Piper certifies, delivers first Pilot 100i trainer

Piper Aircraft received type certification from the Federal Aviation Administration for its Pilot 100 trainer aircraft, which was introduced at Sun-n-Fun in 2019. After certification, Piper began deliveries to its launch customer, American Flyers, which is scheduled to take delivery of eight 100i aircraft by the end of 2020.

The Pilot 100i is an IFR-certified version of the Pilot 100 equipped for VFR flying. The new trainer aircraft family is a derivative of the Piper PA-28 line, which first reached the market back in the 1960s as the Cherokee.

The company states the new Pilot 100i rounds out its portfolio of training aircraft products, which also includes the Archer TX, Archer DX, Arrow, and Seminole. With IFR and digital autopilot capabilities, the Pilot 100i is priced under Us$300,000.

“We are excited to add the Pilot 100 series to our training product line at a price point that provides optimal economics for all operators,” said Simon Caldecott, President and CEO, Piper.

The Pilot 100i includes the Garmin G3X system, which Piper states to provide the advantages of a glass cockpit without the costs. The aircraft is powered by the 180 hp Lycoming IO-360-B4A engine, which offers 128-ktas (237-km/h) maximum cruise speed and 522-nm range with a 45-minute reserve.

“The G3X avionics suite is the only glass platform that allows for toggling between round dial and tape displays in a touchscreen format,” said Steven Daun, National Chief Pilot, American Flyers. “This outperformed the G1000 suite on so many levels and was the primary reason we selected the Pilot 100i.”

(Photo: Piper Aircraft)

SiriusXM’s new SXM-7 Satellite performing properly

Maxar Technologies, SiriusXM and SpaceX on December 13 announced that the SXM-7 satellite was successfully launched and is performing properly.

SXM-7, a high-powered digital audio radio satellite, was launched aboard a SpaceX Falcon 9 rocket from Cape Canaveral, Florida. Shortly afterward, SXM-7 deployed its solar arrays and began receiving and sending signals. The satellite will begin firing its thrusters to commence its journey to its final geostationary orbit.

SXM-7 will provide continuous, reliable delivery of SiriusXM’s audio entertainment and information services to consumers in the United States, and will expand SiriusXM’s coverage area in Canada and the Caribbean, for years to come. This will include a significant boost in providing robust and reliable information to Canada’s general aviation sector.

Sirius XM explains the SXM-7 will deliver the highest power density of any commercial satellite on-orbit, sending more than 8,000 watts of content to the continental U.S., Canada, Puerto Rico and the Caribbean, increasing the power and reach of the signal for SiriusXM.

“SXM-7 plays an important role in bolstering the continuity and reliable delivery of SiriusXM’s audio entertainment, as well as our traffic, weather, data and information services for years to come,” said Bridget Neville, SiriusXM’s Senior Vice President of Satellite and Repeater Systems Engineering and Operations. “With the addition of SXM-7, our satellite-delivered service coverage area in North America is larger and more powerful than ever before.”

SXM-7 weighs almost 7,000 kg and is built on Maxar’s 1300-class platform, described as the world’s most prevalent geosynchronous spacecraft platform. The satellite is designed to provide service for greater than 15 years. Maxar has previously built a total of seven satellites for SiriusXM, including its first-generation Sirius satellites that launched in 2000 and its second-generation Sirius satellites that launched in 2009 and 2013.

SXM-7 joins XM-3, XM-4, XM-5, FM-5, and FM-6 in SiriusXM’s active satellite fleet. SXM-7 and SXM-8 together will replace XM-3 and XM-4, extending SiriusXM’s satellite delivered services through at least 2036.

Built by Maxar and Launched Aboard A SpaceX Falcon 9, SiriusXM’s new 1300-class satellite will provide continuous and expanded delivery of its audio entertainment and information services across North America. (Photo: Maxar)

DJI unveils Mavic 2 Enterprise Advanced

DJI unveiled the Mavic 2 Enterprise Advanced, an addition to its commercial fleet highlighted by new thermal and RGB cameras, as well as centimetre-level positioning accuracy through its RTK module. The DJI Mavic 2 Enterprise Advanced is available for pre-order and will start shipping in the first quarter of 2021.

“We realized that our Enterprise customers were often using the Mavic 2 Enterprise for industrial inspections where better accuracy and higher resolutions for thermal and visual sensors were critical features to perform a job well,” said Christina Zhang, Senior Director, Corporate Strategy & Communication at DJI, describing why upgrades on the drone make it well suited for complex inspections.

“Inspection professionals will be able to pinpoint defects and anomalies with better detail and perform operations and maintenance more effectively,” said Zhang. “Lastly, first responders and firefighters will be able to quickly locate victims, identify hot spots, and screen for fire risks to draft targeted rescue plans while keeping personnel safe.”

The Mavic 2 Enterprise Advanced holds dual sensors featuring an HD 640 × 512 px thermal resolution camera and a 48MP visual camera with a 1/2″ CMOS sensor. The thermal camera features a 30Hz frame rate and allows ±2°C temperature measurement accuracy. Pilots can switch between visual, thermal, or split-view feeds for different project needs.

The Mavic 2 Enterprise Advanced can capture HD images and 4K videos from a safe distance, explains DJI, as its high-resolution camera sensors support a 32 x digital zoom and a 16 x thermal zoom.

The new drone also features Spot Meter, which displays the average temperature of an object, helping pilots monitor and measure critical or hazardous objects. Its Area Measurement function displays the average, lowest, and highest temperature, as well as the corresponding locations of each area, allowing inspectors to determine if an asset may be overheating.

The new DJI Mavic 2 Enterprise Advanced can be equipped with a DJI RTK Module, which, according to DJI, achieves centimetre-level accuracy and supports NTRIP – making it well suited for powerline inspections. Operators can create up to 240 waypoints to conduct automated, detailed inspection missions in complex environments.

DJI also points to the drone’s lightweight and portable format as offering strong agility as it can take off in less than a minute and quickly move through complex operating environments based on faster ascent and descent speeds.

The Mavic 2 Enterprise Advanced offers a range of data protection features that are specific to the DJI Enterprise products for the integrity of photos, videos, flight logs and other data generated during sensitive flight. When operated with the DJI Pilot App, DJI explains the Mavic 2 Enterprise Advanced features Local Data Mode as one of several ways to protect data. When activated, Local Data Mode will stop the DJI App from sending or receiving any data over the internet. The radio link between the aircraft and remote controller features AES-256 encryption.

The Mavic 2 Enterprise Advanced also includes 24 GB of onboard data storage and password protection. The drone also holds DJI’s AirSense system that receives ADS-B signals from airplanes and helicopters to warn drone pilots of other air traffic nearby and 6- directional obstacle sensing. DJI notes operators will also be able to fly with Discreet Mode which disables the LED navigation lights and to take advantage of self-heating batteries when operating in cold weather conditions as low as -10° C (14° F).

The DJI Mavic 2 Enterprise Advanced can be equipped with a DJI RTK Module, which provides centimetre-level accuracy and supports NTRIP – making it well suited for powerline inspections. (Photo: DJI)

Transport Canada validates the design changes to 737 MAX

Transport Canada aviation safety experts completed their independent review of the design changes to the Boeing 737 MAX aircraft recently certified by the United States Federal Aviation Administration (FAA). On December 17, Transport Canada announced it has now validated these changes.

Validation of the changes means that these modifications can now be incorporated on Canadian registered aircraft. However, commercial flight restrictions concerning the 737 MAX aircraft in Canadian airspace remain in effect and will not be lifted until Transport Canada is fully satisfied that all of its safety concerns have been addressed.

Transport Canada states it has worked extensively with the FAA and other key certifying authorities, including the European Union Aviation Safety Agency (EASA), the National Civil Aviation Agency of Brazil (ANAC), as well as the three Canadian operators of the Boeing 737 MAX aircraft, and their pilot unions throughout the validation process of the aircraft. Transport Canada notes its certification experts were instrumental in guiding the aircraft design changes.

The regulator describes the 737 MAX return to service process as complex, requiring comprehensive safety plans along with additional aircraft changes, maintenance and training. Transport Canada intends to work with Canadian airline operators, crews and union associations over the coming weeks to determine how these requirements will be implemented in Canada.

Specifically, Transport Canada explains the Canadian design changes for the 737 MAX will include an enhanced flight deck procedure that provides the option for a pilot-in-command to disable a loud and intrusive warning system (commonly called the “stick shaker”) when the system has been erroneously activated by a failure in the angle of attack sensor system.

This feature will help to reduce pilot workload given what has been learned from the two tragic accidents, explains Transport Canada, and has been fully evaluated by it flight test pilots. There will also be differences in training including training on the enhanced flight deck procedure.

In January 2021, the department expects to issue a Canadian Airworthiness Directive which will stipulate the Canadian design changes that must be incorporated in Canadian aircraft. At the same time, the department will also mandate the training requirements for air crew through an Interim Order.

In other words, prior to a return to service of the aircraft in Canadian airspace, Transport Canada will require:

• Modifications to the aircraft as specified in the Canadian Airworthiness Directive;
• Incorporation of the revised pilot training syllabus into the Transport Canada-approved training program for each Canadian airline; and
• Airlines to conduct maintenance on the aircraft to ensure it will operate safely, given the aircraft have been in storage for some time.

Regulator describes the 737 MAX return to service process as complex, requiring comprehensive safety plans along with additional aircraft changes. (Photo: Boeing)

Garmin adds GFC 500 Autopilot certifications

Garmin International on December 17 received Federal Aviation Administration (FAA) Supplemental Type Certification (STC) for the GFC 500 Autopilot in additional aircraft to include select Mooney M20 C through G models, and the Cessna 172RG.

The GFC 500 Autopilot is intended for light piston aircraft while delivering in-flight characteristics, self-monitoring capabilities and minimal maintenance needs when compared to older generation autopilot systems.

New aircraft models now approved for the GFC 500 autopilot include: Mooney M20 Models C, D, E – 1965 and later, as well as Models F and G; and the Cessna 172RG.

The GFC 500 autopilot integrates with the GI 275 or G5 electronic flight instruments; a combination of either a standby GI 275 or G5 electronic flight instrument interfaced to a G500 TXi flight display; or a G3X Touch flight display. Garmin states it is designed to provide pilots with an economical and modern autopilot solution.

The autopilot mode controller contains large dedicated keys and knobs, a control wheel that allows for adjustment to aircraft pitch, airspeed and vertical speed and a Level Mode that returns the aircraft to straight-and-level flight with the push of a dedicated button.

In addition to traditional autopilot capabilities such as altitude hold, vertical speed and heading modes, the GFC 500 also includes altitude preselect, VNAV1, Level Mode, Underspeed and Overspeed protection and more. Pilots can also select, couple and fly various instrument approaches, including GPS, ILS, VOR, LOC and back course approaches when paired with a compatible Garmin GPS navigator.

For customers who already have a GI 275 or G5 electronic flight instrument, the GFC 500 starts at a suggested retail price of US$6,995 for a 2-axis autopilot.

Garmin continues to add additional aircraft models to the FAA STC list for the GFC 500 autopilots.

GFC 500 Certification Programs Currently In-progress:
• Beechcraft 19, 23, 24 (Models: Musketeer, Sport, Sundowner, Sierra)
• Piper Comanche (Models: PA-24-260, 260B, 260C, 250)
• Socata Trinidad (Models: TB-20, TB-21)

GFC 500 Certification Programs Planned to Begin in the Next 12-months:
• Beechcraft 35 Bonanza (Models: H, J, K, M)
• Cessna 182 (Models: 182, 182A, 182B, 182C, 182D)
• Cessna 210 (Models: 210, 210A, 210B, 210C, 210D, 210F, T210F, 210R, T210R
• Mooney M20 (Models: 1962-1964 C, D, E)

FAA-certified aircraft now include select Mooney M20 C through G Models and the Cessna 172RG. (Photo: Garmin)

Les 10 plus grands faits marquants de l’industrie des drones commerciaux en 2020

Kay Wackwitz, PDG et fondateur de DRONEII, dresse une liste de 10 points déterminants pour l’industrie mondiale des drones en 2020. On peut y lire des progrès réglementaires importants, des produits améliorés, des services raffinés et une acceptation publique accrue.

Évidemment, ces points positifs viennent faire contrepoids au point négatif non négligeable de la baisse des demandes dans la plupart des secteurs des drones engendrée par la pandémie de COVID-19. M. Wackwitz, qui a créé la firme d’étude de marché DRONEII après avoir travaillé pour Lufthansa, avait déjà évalué les impacts du coronavirus sur l’industrie à travers le sondage annuel de la firme réalisé à la mi-mai, lequel avait indiqué que les répondants éprouvaient davantage une baisse de la demande (43 %) qu’une augmentation de celle-ci (15 %). En examinant le marché des drones en décembre, M. Wackwitz note que l’impact de la pandémie a affecté, non seulement les livraisons de drones, mais également les investissements dans des applications classiques de télédétection telles que la cartographie, la surveillance et l’inspection.

Voici donc la récapitulation en 10 points des faits saillants de l’industrie des drones en 2020 selon M. Wackwitz.

  1. 800 drones du gouvernement américain avec des composants chinois cloués au sol

Lancés en 2017 et extrêmement controversés, les drones des fabricants chinois ont été interdits d’utilisation par les services gouvernementaux – comme le département de la Défense – en raison de leur cybervulnérabilité présumée. En effet, le ministère de l’Intérieur américain a cloué au sol l’ensemble de ses quelque 800 drones en janvier 2020 sur la base que la plupart sinon la totalité de ceux-ci contenaient des composants chinois.

Pour continuer à utiliser des drones, la DUI (Defence Innovation Unit) a proposé cinq fabricants de remplacement qui satisfont le profil d’utilisation gouvernementale. Pour l’instant, on ne sait pas si cette interdiction sera levée complètement ou partiellement en 2021 sous l’administration entrante de Joe Biden.

  1. Mis à profit pour combattre le coronavirus

Les drones ont activement contribué à freiner la propagation du coronavirus. Un moyen très direct a été l’utilisation de drones de pulvérisation pour désinfecter les endroits densément peuplés des villes. De plus, des drones ont été utilisés pour imposer les mesures de quarantaine et de distanciation sociale par le biais de haut-parleurs intégrés.

De façon générale, la livraison par drone a été massivement reprise. La livraison de tests de dépistage ou de dispositifs médicaux a permis de disposer des bons outils, de prendre des décisions rapides et, finalement, de briser les chaînes d’infection. La livraison d’autres marchandises liées à la santé a également fortement augmenté.

En 2020, des reins, des unités de sang, des échantillons de tissus et de nombreux médicaments urgents ont été distribués à la destination finale à l’aide de drones. La technologie s’est révélée efficace, les autorités de réglementation se sont montrées compréhensives et les citoyens ont fait preuve d’ouverture d’esprit.

Tout cela a contribué à accélérer le déploiement mondial de la livraison par drones, et favorisera la logistique révolutionnaire à l’aide de ce mode dans un avenir rapproché.

  1. Financement record pour les entreprises de drones

Malgré toutes les turbulences de cette année, la confiance dans le marché des drones ne cesse de croître. Une autre année record en termes de placements en capital de risque et de programmes. Ce qui prouve l’impact de la technologie sans pilote et, surtout, sa pérennité.

Cette année seulement, le fabricant de drones pour passagers Joby Aviation a récolté 665 millions de dollars (M$) en deux phases de financement, Skydio a récolté 100 M$, le fabricant et fournisseur de services de drones de livraison Volansi a récolté 50 M$, le fournisseur de services de drones Sensyn Robotics a récolté 20,5 M$ et la compagnie de logiciels pour drones Propeller Aero a récolté 18 M$ US dans sa seconde phase de financement.

  1. Acquisition stratégique d’Altavian par FLIR Systems

Le fabricant américain de drones Altavian a été acquis par le géant des caméras thermiques FLIR Systems (NASDAQ: FLIR) en décembre 2020 pour un montant non divulgué. Altavian est l’un des cinq fabricants de drones approuvés par le département de la Défense américain dans le cadre du programme Blue sUAS pour vendre aux agences militaires et fédérales américaines.

FLIR a fait l’acquisition de plusieurs fabricants de drones dans le passé pour « offrir une gamme complète de produits » à ses clients. Parmi ses autres acquisitions, notons celle de ProxDynamics (novembre 2016; 134 M$ US), Aeryon Labs (janvier 2019; 200 M$ US), Aria Insights (anciennement CyPhy Works, montant non divulgué).

Désormais, avec l’acquisition d’Altavian et en période d’interdiction de vol des drones chinois, FLIR devient un acteur très puissant avec son accès au gouvernement américain.

  1. Produit de consommation fascinant pour la surveillance intérieure

La surveillance par drone n’a rien de nouveau. Cependant, son utilisation est plutôt nouvelle pour les consommateurs, et les applications intérieures le sont encore davantage. La filiale Ring d’Amazon – connue pour ses solutions de maison connectée, comme les sonnettes vidéo – a annoncé en octobre qu’elle proposerait un drone de sécurité habilité à voler à l’intérieur en 2021.

Les utilisateurs pourront programmer le système pour effectuer des contrôles fréquents ou le commander manuellement. Il sera équipé de la vision nocturne pour des conditions de faible luminosité, et il s’intégrera pleinement aux systèmes de sécurité existants de Ring, comme les alarmes de porte.

Les preuves sont faites, et nous sommes ravis de voir comment cette plateforme fonctionnera dans des conditions réelles l’année prochaine.

DJI Zenmuse L1 Matrice (Photo : DJI)
  1. Charge utile 2.0

Aujourd’hui, les multicapteurs embarqués sont assez courants sur le marché des drones commerciaux (par exemple, des capteurs E/O + IR), mais la combinaison d’un balayeur LiDAR et d’une caméra optique de charge utile très compacte et légère se révèle une avancée remarquable. En octobre dernier, DJI a présenté le capteur Zenmuse L1 pour ses plateformes Matrice et Terra. Ce dernier comprend un module LiDAR Livox, une centrale inertielle (IMU) de haute précision et une caméra avec un capteur d’images CMOS de 1 pouce sur un cardan stabilisé à trois axes.

La solution de formulaires L1 fournit des données 3D en temps réel tout en saisissant les détails de structures complexes. La miniaturisation de la technologie semble sans fin, et elle nous apportera de nouvelles solutions technologiques passionnantes – tout comme celle-ci – dans les années à venir.

  1. Interruption réduite

En septembre de cette année, un drone a été utilisé pour transporter une pièce de rechange imprimée en 3D vers une plateforme pétrolière au large en Norvège. Equinor a rapporté que la pièce de rechange fabriquée de manière additive (un support de buse diesel) a été livrée à la plateforme Troll A en mer du Nord par un drone Camcopter S-100 après un vol d’une heure en partance de la base de Mongstad.

Qu’est-ce qui est remarquable dans cette anecdote? D’abord, la pièce de rechange qui n’était plus fabriquée a été reproduite par une imprimante 3D. Elle a ensuite été transportée en suivant un trajet maritime très dangereux. L’empreinte écologique du mode de livraison a été substantiellement réduite et sa vitesse particulièrement élevée. Cet événement illustre très bien le virage qui s’amorce actuellement, non seulement en termes d’approvisionnement et de logistique, mais aussi de durabilité et de rapidité.

  1. Normes et réglementation améliorées pour une meilleure conformité

En général, on peut dire que la plupart des pays ont établi un cadre réglementaire solide pour les drones. Néanmoins, interpréter et assurer le respect de ces règles s’avèrent un défi pour les entreprises utilisant des drones.

De nouvelles normes représentant un « moyen de conformité applicable » ont été introduites cette année pour aider à surmonter ces obstacles. Il convient de mentionner dans ce contexte que les organismes de normalisation – tels que ASTM, EUROCAE et ISO – ont publié des normes à la fois techniques et procédurales.

L’organisation SESAR JARUS a établi une norme pour l’évaluation des risques opérationnels, qui a également été intégrée dans le cadre réglementaire de l’UE sur les drones. Sur la base de cette norme, la société de drones DELAIR a été la première compagnie européenne de drones à effectuer un vol au-delà de la visibilité directe (BVLOS) selon une norme « d’évaluation du risque prédéfinie » (PDRA).

  1. Partenariats UTM public-privé

Les éditeurs de logiciels UTM se battent pour leurs clients depuis de nombreuses années. L’absence de réglementation de l’espace aérien des drones s’est longtemps révélée la principale raison qui limitait leur accès au marché. Cependant, en 2020, de nombreuses autorités nationales de l’aviation (comme la CASA australienne, la FAA américaine, la ULC polonaise et la CAAS singapourienne) se sont associées à des entreprises privées d’UTM pour améliorer cette situation.

La Suisse se démarque à ce chapitre avec sa solution très avancée pour la future gestion du trafic UAM. En décembre 2018, le pays a lancé le programme SUSI (Swiss U-Space Implementation), un partenariat public-privé entre la FOCA suisse, Skyguide (fournisseur de service de navigation aérienne en Suisse) et quelques autres acteurs/intervenants de l’industrie.

Un contrat-cadre signé par toutes les parties concernées le 21 septembre dernier a permis de démarrer la mise en œuvre à l’échelle nationale d’une norme internationale d’identification à distance.

  1. Spectacles de lumière et feux d’artifice à l’aide de drones

Comme chaque année, cette année débutera et se terminera par des feux d’artifice. La soif de divertissement est forte, surtout en période de pandémie et de restrictions sociales. Le secteur des drones offre beaucoup de possibilités au monde du spectacle en matière de solution de rechange durable, silencieuse et créative aux feux d’artifice.

Parmi les nombreuses applications dédiées au divertissement, mentionnons les 104 drones partis en tournée avec Céline Dion, ainsi que les 3051 drones en Chine (un nouveau record du monde Guinness) utilisés pour saluer les travailleurs de première ligne de la COVID-19. Le divertissement par drone est clairement en train de devenir une activité rentable, de sorte que les principaux fabricants de drones se concentrent de plus en plus sur cet aspect de l’activité des drones.

Top 10 Developments of Commercial Drone Industry in 2020

Kay Wackwitz, CEO and Founder of DRONEII, outlines 10 of the most important developments to take place in the global drone industry in 2020. Wackwitz, who established DRONEII as a drone market research consultancy after working for Lufthansa, notes, that despite a global pandemic hurting demand in most drone sectors, the year 2020 saw significant regulatory progress, improved products, refined services, and growth in public acceptance.

Wackwitz points to the effects of the coronavirus impact through DRONEII’s annual industry survey in mid-May, which indicated a drop-in-demand was more common with respondents (43%) than an increase (15%). Below, Wackwitz, in his own words, recaps the Top 10 developments from the drone industry in 2020.

1. U.S. Government Grounds Fleet of 800+ Drones Citing Use of Chinese Components
Started in 2017 and extremely controversial, drones from Chinese manufacturers were banned from government departments like the DoD for potential cyber vulnerabilities.

In January of this year, the U.S. Interior Department grounded its entire fleet of more than 800 drones based on the fact that most if not all of the drones contained Chinese-owned components.

To continue using drones, the DUI (Defense Innovation Unit) suggested five alternative manufacturers that fit the profile for government use. Whether the Chinese drone ban will be lifted completely or to a certain degree in 2021 under the incoming Biden administration is unknown at this point.

2. Drones Helped Fight the Coronavirus
Drones actively supported to curb the spread of the coronavirus. A very direct way was the use of spraying drones disinfecting highly populated places in cities. On top of that, drones were used to enforce quarantine/social distancing via inbuilt speakers.

Drone delivery in general picked up massively. Delivering corona tests or medical devices helped bringing the right tools on hand, make quick decisions, and eventually break infection chains. Also, the delivery of other healthcare-related goods picked up strongly.

In 2020, we saw flying kidneys, blood donations, tissue samples, and a lot of urgent medication – also delivered on the last mile. The technology proved capable, the regulators proved to be permissive and the citizens proved to be open-minded.

All this helped accelerate the global roll-out of drone delivery and will help facilitating game-changing logistics in the near future.

3. Record Funding for Drone Companies
Despite all the turbulences this year, the trust in the drone market continues to grow. Another record year in terms of Venture Capital investments and programs proofed that unmanned technology is making an impact and – most notably – is here to stay.

This year alone, passenger drone manufacturer Joby Aviation raised US$665M in two rounds, Skydio raised US$100M, delivery drone manufacturer and service provider Volansi raised US$50M, drone service provider Sensyn Robotics raised US$20.5M, and drone software company Propeller Aero raised US$18M in a Series B funding round.

4. Strategic Acquisition of Altavian by FLIR Systems
The U.S. drone maker Altavian was acquired by thermal camera giant FLIR Systems (NASDAQ: FLIR) in December 2020 for an undisclosed amount. Altavian is one of the five drone manufacturers approved by the U.S. Department of Defense under the Blue sUAS program to sell to the U.S. military and federal agencies.

FLIR has acquired several drone manufacturers in the past to “offer a comprehensive product portfolio” to its clients. Its other acquisitions include: ProxDynamics (Nov. 2016; US$134M), Aeryon Labs (Jan. 2019; US$200M), Aria Insights (formerly CyPhy Works, Dec. 2019 undisclosed amount).

Now, with the acquisition of Altavian and in times of a ban on Chinese drone products, FLIR becomes a very powerful player with access to the US government.

5. The Most Intriguing Consumer Product for Indoor Surveillance
Drone surveillance is nothing new. However, it is new for consumers and it is very new indoors! Amazon subsidiary Ring – known for its connected house solutions, like video doorbells – announced in October that it will offer a flying indoor security drone in 2021.

Users will be able to program the system to make frequent checks or control it manually. It will have night vision for poor light conditions and will fully integrate with Ring’s existing security systems like door alarms.

The proof is in the pudding and we’re excited to see how this platform will perform under real-life conditions next year.

In October this year, DJI, like other drone manufacturers, stepped up the development of payloads with the Zenmuse L1 sensor for its Matrice. (Photo: DJI)

6. Payload 2.0
Today, multi-sensor payloads are quite common to the commercial drone market (e.g. E/O+IR sensors) but combining a LiDAR scanner and an optical camera in a very small and very light payload is a remarkable step forward. In October this year, DJI presented the Zenmuse L1 sensor for their Matrice and Terra platform. It includes a Livox LiDAR module, a high-precision IMU, and a camera with a 1-inch CMOS on a three-axis stabilized gimbal.

The L1 forms solution that provides 3D data in real-time while capturing the details of complex structures. The miniaturization of technology seems endless, and it will bring us exciting new technology solutions – just like this one – in the years to come.

7. Disruption Squared
In September this year, a drone was used to transport a 3D-printed spare part to an off-shore oil rig in Norway. Equinor reported, that in a one-hour flight from Mongstad base to the Troll A platform in the North Sea, an additively manufactured spare part (a diesel nozzle holder) was delivered by a Camcopter S-100 drone this September.

What’s amazing about this incident? A spare part that is no longer manufactured was replicated, transported along a very dangerous shipping route, at a substantially small ecological footprint, and at a very high speed. This is a true game-changer not just in terms of provision and logistics but also for sustainability and speed.

8. Standards and Regulation were Improved for Better Compliance
In general, it can be said that most countries have established a solid regulatory framework for drones. However, interpreting and ensuring compliance with these rules is a challenge for companies using drones.

New standards representing an “applicable means of compliance” were introduced this year to help overcome these hurdles. Standardization bodies like ASTM, EUROCAE and ISO should be mentioned in this context, which published both technical and procedural standards.

The SESAR JARUS organization established a standard for the assessment of operational risks, which has also been integrated into the EU drone regulatory framework. Based on this standard, drone company DELAIR was the first European drone company to perform BVLOS flight under a “Predefined Risk Assessment” standard (PDRA).

9. Public-Private UTM Partnerships
UTM software companies have fought for their clients for many years now. The lack of drone space regulation was the main reasons that made it difficult for them to have market access. In 2020 however, many National Aviation Authorities (like the Australian CASA, US FAA, Poland ULC and Singapore CAAS) have partnered with private UTM companies to improve this situation.

A highlight in this context is Switzerland which has a very advanced solution for future UAM traffic management. Back in December 2018, the country launched the SUSI program (Swiss U-Space Implementation), a public-private partnership between Switzerland FOCA, the Swiss Air Navigation Provider Skyguide and a couple of other relevant market players/stakeholders.

A master agreement with all involved parties allowed to start a nation-wide implementation of an International Remote ID standard on September 21st of this year.

10. Light Shows and Fireworks using Drones
Like every year, this year will start and end with fireworks. The thirst for entertainment is high – especially in times of a pandemic and social restrictions. We saw a lot of activity in the drone show sector that offers a sustainable, quiet and creative alternative to fireworks.

Amongst many others, we saw 104 Drones touring with Celine Dion, a new Guinness Book world record with 3051 drones in China and salutes to frontline COVID-19 workers. Drone entertainment is clearly growing into a profitable business, so that leading drone manufacturers are increasingly focusing on this part of the drone business.

L’avion hybride EcoPulse termine sa revue de conception préliminaire

Le démonstrateur EcoPulse – un avion hybride à propulsion distribuée – a passé sa revue de conception préliminaire. Il s’agit de la première étape clé vers la validation de la faisabilité du projet lancé par les développeurs Daher, Safran et Airbus.

Dans le cadre de ce projet d’envergure – qui vise un premier vol en 2022 – les trois développeurs ont reçu le soutien du Conseil français pour la recherche aéronautique civile (CORAC).

L’EcoPulse a été dévoilé au Salon du Bourget 2019 dans l’intention d’intégrer une configuration de propulsion distribuée en se basant sur l’expertise complémentaire des trois partenaires.

Daher explique que l’EcoPulse permettra d’établir des bases écologiques évolutives pour les avions légers d’ici la fin de la décennie, lesquelles pourront ensuite être appliquées aux futurs avions commerciaux et contribuer, à terme, aux objectifs de décarbonation du secteur du transport aérien d’ici 2050.

La revue de conception préliminaire de l’EcoPulse qui a eu lieu dans l’année en cours s’est appuyée sur une plateforme d’avion léger fournie par Daher. L’avionneur français affirme que cette étape de revue terminée permet d’aborder l’étape visant à valider et figer la configuration de base du démonstrateur, ainsi que de confirmer le niveau de sécurité et de compatibilité du système de propulsion hybride distribuée avec l’utilisation de l’avion.

Le projet entre désormais dans la phase d’assemblage et d’intégration chez Daher – avec des systèmes fournis par Safran et Airbus – sur son site de Tarbes en France, où les premiers composants ont été conçus et livrés. Le début de l’assemblage final est prévu pour la fin de 2021.

« Avec ce démonstrateur, Daher entend développer les principes architecturaux clés des futurs avions hybrides », a déclaré Pascal Laguerre, directeur de la technologie chez Daher. « Le projet réaffirme notre engagement – en tant que constructeur d’aviation générale avec nos gammes de produits Kodiak et TBM – à développer des appareils plus efficaces et écoresponsables. »

Safran – responsable du système hybride électrique à propulsion distribuée de l’EcoPulse – a finalisé la configuration technique de ses six propulseurs électriques. Ils seront équipés de moteurs électriques ENGINeUS de 50 kW avec électronique intégrée et refroidissement à l’air breveté, ainsi que d’hélices fournies par DUC Hélices. Le moteur Safran ENGINeUS sera soumis à la certification EASA, du même type que celle d’un turbomoteur.

Safran validera également les interfaces d’installation des autres composants du système de propulsion, ainsi que le système de gestion de l’énergie, le turbogénérateur et le câblage haute tension qui alimenteront les propulseurs en électricité. Daher indique que le turbogénérateur – qui a effectué ses premiers tests sur banc d’essai en 2018 – subira bientôt des tests supplémentaires.

Selon Daher, la prochaine étape pour Safran sera la livraison d’un premier propulseur électrique à Airbus pour des essais de soufflerie aérodynamique et d’endurance, en vue de leur qualification pour utilisation sur le premier vol de l’EcoPulse.

« L’EcoPulse est un projet ambitieux. La conception d’une propulsion hybride sur cette nouvelle architecture d’avion s’avère une compétence fondamentale que Safran est fière de maîtriser », a fait valoir Stéphane Cueille, vice-président principal et directeur technologique Recherche et innovation chez Safran.

L’achèvement de la revue de conception préliminaire de l’EcoPulse permet à Airbus – qui  s’occupe actuellement de la modélisation aérodynamique de l’avion de démonstration – de programmer le début des essais de soufflerie aérodynamique pour l’assemblage hélice/nacelle au cours du premier trimestre 2021. Le moteur électrique, fourni par Safran, sera testé également. Daher note que les résultats de ces tests permettront de déterminer les caractéristiques de rendement de l’hélice lorsqu’elle est jumelée à un moteur électrique, et de valider le processus de refroidissement du moteur. Outre ces essais de soufflerie, Airbus envisage de simuler le comportement aérodynamique de la nacelle.

« La réalisation du démonstrateur EcoPulse – une initiative du CORAC avec le soutien de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) française – s’avère une étape importante dans notre ambition de décarboner l’industrie aéronautique », a présenté Jean-Brice Dumont, vice-président principal de l’ingénierie chez Airbus. « Cela nous permettra d’étudier comment la propulsion hybride distribuée pourrait être intégrée aux avions de demain, réduisant ainsi leur impact environnemental de façon substantielle. »

Partenariat entre ATP et EPIC pour le suivi de la maintenance

Le développeur de logiciels ATP et l’avionneur Epic Aircraft ont formé un partenariat pour le suivi de la maintenance et la distribution de publications techniques. Epic utilisera le Flightdocs d’ATP et les journaux de bord électroniques de sa flotte d’avions E1000 GX.

Epic exploitera également l’Aviation Hub d’ATP pour diffuser des publications techniques, notamment des manuels de maintenance, des schémas de câblage et des catalogues illustrés des pièces de rechange avion.

« Notre engagement envers nos exploitants consiste à garantir que nous avons mis en place des partenariats qui améliorent l’expérience client et garantissent une efficacité opérationnelle, une fiabilité et une valeur maximales », a fait valoir Doug King, PDG d’Epic.

Le E1000 GX – propulsé par un moteur Pratt & Whitney PT6A-67A de 1200 HP et une hélice composite à 5 pales d’Hartzell – vole à plus de 330 nœuds, grimpe à 4000 pieds par minute et offre une charge utile de 1100 livres plein de carburant. Il est conçu pour un plafond de 34 000 pieds et, selon Epic, peut voyager d’un océan à l’autre en faisant un seul arrêt pour faire le plein.

Le E1000 GX est équipé du système de contrôle de vol automatisé Garmin GFC 700. Tous les appareils E1000 GX seront désormais livrés avec des abonnements aux plateformes Flightdocs et Aviation Hub d’ATP entièrement intégrées.

« Notre suite de produits offre un ensemble unique de capacités aux propriétaires d’aéronefs, aux exploitants et aux équipementiers », a déclaré Greg Heine, directeur de la stratégie chez ATP. « Nous offrons un accès en temps réel et sans papier aux données et aux publications dont ils ont besoin chaque jour, directement depuis leur téléphone intelligent ou leur tablette électronique. »

Epic explique que cette nouvelle intégration avec ATP donnera aux utilisateurs un accès en un clic à leurs publications techniques et contenus réglementaires Epic Aircraft sans avoir à quitter une plateforme de suivi de maintenance. La bibliothèque de l’Aviation Hub d’ATP fournit également de l’information sur les moteurs Pratt & Whitney et les hélices Hartzell.

Photo, Epic Aircraft : L’Epic E1000, propulsé par un moteur Pratt & Whitney PT6A-67A, vole à plus de 330 nœuds

L’ARC publie le calendrier de démonstration du CF-18 et des Snowbirds

Les Snowbirds des Forces canadiennes et l’équipe de démonstration du CF-18 ont tous deux publié des calendriers provisoires pour la saison de spectacles 2021, lesquels sont toutefois susceptibles de changer selon la tournure de la pandémie de COVID-19.

La veille de publier les calendriers, l’Aviation royale canadienne (ARC) a annoncé la nomination du capitaine Dan Deluce en tant que pilote de l’équipe de démonstration du CF-18 2021, laquelle compte treize membres : le pilote de démonstration, huit techniciens, trois pilotes de sécurité et un officier des affaires publiques et narrateur.

« C’est un honneur et un plaisir de piloter le CF-18 pour le Canada et de représenter l’ARC. J’ai hâte de pouvoir montrer ma passion pour l’aviation aux Canadiens l’été prochain », a commenté le capitaine Daniel Deluce, pilote de l’équipe de démonstration du CF-18.

Le capitaine Deluce devait agir à titre de pilote de l’équipe de démonstration du CF-18 de 2020 avant que la saison ne soit malheureusement annulée en raison de la COVID-19. L’ARC fait savoir que M. Deluce est issu d’une grande famille d’aviateurs, dont son grand-père qui était pilote de Hurricane pendant la Seconde Guerre mondiale. Son père a été pilote professionnel pendant 40 ans.

Né et élevé à Toronto en Ontario, M. Deluce a obtenu sa licence de pilote privé à l’âge de 16 ans, avant d’étudier le génie chimique à l’Université de Toronto. Après avoir décroché son diplôme en 2006, il obtient son brevet de pilote professionnel civil assorti des qualifications multimoteurs et de vol aux instruments.

Le capitaine Deluce déménage ensuite dans le nord de l’Ontario, où il travaille pour une entreprise de vols nolisés et d’évacuation sanitaire, d’abord comme répartiteur, puis comme copilote sur un avion PC-12. Il continue de voler avec la compagnie jusqu’en 2010, date à laquelle il s’enrôle dans l’ARC.

Après avoir terminé son instruction élémentaire et sa formation en langue seconde à Saint-Jean-sur-Richelieu au Québec, M. Deluce commence sa formation de pilote en 2012. À la fin de la deuxième phase de son entraînement à la 2e École de pilotage des Forces canadiennes à Moose Jaw en Saskatchewan, l’ARC indique qu’il est sélectionné pour piloter des avions à réaction, puis il poursuit son entraînement à bord du CT-155 Hawk, où il reçoit son brevet de pilote de l’ARC.

En 2015, après avoir réussi le cours de pilote de chasse à bord du CF-18 dans le 410e Escadron d’entraînement opérationnel à l’appui tactique, à Cold Lake en Alberta, l’ARC précise que le capitaine Deluce est affecté au 409e Escadron d’appui tactique, basé à la 4e Escadre Cold Lake, où il assume, pendant trois ans, les fonctions de chef d’élément qualifié au combat et pilote instructeur tactique.

Le capitaine Deluce occupe son poste actuel d’instructeur au 419e Escadron d’entraînement d’avions d’appui tactique depuis 2018. Il enseigne aux aspirants pilotes de chasse canadiens dans le cadre du programme d’Entraînement en vol de l’OTAN au Canada. Il détient la double qualification à bord du CT-155 Hawk et continue de piloter le CF-18 dans le cadre d’entraînements et d’opérations.

Le capitaine Deluce s’est entraîné à bord du CF-18 partout au Canada et aux États-Unis, et il a participé à des missions du NORAD partout au Canada. En 2017, il s’est également rendu en Roumanie dans le cadre de l’opération Reassurance, la participation du Canada à la surveillance aérienne renforcée exercée par l’OTAN.

En 2021, les Snowbirds célébreront leur 50e anniversaire avec un programme incluant actuellement 16 spectacles de démonstration au Canada et un aux États-Unis. Le coup d’envoi se fera à North Bay en Ontario au début de juin. La programmation se clôturera le 19 septembre à Mirabel au Québec.

Le calendrier de l’équipe de démonstration 2021 du CF-18 suit un calendrier similaire, lequel prendra son envol à North Bay au début de juin et se terminera à Mirabel le 19 septembre.