L’aéroport de Golden (C.-b.) restera

La Ville de Golden, dans le centre-est de la Colombie-Britannique, a récemment retenu les services de HM Aero, une société d’experts-conseils en aviation, pour étudier l’aéroport de la ville et faire des recommandations sur la question de savoir si le terrain devrait continuer à être utilisé comme aéroport, ou si le terrain devrait être réaffecté pour atteindre un plus grand avantage économique pour la communauté.

L’étude, rapportée pour la première fois par l’infoLettre COPA le 25 juin 2020, a été présentée au conseil municipal de Golden lors de sa réunion ordinaire du 20 octobre. Le rapport demandait que l’aéroport soit conservé comme un aérodrome enregistré.

HM Aero a recommandé à la ville de préparer un « plan stratégique et tactique » pour garantir que l’infrastructure aéroportuaire soit maintenue à l’avenir. La ville de Golden a reçu le rapport et a adopté à l’unanimité une motion visant à continuer d’exploiter le site comme un aérodrome enregistré et à aller de l’avant pour créer un plan stratégique et tactique tel que recommandé.

HM Aero a mené de vastes consultations auprès des parties prenantes, y compris une séance d’information via Zoom en juin, des sondages en ligne avec la participation des entreprises et des résidents (qui ont recueilli 634 réponses), en personne et 51 appels téléphoniques et vidéoconférences avec 38 organisations différentes. Les associations de l’industrie, dont la COPA et la BC General Aviation Association, ont également apporté leur contribution.

L’étude complète est jointe ci-dessous (en anglais).

Photo gracieuseté de HM Aero / Ville de Golden

HM Aero Aviation Consulting - Golden Municipal Airport Viability Study

SATP commercial approuvé pour les opérations BVLOS

Transports Canada (TC) a délivré un certificat d’opérations aériennes spéciales (COAS) à MVT Geo-Solutions du Québec pour l’exploitation d’un système d’aéronef télépiloté (SATP) dans le cadre des opérations hors visibilité directe (BVLOS). Il s’agit du deuxième permis de ce type délivré par TC et du premier au Québec.

La mission commerciale dans l’espace aérien non contrôlé est d’effectuer des inspections des lignes hydroélectriques à Alma, au Québec. MVT s’est associé à la société américaine Iris Automation, qui équipera le drone d’un système « détecter et éviter » (DAA, surnommé Casia).

L’approbation BVLOS est la clé du développement économique de l’industrie des drones commerciaux. L’approbation du BVLOS élimine la nécessité d’une surveillance radar directe ou du déploiement d’observateurs au sol. Les industries qui peuvent bénéficier de cette technologie comprennent l’exploitation minière, la cartographie, l’agriculture, l’inspection des infrastructures, les interventions d’urgence et la livraison de colis.

« Cette autorisation démontre en outre comment le système de détection et d’éviter de Casia contribue à faire progresser l’argumentaire de sécurité pour l’utilisation des drones tout en étendant simultanément l’enveloppe des cas d’utilisation liés aux drones », a déclaré Jon Damush, PDG d’Iris Automation, dans un communiqué.

« Les drones offrent d’énormes promesses en termes de sécurité et d’économie par rapport aux alternatives de l’aviation pilotée [avec équipage à bord], mais nous devons les intégrer dans l’espace aérien en toute sécurité », a déclaré Damush, qui a ajouté : « Voir et éviter d’autres aéronefs est primordial pour cette sécurité, et des étapes comme celle-ci sont essentielles pour libérer la promesse des drones. »

Crédit d’image : MVT

Air Canada annonce des bourses

Air Canada a annoncé qu’elle invitait les jeunes femmes à postuler pour la deuxième bourse annuelle Captain Judy Cameron. La bourse a été créée pour encourager les femmes à entrer dans le domaine de l’aviation et est organisée en collaboration avec la Northern Lights Aero Foundation. Il porte le nom de la première femme pilote de la compagnie aérienne.

« L’année dernière, quatre pilotes en formation ont bénéficié de cette bourse et nous sommes impatients de sélectionner les prochains lauréats », a déclaré la vice-présidente exécutive des ressources humaines d’Air Canada, Arielle Meloul-Wechsler.

Air Canada s’est engagée à mettre de côté 20 000 $ chaque année pendant trois ans pour aider les jeunes femmes qui poursuivent une carrière de pilote ou d’ingénieur d’entretien d’aéronefs. Les boursiers précédents sont Olivia White, Rebecca Beylerian, Urooj Ali et Yasna Taieb et reçoivent actuellement leur formation de pilote.

La capitaine Cameron est devenue la première femme pilote d’Air Canada en 1978, après avoir obtenu son diplôme du programme de technologie aéronautique du Selkirk College en 1975. Elle a passé plus de 23 000 heures dans le cockpit d’une grande variété d’avions, y compris des DC-3, Twin Otters, le Lockheed L- 1011 et les Boeing 767 et 777. Elle a pris sa retraite en 2015. Elle a figuré sur un timbre de Postes Canada.

« La bourse est probablement le plus grand honneur de toute ma vie », a déclaré la capitaine Cameron. « Et je pense que c’est tout simplement merveilleux qu’ils veuillent soutenir la diversité dans cette industrie. Il s’adresse aux femmes qui, autrement, ne pourraient pas poursuivre leur carrière. »

Les femmes intéressées qui sont citoyennes canadiennes et qui ont été acceptées dans un programme postsecondaire pour la formation des pilotes ou la réparation et l’entretien d’aéronefs peuvent présenter une demande en utilisant le formulaire ci-dessous. Cliquez ici pour plus d’informations et pour soumettre un formulaire de candidature.

Les candidatures sont acceptées par la Northern Lights Aero Foundation jusqu’au 30 novembre 2020.

Photo gracieuseté d’Air Canada

captain-judy-cameron-scholarship.FR

Anniversaire du 1er vol transcanadien marqué

Le 17 octobre a marqué cent ans jour pour jour que le premier vol transcanadien a eu lieu. Dans une lettre adressée au Victoria Times-Colonist, le colonel John L. Orr (à la retraite) signale qu’un biplan Airco DH.9A de construction britannique a décollé de Shearwater, en Nouvelle-Écosse (Terre-Neuve ne faisait pas encore partie du Canada) et a atterri à Richmond, en Colombie-Britannique, dans le parc Minoru à 11 h 25 le 17 octobre 1920, complétant l’épique vol d’un océan à l’autre. Le vol s’est poursuivi vers Esquimalt, une banlieue de Victoria, en arrivant le 21 octobre.

Selon le lieutenant-colonel Orr, le vol a été organisé par le Canadian Air Board, un ministère du gouvernement fédéral qui a duré de 1919 à 1922. Il a été formé pour développer et promouvoir l’aviation civile et militaire après la Première Guerre mondiale.

« Quant à l’objectif de l’Air Board de stimuler l’intérêt pour l’aviation au Canada, le vol s’est avéré un succès », a écrit Orr. « Même si la trajectoire n’était ni rectiligne ni fluide, le vol transcanadien a fermement établi l’aviation, tant civile que militaire, dans l’esprit canadien. »

L’Airco DH.9A était un bombardier léger monomoteur qui a été utilisé dans la Royal Air Force britannique vers la fin de la Première Guerre mondiale. Le premier modèle sorti de l’usine, le DH-9, était propulsé par le moteur six cylindres en ligne Siddeley Puma, qui s’est avéré peu fiable et pas assez puissant. Le moteur Liberty 12 cylindres, d’origine américaine, propulsait le DH-9A.

Source de la photo : Wikipedia

Les vols de loisir se poursuivent en Ontario

Selon Aaron McPhail, vice-président du Club COPA No. 203, l’aviation de loisir a été une activité active dans sa région du pays – Chatham-Kent dans le sud-ouest de l’Ontario.

« Il y a encore beaucoup de vols récréatifs en cours », a déclaré M. McPhail au média local The Chatham Daily News. « Bien sûr, il y a beaucoup de précautions à prendre, comme les personnes qui portent un masque si elles prennent un passager. »

M. McPhail et les autres membres du club ont récemment pris part à un vol vers l’aéroport de Tillsonburg (CYTB) depuis leur aéroport d’origine de Chatham-Kent (CXCM).

« C’est un moyen très sûr pour leur famille de voyager pour des raisons de COVID », a déclaré M. McPhail, notant qu’il avait vu de nombreuses familles voyager ensemble pendant l’été et jusqu’à l’automne. « L’avion est un environnement stérile qui les emmène ailleurs. Nous avons des gens qui volent fréquemment de Chatham à Ottawa, des choses comme ça. »

Les aéroports eux-mêmes continuent toutefois de faire face à des difficultés, car très peu, voire aucune, de leurs revenus provient des activités d’avions légers ; ils dépendent généralement des frais facturés aux exploitants commerciaux et aériens, dont les activités ont été considérablement réduites en raison de la pandémie.

Aaron Lougheed, directeur exécutif du Conseil de gestion des aéroports de l’Ontario, a déclaré qu’il s’attend à ce que la reprise dans l’industrie prenne de quatre à cinq ans.

« C’est un peu conforme à la baisse que nous avons constatée dans l’industrie du transport aérien pendant la récession de 2008, pendant le SRAS, puis après le 11 septembre », a déclaré M. Lougheed. « Vous allez commencer à voir des voyages récréatifs, des gens qui volent pour voir de la famille, des gens qui volent pour voir des amis – cela reviendra en premier. »

Photo du président du Club COPA No. 203, Gilles Michaud (aux commandes), fournie

Golden Airport to Stay

The Town of Golden in central-eastern British Columbia recently retained HM Aero, an aviation consulting company, to study the town’s airport and make recommendations on whether the land should continue to be used as an airport, or the land be repurposed to achieve a greater economic benefit for the community.

The study, first reported by eFlight on June 25, 2020, was presented to Golden Town Council at their regular council meeting on October 20. The report called for the airport to be retained as a registered aerodrome.

HM Aero recommended that the town prepare a ‘strategic and tactical plan’ to ensure that airport infrastructure be maintained into the future. The Town of Golden received the report and unanimously adopted a motion to continue operating the site as a registered aerodrome and move forward to create a strategic and tactical plan as recommended.

HM Aero conducted extensive stakeholder consultations, including an information session via Zoom in June, online surveys with input from both businesses and residents (which garnered 634 responses), in-person, 51 phone and videoconference calls held with 38 different organizations. Industry associations, including COPA and the BC General Aviation Association, also provided input.

The complete study is appended below.

Photo courtesy HM Aero/Town of Golden

HM Aero Aviation Consulting - Golden Municipal Airport Viability Study

Air Canada Announces Scholarships

Air Canada has announced that they are inviting young women to apply for the second annual Captain Judy Cameron Scholarship. The scholarship was established to encourage women to enter the field of aviation and is organized in conjunction with the Northern Lights Aero Foundation. It is named in honour of the airline’s first female pilot.

“Last year, four pilots-in-training benefitted from this scholarship and we look forward to selecting the next honourees,” said Air Canada’s executive vice-president for human resources Arielle Meloul-Wechsler.

Air Canada has committed to set aside $20,000 each year for three years to assist young women who are pursuing a career as a pilot or aircraft maintenance engineer. The previous scholarship winners are Olivia White, Rebecca Beylerian, Urooj Ali and Yasna Taieb and are all currently receiving pilot training.

Captain Cameron became Air Canada’s first female pilot in 1978, having graduated from Selkirk College’s Aviation Technology Program in 1975. She has logged over 23,000 hours in the cockpit of a wide variety of aircraft, including DC-3s, Twin Otters, the Lockheed L-1011 and both the Boeing 767 and 777. She retired in 2015. She has been featured on a Canada Post stamp.

“The scholarship is probably the biggest honour in my entire life,” said Captain Cameron. “And I think it’s just wonderful that they want to support diversity in this business. It is geared towards women who might not otherwise be able to pursue the career.”

Interested women who are Canadian citizens and have been accepted in a post-secondary program for either pilot training or aircraft repair and maintenance can apply using the form appended below. Click here for further information and to submit an application form.

Applications are being accepted by Northern Lights Aero Foundation until November 30, 2020.

AC_NL_JC_Scholarship-Application_en_final

Anniversary of 1st Trans-Canada Flight Marked

October 17 marked one hundred years to the day that the first trans-Canada flight took place. In a letter to the Victoria Times-Colonist, Colonel John L. Orr (Ret’d) points out that a British-built Airco DH.9A biplane took off from Shearwater, Nova Scotia (Newfoundland was not yet part of Canada) and touched down in Richmond, British Columbia’s Minoru Park at 11:25 on October 17, 1920, completing the epic coast-to-coast flight. The flight continued to Esquimalt, a suburb of Victoria, arriving on Oct. 21.

According to Orr, the flight was organized by the Canadian Air Board, a federal government department that lasted from 1919 to 1922. It was formed to develop and promote both civil and military aviation in the post-First World War era.

“As for the Air Board’s objective of stimulating interest in aviation in Canada, the flight proved to be successful,” wrote Orr. “While the path was neither straight nor smooth, the trans-Canada flight firmly established aviation, both civil and military, in the Canadian psyche.”

The Airco DH.9A was a single-engine light bomber that saw service in Britain’s Royal Air Force toward the end of the First World War. The first aircraft out of the factory, the DH-9 were powered by the in-line Siddeley Puma six-cylinder engine, which proved to be unreliable and not powerful enough. The 12-cylinder Liberty engine, of American origin, powered the DH-9A.

Photo source: Wikipedia