Le message a été clairement exprimé par les autorités médicales et les responsables de réglementation de Transports Canada (TC) lors du dernier congrès annuel de l’Association du transport aérien du Canada (ATAC) à Montréal, début novembre. Même si la marijuana sera légale au milieu de 2018, il sera toujours illégal de voler avec n’importe quel niveau de tétrahydrocannabinol (ou de THC, la substance active) dans le sang. Zéro, niet, même pas pour un usage récréatif. Si un pilote devait subir un test et que du THC se trouvait dans son système, sa licence pourrait être révoquée aussi longtemps qu’il n’y ait plus de trace dans son système, ce qui peut dépendre de nombreux facteurs comme son métabolisme, la concentration en THC de ce qui a été consommé, etc. Le message sous-jacent est que pour garder ses ailes, mieux vaut compter sur le « buzz » de l’adrénaline que sur celui des substances.