Give Hope Wings – Une autre collecte de fonds réussie

Par Lise Ash

À la fin de septembre, je me suis envolée pour une grande aventure, à titre de membre bénévole de l’équipage de conduite pour la troisième reprise de l’expédition caritative Give Hope Wings (Donner des ailes d’espoir).  En 2020, il s’agissait de relier Sault Ste-marie à Saguenay, soit un ambitieux périple de cinq jours regroupant plusieurs avions dans le centre du Canada. Les sommes ainsi recueillies devraient permettre à Vols d’espoir de lancer jusqu’à 400 vols médicaux qui permettront à des patients des régions éloignées d’accéder dans un délai raisonnable aux soins spécialisés disponibles dans les grands centres.

Notre départ de l’aéroport de Burlington (CZBA) en Ontario nous a emmenés successivement au-dessus des chutes du Niagara, sur la côte sablonneuse du lac Huron, le long de la péninsule Bruce et au nord, jusqu’à Sault Ste. Marie. Notre escadron a ensuite survolé le canyon Agawa, capturant des vues aériennes de la rive est du lac Supérieur. Enfin, nous avons survolé la rivière des Outaouais et le majestueux fleuve Saint-Laurent jusqu’à la ville historique de Trois-Rivières. La dernière étape de ce voyage mémorable :  un survol unique du fjord du Saguenay et des gorges spectaculaires du Parc national des Grands-Jardins. Le cinquième et dernier jour, nous sommes rentrés à Burlington.

En 2019, j’ai également eu l’honneur de faire partie de l’expédition de financement Give Hope Wings de la fondation Vols d’espoir. Au cours de ces 21 jours, nous avons traversé le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, pour faire ensuite le tour de l’Alaska et sillonner la magnifique Colombie-Britannique. Nous avons volé près de la frontière maritime entre la Russie et les États-Unis, dans la mer de Béring, autour du Parc national de Denali et jusqu’aux lîles Aléoutiennes. L’expédition n’a pas été une sinécure, mais elle a constitué une réussite. Nous avons rencontré des tas de gens formidables en cours de route, et en sensibilisant les gens, nous avons pu recueillir un total de 250 000 $.

Le ciel s’est ouvert pour moi lorsque j’ai rejoint les Cadets de l’Air à l’âge de 16 ans. Après mon premier vol solo en planeur, j’étais accro. En 1981, toutefois, j’ai été hanté par des rêves concurrents – être pilote ou infirmière, mais j’avais déjà été acceptée à l’école d’infirmières avec acompte versé au moment de l’inscription. D’ailleurs, les attentes de mes parents étaient claires. Le jour où j’ai commencé à travailler comme infirmière, je me suis promis qu’un jour, je les aurais ces ailes. J’ai su conserver ce rêve intact, dans mon cœur, pendant 35 ans. À 52 ans, ma persévérance a été récompensée lorsque j’ai finalement obtenu ma licence de pilote.

Lise Ash aux côtés du Diamond DA-40 dans lequel elle a volé lors de l’expédition Give Hope Wings 2020.

Pendant quatre ans, j’ai été plutôt active au Abbotsford Flying Club, pilotant tour à tour leur Cessna 172 et leur Piper Archer. Je suis également membre de la section BC Coast des 99s. Je me sens inspirée par les femmes et les hommes incroyables que je rencontre, qu’ils volent pour leur plaisir ou comme aviateurs professionnels. Nous sommes de tous les âges, issus de divers horizons, mais nous restons unis par cette passion commune pour le ciel. Pour moi, pouvoir donner libre cours à mon nouvel amour de voler, tout en rendant service aux autres, se révèle la solution parfaite.

Si vous cherchez des raisons ou des moyens de voler tout en redonnant à la communauté, rejoignez-moi pour l’aventure de Give Hope Wings de 2021, soit une expédition d’un océan à l’autre, en juin prochain.

Top photo credit: ‘Pilot Annie’ Rusinowski

Metis Pilot Featured as DC Comics’ ‘Real-World Hero’

Vancouver-based entrepreneur and pilot Teara Fraser will be featured in an upcoming graphic novel entitled ‘Wonderful Women of History’, joining a group of 17 other women that includes the late U.S. Supreme Court judge Ruth Bader Ginsburg, U.S. congresswoman Alexandria Ocasio-Cortez, U.S. Senator Elizabeth Warren, tennis player Serena Williams, the late transgender activist Marsha P. Johnson and singer Beyoncé.

Fraser is the founder and CEO of Iskwew Air, offering charter services with a Piper Navajo Chieftain she has dubbed ‘Sweetgrass Warrior’. It is the first enterprise of its type to be founded by an Indigenous woman. Iskwew is Cree for ‘woman’.

“I feel surprised, I feel honoured and a sense of responsibility…” Fraser said in a recent telephone interview with CTV News. “…a sense of responsibility to honour the women that I’m alongside by continuing to dismantle systems of oppression and to stand for truth, justice and equality as the women on that list have done, and as the Wonder Woman character was designed to represent.”

The ‘Wonder Women’ anthology is edited by Laurie Halse Anderson and will include different writers. Fraser’s entry, entitled ‘Teara Fraser: Helping Others Soar’, was written by Traci Sorell and illustrated by Natasha Donovan.

The novel is due out on December 1.

Photo credit: Rob Kruyt/IskwewAir

Laser Attacks on the Rise near Amherst

In the last three weeks, at least three laser attacks on light aircraft have been reported by pilots flying over Amherst, Nova Scotia, according to Transport Canada’s online incident reporting system CADORS.

In each of the three cases, the devises were pointed at Moncton Flight College aircraft. The RCMP was notified in each case. Investigations by the police into the first two incidents have concluded with no charges, and the investigation into the third case, which was reported on October 2, is ongoing without any charges being laid yet.

When contacted by the CBC, Transport Canada said that there is “currently insufficient information for the department to open an investigation pertaining to these incidents.”

“Citizens should call their local police immediately if they see someone pointing a laser at an aircraft,” said TC spokeswoman Cybelle Morin.

A notice posted on Transport Canada’s website states:

With some exceptions, it is illegal to possess hand-held lasers over 1 milliwatt (mW) in public areas within:

  • municipalities within the greater Montréal, Toronto and Vancouver regions
  • a 10-kilometre radius of any airport and certified heliports

The same website also points out that anyone convicted of intentionally interfering with an aircraft by using a laser could face up to $100,000 in fines and up to five years in prison.

Cormorant Helicopter Attacked

One of the RCAF’s CH-149 Cormorant helicopters was attacked last month while it was parked near former Canadian Forces Station Saglek, now a remotely operated radar base more than 590 kilometres north-northwest of Happy Valley/Goose Bay in Labrador. Rather than an attack from an adversary, however, the predator was a very Canadian polar bear.

The bear managed to open an emergency entrance window on the helicopter’s right-side door, another emergency entrance window on the rear left side and the cover of the emergency flotation device compartment on the left side. The bear did not, however, make it to the inside of the aircraft. This all occurred while the crew were asleep in the station’s living quarters.

The Cormorant was conducting a planned two-week-long search and rescue exercise in mountainous territory when poor visibility prevented it from returning to its planned destination, a helipad at the remote radar site. Its pilots chose a nearby abandoned airstrip to set down on instead.

“The crew had to park the aircraft down below, not up at elevation like they wanted to,” said LCol Brent Vaino, commander of 413 Transport and Rescue Squadron in a statement. “Because of that, it’s an area with a body of water on either side and polar bears do occasionally transit on either side of them, and this case that’s what happened.”

Photo credit: RCAF

Woman Takes Command at RCAF Pilot School

Alberta native Lieutenant Colonel Riel Erickson is blazing a trail up the command structure of the RCAF by taking over as commander of 15 Wing’s 2 Canadian Forces Flying Training School at CFB Moose Jaw in Saskatchewan.

“I can’t wait until we run out of firsts,” LCol Erickson said last week. “I think it’s great that young women starting their career will see their first commanding officer is female. It’s the chance to normalize it.”

Erickson was inspired to become a military pilot by her uncle, who flew CF-18s in the Gulf War. After graduating from the Royal Military College of Canada, she went on to train on the CF-18, becoming only the fifth Canadian woman to do so.

“At the time, I remember really wanting to downplay it and say, ‘I’m just one of the boys’, but I realized this is it,” Erickson said. “There is just five and I wanted to see 105. The only way that was going to happen was to have more women putting themselves out there for people to see.”

2 Canadian Forces Flying Training School, also known as the ‘Big 2’, trains more than 150 pilots per year through the NATO Flying Training in Canada program. The training fleet comprises the CT-156 Harvard II and the CT-155 Hawk and is run in collaboration with CAE Inc. of Montreal. The school is also charged with the training of the air force’s flight instructors.

Pictured in the photo are LCol Riel Erickson (l), Col Ron Walker – Wing Commander (c) and LCol Jason Tuckett (outgoing Commandant). Back row, Chief Warrant Officer Bill Doman – 2 CFFTS (l) and Wing Chief Warrant Officer Marlene Shillingford.

Photo courtesy of LCol Riel Erickson

Dash 8 à hydrogène à l’horizon

Universal Hydrogen, une start-up basée à Los Angeles, a pris l’objectif ambitieux de moderniser le bimoteur de Havilland Canada DHC8-Q300 pour qu’il fonctionne à l’hydrogène. L’hydrogène serait utilisé pour alimenter les moteurs électriques fournis par magniX basée à Redmond, Washington.

magniX a rehaussé le profil de son entreprise et de ses produits lorsqu’elle a été choisie par Harbour Air, basée à Vancouver, pour propulser l’un des monomoteurs de Havilland DHC-2 Beaver de Harbour lors d’un vol d’essai à la fin de l’année dernière, devenant ainsi le premier vol réussi au monde d’un avion à propulsion électrique de la catégorie commerciale. magniX a depuis continué à fournir le moteur pour une caravane Cessna 208 convertie qui était, comme le Beaver électrique de Harbour, équipée de batteries comme source d’énergie.

« Il est clairement nécessaire de changer radicalement la réduction des émissions dans l’aviation commerciale, et l’énergie à base d’hydrogène et sans carbone est l’avenir de l’industrie », a déclaré Paul Eremenko, co-fondateur et PDG d’Universal Hydrogen. « Lors de la recherche de notre partenaire de propulsion, magniX s’est démarquée comme un leader incontesté et éprouvé avec une expérience de la meilleure propulsion électrique de qualité aérospatiale. Nous sommes impatients de voir les vols réussis de notre Dash 8 entièrement sans carbone. »

« Universal Hydrogen, grâce à sa solution d’infrastructure de transport et de distribution d’hydrogène, est sur la bonne voie pour changer la façon dont le vol régional est réalisé et le transformer d’une technologie vieille de plusieurs décennies, coûteuse et polluante, en solutions propres à faible coût », a déclaré magniX PDG Roei Ganzarski. « L’équipe magniX est inspirée par les synergies entre notre mission et celle d’Universal Hydrogen. Ensemble, nous apporterons une technologie évolutive et éprouvée au prochain niveau de l’aviation électrique. »

Diamond annonce la mise à jour de son entraîneur

Citant une forte demande d’avions d’entraînement monomoteurs, l’avionneur autrichien Diamond Aircraft a annoncé le retour à la production du DA20-C1.

Scott McFadzean, PDG de la filiale de fabrication canadienne Diamond Aircraft Industries Inc., tient à promouvoir la C1 mise à jour, qui est équipée d’une nouvelle suite avionique à écran tactile Garmin G500 TXi à la pointe de la technologie.

« Nous sommes ravis de réintroduire le tout nouveau DA20-C1 », a déclaré M. McFadzean. « Notre ADN innovant est bien sûr incorporé dans le nouvel avion, qui présente la dernière avionique Garmin. »

Le C1, certifié dans la catégorie utilitaire et souvent utilisé pour l’entraînement au spin, est propulsé par le Continental IO-240 de 125 chevaux. Il a été introduit à l’origine en 1992 et a depuis vu plus de sept millions d’heures de vol en service dans le monde.

Les livraisons de la nouvelle C1 ont commencé en août.

Annonce des lauréats du prix Elsie annuel

À la fin de la semaine dernière, la Northern Lights Aero Foundation (NLAF) a annoncé les gagnants des prix annuels « Elsie », qui sont décernés à des Canadiennes qui ont apporté des contributions exceptionnelles à l’aviation et à l’aérospatiale. Les prix ont été décernés dans de nombreuses catégories, dont certaines sont présentées ci-dessous.

Dans la catégorie Affaires, le prix a été décerné à Nancy Barber, chef de l’exploitation de la division Industrialisation opérationnelle, empreinte et planification centrale de Bombardier.

Le prix d’éducation a été décerné à Jo-Anne Tabobandung, doyenne de l’aviation à l’Institut technique des Premières Nations sur le territoire mohawk de Tyendinaga.

Le prix de la catégorie Ingénierie a été décerné à Kathryn Atamanchuk, qui sert maintenant de résidence d’ingénierie à la Faculté de génie Price de l’Université du Manitoba.

Le gagnant de la catégorie Opérations aériennes est allé à Stacey Jackson, qui pilote un Boeing 737NG pour WestJet et sert d’enquêteur sur les accidents d’aéronef pour l’Air Line Pilots Association.

Le lieutenant-colonel Diane Baldasaro de l’ARC a remporté le prix de la catégorie Gouvernement. Elle est actuellement commandant du 437e Escadron, qui gère la flotte d’avions CC-150 Airbus Polaris, qui sont dédiés au ravitaillement en vol et au transport VIP, entre autres tâches.

Le prix Elsie est nommé en l’honneur d’Elsie Gregory MacGill, née à Vancouver, une femme qui a ouvert la voie aux femmes dans l’aviation et, en particulier, dans le génie aérospatial. MacGill est devenu l’ingénieur en chef de l’aéronautique chez Canadian Car and Foundry (CC&F) en 1942 et est largement crédité pour le succès de CC&F dans la fabrication de plus de 1450 chasseurs Hawker Hurricane pendant les années de guerre, dont la plupart ont été expédiés pour le service au Royaume-Uni, gagnant elle le titre officieux de « Reine des Hurricanes ».

La NLAF est un organisme sans but lucratif dont la mission est d’encourager les Canadiennes à réussir dans les carrières aéronautiques et aérospatiales.

Pour plus d’informations sur ces femmes qui ont réussi et leurs réalisations remarquables, consultez le site Web du NLAF. On y trouve également des gagnants d’autres catégories.

Un rare Messerschmitt en exposition, la restauration se poursuit

L’ingénieur aéronautique à la retraite Don Bradshaw a trouvé une maison où il peut poursuivre la restauration d’un rare chasseur Messerschmitt conçu et développé par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se trouve actuellement au Saskatchewan Aviation Museum and Learning Centre à Saskatoon et peut être visionné.

Signalé pour la première fois par l’infoLettre COPA il y a deux ans, le Bf 109G-6 a connu ses premières missions de combat en 1937 pendant la guerre civile espagnole. L’avion a continué à servir activement dans la Luftwaffe et ses forces alliées jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Considéré comme l’un des avions de combat les plus avancés de son époque, il était propulsé par un moteur V-12 Daimler-Benz DB 605A-1 à refroidissement liquide. La vitesse maximale était de 398 mph, et la vitesse de croisière maximale était de 365 mph à 20 000 pieds. Le plafond de service était de 39 000 pieds.

« Je crois qu’il n’y en a que deux qui volent dans le monde ces jours-ci », a déclaré M. Bradshaw à CTV News Saskatoon. « Il y a probablement entre 50 et 100 musées qui les exposent, mais ils sont très rares. »

Construit à l’origine sous le nom de Me 109 puis nommé Be 109, il aurait été l’avion de combat le plus produit au monde.

« Celui-ci est un avion si rare à être dans la forme qu’il est et ce qu’il va être, je pense que ce sera un grand tirage au sort pour Saskatoon, en Saskatchewan et notre musée », a déclaré le directeur du musée Dale Tiedeman.

Cette année marque le septième anniversaire de la naissance du projet. Le collectionneur américain de renom Kermit Weeks a apporté son soutien au projet.

Le CNRC déclare que les aéronefs sont à haut risque de certains drones grand public

Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a publié une analyse détaillée des risques pour les aéronefs des petits quadricoptères du type généralement exploité par des utilisateurs inexpérimentés et professionnels.

Selon le Centre de recherche aérospatiale du CNRC, « … le risque de heurter un aéronef à basse altitude reste élevé de la part d’opérateurs malveillants et imprudents. »

Depuis les années 1960, le CNRC effectue des essais d’impact mais, jusqu’à récemment, il se limitait principalement à tirer des oiseaux, tant réels que synthétiques, sur diverses surfaces pour mesurer les dommages en résultant.

En collaboration avec Transports Canada et d’autres agences gouvernementales, le CNRC a sélectionné pour tester un drone grand public typique pesant environ 1 200 grammes (2,65 lb) et vendu à l’origine pour environ 1 000 $.

Le CNRC a ensuite sélectionné les pare-brise et les ailes des aéronefs que l’on trouve généralement dans les aéronefs de la partie 25 (catégorie transport). Des expériences ont ensuite été menées, tirant le drone sur ces surfaces à des vitesses de 140 à 250 nœuds, vitesses auxquelles les aéronefs de cette catégorie fonctionnent généralement à moins de 10 000 pieds.

Cependant, la série d’expériences n’incluait pas les risques potentiels des drones impactant les types d’aéronefs plus petits et aux vitesses plus lentes généralement utilisées par de nombreux membres de la COPA.

Cliquez ici pour le volume 1 du rapport et ici pour le volume 2 (en anglais seulement).