de huit éoliennes à proximité des aérodromes de Collingwood et de Stayner dans le sud de l’Ontario. Les promoteurs, WPD Canada, ont aussi confirmé qu’ils n’appelleront pas de la décision du Tribunal de l’environnement de l’Ontario qui a révoqué son autorisation d’effectuer les travaux. L’instance juridique ontarienne est clairement d’avis que dresser des turbines sur des tours de 150 mètres presqu’aux abords des pistes concernées aurait constitué une véritable menace pour la sécurité et aurait mis en péril les vies humaines.

Le fonds nous a permis de se préparer méticuleusement et de plaider le meilleur dossier possible. A l’issue de ce travail préparatoire, notre conseiller juridique, Me Glenn Grenier, aidé du directeur régional de COPA local, Conrad Hatcher, a su clairement démontrer la l’impertinence de placer des tours aux abords d’aérodromes. Notre intervention a paru impressionner le tribunal qui s’en est d’ailleurs abondamment inspiré dans son jugement. Un autre argument aura été le document TP 1247F de TC qui traite de l’utilisation des terrains au voisinage des aérodromes et encadre les pratiques à suivre. Nous sommes certainement favorables aux énergies vertes et à travailler main dans la main avec les promoteurs, mais pas si les tours sont juste à côté d’une piste!

Ainsi, le fonds de défense se veut une contribution permanente aux efforts entrepris pour résoudre les questions d’importance nationale. SVP, soyez généreux et aidez-nous à poursuivre notre mission en regarnissant nos coffres. Pour chaque contribution de 100 $, vous courez la chance de gagner une magnifique montre Breitling Colt.

UAS (Systèmes d’aéronefs sans pilote)
Les drones utilisés à des fins récréatives sont ceux dont nous entendons surtout parler, mais il ne s’agit là que d’une infime portion du parc grandissant. Il y a quelques semaines, j’assistais à un colloque de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) sur les UAS. À cette rencontre intitulée “Drone Enable”, il était question des efforts entrepris par l’industrie, les universités et les groupes de réflexion pour mettre au point des systèmes de gestion du trafic aérien des UAS (UTM) qui devraient permettre à tout ce qui vole de cohabiter un jour en toute sécurité dans le ciel. C’est du moins l’objectif visé… Mais la technologie progresse beaucoup plus rapidement que la législation qui vise à l’encadrer et à la sécuriser. Ce qui constitue un défi majeur. Dans cette optique, l’OACI a formé le Groupe consultatif technique sur les UAS, afin de faciliter l’harmonisation des définitions, des procédures, la gestion des fréquences radio et la formation. Au cours de cette réunion, les firmes Thales, Amazon et quelques autres y sont allées de présentations aux limites mêmes de la science-fiction. Pour en avoir une idée, visitez donc https://www.d-flight.it/en ou cherchez “UTM” dans Google. Un reportage sur le colloque suivra sou peu. Comme toujours vous pouvez communiquer vos impressions à bgervais@copanational.org.